Publié par Albert Soued le 16 avril 2021

Hérité d’une époque où les Juifs de la diaspora voulaient reconstruire l’état d’Israël de la manière la plus démocratique, le système électoral actuel cherche à rassembler tous les groupes d’opinion du pays. Bien qu’imparfait et mettant en avant plus un parti qu’un individu choisi, député à l’Assemblée « Knesset », le système peut fonctionner et a fonctionné un certain temps.

En 73 ans, le pays a évolué tant sur le plan démographique que sur le plan socio-économique et les sentiments d’intérêt de la nation et de la patrie se sont estompés au profit d’ambitions égoïstes et de querelles personnelles.

Nous sommes arrivés à un stade de grave impasse politique animée par des sentiments de haine et de détestation qui n’ont plus rien à voir avec un avenir politique stable de la nation.

Situation du Lego électoral 

4 élections en 2 ans ont coûté 4,24 milliards $ et les 3 premières n’ont pas pu donner une coalition viable, capable de gouverner normalement.

Aux dernières 4 élections avec 6,3/6,6 millions d’électeurs potentiels, on compte entre 67% et 71% qui ont voté, taux nettement inférieur au taux habituel, signe de désaffection.

Le système électoral favorise la présentation de listes dont le nombre dépasse souvent la trentaine pour 120 députés à l’Assemblée « Knesset ». Seule l’obligation d’un seuil permet de limiter le nombre de listes élues ; ce seuil qui est passé de 2% à 3,25% a permis de limiter à 13 le nombre de listes élues aux élections de mars 2021.

Mais aux 3 premières élections on n’a pu former que des coalitions hétéroclites et éphémères ; et pour la dernière élection en mars la situation est aussi dramatique. Le scrutin électoral actuel a fait son temps et il est inadapté pour un pays ayant atteint la maturité et qui commence à compter sur le plan international.

Nous avons déjà donné notre point de vue sur cet imbroglio dans un précédent article – Voir www.nuitdorient.com/n24177.htm

Changement de mentalités et système électoral 

En une génération, le pays qui a été façonné pendant un demi-siècle par la gauche, a changé de mentalité. Il vire vers ce qu’on appelle la droite, c’est-à-dire vers plus de libéralisme, moins de contraintes et plus d’intégration dans le Moyen Orient où il se trouve. De ce fait, la mentalité qui se développe est plus conservatrice et moins universaliste. Les partis de droite ou liés à la tradition ou à la religion ont de plus en plus d’adhérents.

Et tout changement électoral ne pourra que confirmer cette tendance. Qu’on élise un député nommément désigné dans son fief, ou qu’on élise une liste de futurs députés choisis par le parti, ou qu’on augmente le seuil électoral à 5% ou qu’on le double à 6,5%, cela ne fera que renforcer la tendance politique vers ladite droite.(1)

Ego politique 

Sur 13 partis ayant des députés à la Knesset, 11 en ont entre 4 et 9, soit 73 au total dans une Assemblée de 120 députés, et moins de 7 en moyenne ! Mais avons-nous réellement 13 partis avec des programmes sérieux et réalisables ou seulement 13 Egos qui se battent pour avoir la prééminence et le pouvoir ?

Chercher à avoir la peau d’un dirigeant n’est pas un programme électoral en démocratie. Israël n’est pas encore une dictature, ni un état mafieux. Selon de nombreux sondages, plus de 40% de l’opinion nationale est favorable à ce que Benjamin Netanyahou reste 1er ministre, le suivant désigné étant loin derrière.

Il n’est pas anormal qu’un dirigeant perdure plus d’une douzaine d’années au pouvoir. En France on a connu 2 septennats. En Orient, les dirigeants son pratiquement « élus à vie » et Israël est de plus en plus en Orient.

La sagesse serait qu’un successeur au 1er ministre actuel, avec un ego normal, ayant déjà montré ses compétences, son discernement politique et son charisme dans d’autres domaines, se prépare à gouverner pour le bien de la nation, selon le système électoral adopté par la majorité des citoyens, avec un programme précis, adapté à l’évolution des mentalités et à la géopolitique régionale.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Soued  pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Note 

(1) Avec un seuil de 5%, on aurait 9 listes élues ; et avec un seuil de 6,5%, 4 listes seulement, nécessitant aussi des négociations pour des coalitions.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz