Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 avril 2021

Étant donné que les démocrates disposent de la plus petite majorité possible au sénat – c’est la voix du vice-président Kamala Harris qui peut départager les voix, un retournement par le GOP semble probable.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Cependant, un examen plus approfondi de la carte du Sénat de 2022 donne une image contradictoire, qui devrait encourager les commentateurs à plus de prudence dans leurs prédictions. D’autant que les Démocrates, eux, semblent craindre de perdre la Chambre, pas le sénat.

  • Alors que les Républicains doivent défendre 20 sièges au sénat, les Démocrates ne doivent en protéger que 14.
  • Il y a actuellement cinq courses où les titulaires républicains se retirent, alors qu’aucun sénateur démocrate n’a indiqué qu’il se retirait.
  • En outre, les Démocrates n’ont pas à protéger de sièges dans les États que Donald Trump a remportés en 2020.
  • Les Républicains doivent quant à eux conserver deux sièges dans des États remportés par Joe Biden (Pennsylvanie et Wisconsin).

En revanche, les perspectives des Démocrates pour la Chambre en 2022 sont considérablement plus mauvaises, et je ne crois pas avoir lu beaucoup de commentateurs conservateurs en parler – à part Newt Gingrich, qui a déclaré au micro de Tucker Carlson que les Démocrates ont peur de perdre la Chambre en 2020.

Gingrich a qualifié le programme Démocrate de « sprint vers le radicalisme », et a déclaré à Carlson :

« Ce qu’ils font, c’est faire passer en force tout ce qu’ils peuvent faire avant de perdre en 2022. C’est une sorte de sprint vers le radicalisme, même si cela va leur coûter. Si vous regardez les votes … [ils auront] 30, 40, 50 membres qui ne seront pas en mesure de les défendre. »

Après les gains inattendus du GOP en 2020 à la Chambre, la majorité de Nancy Pelosi la sorcière n’est plus que de six sièges !

  • 212 Répubicains
  • 218 Démocrates
  • et 5 Postes vacants :
    • Cedric Richmond, (D), LA a démissionné le 15/01/2021.
    • Ron Wright, (R), TX décédé le 07/02/2021.
    • Marcia Fudge, (D), OH a démissionné le 3/10/2021.
    • Des Haaland, (D), NM a démissionné le 16/03/2021.
    • Alcee Hastings, (D), FL décédé le 06/04/2021.

En outre, les Républicains vont bénéficier du nouveau cycle de redécoupage électoral qui va commencer. Le GOP contrôlera le processus de redécoupage dans 20 États, contre seulement 11 pour les Démocrates. Soit dit en passant, le cycle de redécoupage électoral est un des aspects les plus sales de l’organisation politique, une totale perversion de la démocratie, puisque celui qui est en charge redécoupe à son avantage, au lieu de celui de la population. Un redécoupage honnête devrait avoir pour objectif de chercher à représenter au mieux la volonté des citoyens, au lieu de cela, il est fait pour marginaliser les citoyens qui votent pour le parti adverse.

En raison de cette combinaison de facteurs, et sans entrer dans le ressenti des Américains, lequel est impossible à bien connaître – il suffit de se souvenir des deux postes au sénat perdus par le GOP en Georgie en janvier – les Démocrates ont beaucoup plus de chances de contrôler le Sénat en janvier 2023 que la Chambre des représentants. C’est, je pense, tout l’inverse de ce que vous entendez régulièrement.

En fait, à l’heure actuelle, l’estimation la plus éduquée pourrait bien être une majorité démocrate élargie au Sénat combinée à une majorité républicaine à la Chambre.

Ce point est crucial car il recadre complètement le débat sur les conséquences de l’abolition du filibuster. Les craintes des Démocrates concernant les conséquences d’un futur Sénat à majorité GOP pourraient bien être remplacées par des réflexions sur la meilleure façon d’utiliser le temps qui leur reste pour préserver le contrôle de la Chambre.

Et dans ce scénario, il n’est pas certain que Donald Trump se représenterait en 2024. Il a laissé entendre à plusieurs personnes, y compris la semaine dernière à Bill O’Reilly lors d’une rencontre à Mar-a-Lago dont le contenu n’a pas été rendu public, que dans l’état actuel de sa réflexion, Trump ne veut se représenter que si le parti républicain contrôle le congrès en 2022.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz