Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 avril 2021
Donald Trump (qui a perdu du poids) et l’amie de Donald Jr., Kimberly Guilfoyle, ex-procureur de Californie et ex-animatrice politique de Fox News

Alors que plus de la moitié des adultes du pays ont reçu au moins une injection de vaccin Covid, les partisans de Trump restent ironiquement obstinément réfractaires à la vaccination dont il a permis l’existence.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Donald Trump est très fier de son vaccin. Il a déclaré que sans son intervention, le vaccin n’aurait pas vu le jour avant trois ou quatre ans. Sauf que Donald Trump a tout à la fois permis au vaccin d’exister en un temps record, et il refuse d’inciter ses électeurs de se faire vacciner. Au point que c’est devenu une source de frustration pour ses anciens collaborateurs, qui déplorent les avantages politiques qu’il aurait pu en retirer s’il l’avait fait. Sa réticence avait également inquiété les responsables de la Santé de sa propre administration, qui pendant des mois l’on poussé à s’engager publiquement. Mais Donald Trump est trop conservateur, et il chérit la liberté personnelle de choisir.

« S’il avait passé les 90 derniers jours [après le 3 novembre] à être la voix – et à s’attribuer le mérite du vaccin parce qu’il le mérite – et à aider autant d’Américains que possible à se faire vacciner, on se souviendrait de lui pour cela », a déclaré un ancien haut fonctionnaire de l’administration.

Trump refuse de faire la promotion du vaccin

Le dernier exemple de l’intérêt de Trump pour offrir la liberté du vaccin à ceux qui le veulent, plus que d’inciter à la vaccination, est apparu sur Fox News ce lundi soir 19 avril. Il n’a encouragé les gens à se faire vacciner que lorsque Sean Hannity l’y a poussé, et il l’a fait en expliquant pourquoi il n’avait pas enregistré de publicité encourageant ses partisans sceptiques à le faire.

« Ils veulent tous que je fasse une publicité parce que beaucoup de nos soutiens ne veulent pas se faire vacciner. Vous savez, je ne sais pas exactement d’où ça vient, des Républicains ? » a dit Trump. « Ils veulent que je fasse une publicité [pour se faire vacciner], et ils font cette pause [avec le vaccin Johnson &Johnson ? »

Pratiquement tout le monde autour de Trump et dans les cercles de Santé publique dit que son influence sur la campagne de vaccination pourrait être extrêmement importante. Les électeurs de Trump font partie des blocs d’Américains les plus réfractaires aux vaccins, entre un tiers et la moitié de ses partisans sont hésitants ou hostiles au vaccin, selon les sondages.

Jusqu’à présent, Trump ne s’est pas laissé convaincre. Ses collaborateurs expliquent qu’il est très fier (à juste titre) de son initiative « Warp Speed » qui a encouragé et accéléré le développement des vaccins en un temps record, mais qu’il n’aime pas l’idée d’inciter les gens à se faire vacciner. J’ignorais que Donald Trump voyait les choses ainsi, c’est si proche de ma propre façon de penser !

Ce n’est pas ainsi que les choses devaient se passer, selon les anciens fonctionnaires de la Maison-Blanche de Trump. Ils avaient prévu que Trump serait le meilleur vendeur du vaccin, considérant qu’il s’agissait d’un rôle naturel pour un président qui a déplacé des montagnes pour obtenir ce résultat sans précédent.

Deux anciens fonctionnaires de l’administration ont même déclaré avoir proposé à M. Trump de se faire vacciner publiquement, ce qu’il a refusé. Ils voulaient que Trump fasse sa piqûre devant les caméras, à côté des médecins en blouse blanche pour valider le message selon lequel les vaccins sont sans danger.

Vacciné en secret pour ne pas influencer ses partisans

Mais Trump et Melania Trump se sont fait vacciner en secret – si secrètement, en fait, que les hauts responsables de la santé et les assistants ne l’ont appris qu’après que Trump a quitté ses fonctions. La nouvelle s’est répandue après le discours de M. Trump à la CPAC, au cours duquel il a mollement encouragé les gens à se faire vacciner, et un conseiller a confirmé que lui et la première dame se sont fait vacciner en janvier.

Certains disent que Trump ne voulait pas être attaqué par la presse pour avoir pris le vaccin avant les personnes à haut risque. Alors il a attendu janvier.

L’ancien chef de cabinet de Trump, Mark Meadows a défendu cette position.

« Au cours des derniers mois de l’administration Trump, le président a mis l’accent sur la fourniture de vaccins aux endroits les plus urgents et pour le personnel critique offrant autant de capacité que possible pour le grand public », a déclaré Meadows.

« Parce qu’il a déjà été contaminé, il a considéré qu’il y avait d’autres personnes qui avaient besoin du vaccin avant lui et la première dame. »

C’est pourquoi aucune photo n’a été publiée.

Trump peut-il vraiment convaincre ?

L’hésitation à se faire vacciner est un sujet compliqué, nous le voyons tous les jours dans les commentaires des lecteurs de Dreuz, et selon moi, Trump ne pourrait pas les convaincre même s’il appuyait très fort – ce qu’il ne veut pas faire. Selon un sondage réalisé en mars par la Kaiser Family Foundation (1), seulement un Républicain hésitant sur cinq a déclaré qu’une incitation de Trump le convaincrait de se faire vacciner.

L’administration Biden a également du mal à convaincre les sceptiques de droite

  • La Maison-Blanche a diffusé des publicités lors d’émissions populaires auprès des électeurs de droite, comme « Deadliest Catch » sur Discovery, et Country Music Television.
  • Les circuits de vitesse NASCAR ont été utilisés comme sites de vaccination.
  • Mais l’alerte au caillot sanguin du vaccin J&J n’a fait qu’accroître les craintes.

Donald Trump : j’ai remué ciel et terre, j’ai déplacé des montagnes pour mettre le vaccin à votre disposition – mais je veux que chacun conserve sa liberté de décider s’il veut se faire vacciner ou pas

Ainsi, les déclarations publiques de Trump encourageant la vaccination ont été rares, et toujours entre des déclarations politiques, des soutiens à des candidats pour 2022, et des attaques contre les RINO et les anti-Trump républicains qui ont soutenu sa destitution.

Lors d’une interview avec Maria Bartiromo sur Fox News, il a recommandé le vaccin – mais a immédiatement affirmé que les gens ont le droit de le refuser. C’est la pensée profonde de Donald Trump : j’ai remué ciel et terre, j’ai déplacé des montagnes pour mettre le vaccin à votre disposition – mais je veux que chacun conserve sa liberté de décider si vous voulez vous faire vacciner ou pas.

« Je le recommande, et je le recommande à beaucoup de gens qui ne veulent pas se faire vacciner, et honnêtement, beaucoup de ces gens ont voté pour moi. Mais encore une fois, nous avons nos libertés et nous devons vivre selon nos libertés, et je suis d’accord avec ceux qui ne veulent pas », a déclaré Trump en mars. « Mais c’est un excellent vaccin, et c’est un vaccin sûr et c’est quelque chose qui fonctionne ».

Dans sa première déclaration après la pause de J&J, Trump a accusé la FDA de faire de la politique, d’essayer d’aider Pfizer, qu’il accuse d’avoir retardé intentionnellement l’approbation du vaccin jusqu’après l’élection présidentielle de 2020.

« Ils ne m’ont pas beaucoup aimé parce que je les ai poussés extrêmement fort. Mais si je ne l’avais pas fait, vous n’auriez pas de vaccin avant 3 à 5 ans, ou peut-être pas du tout », peut-on lire dans sa déclaration.

« La seule façon de vaincre le virus de la Chine, c’est avec nos vaccins ! »

« Le président Trump a été un leader et une voix importante – il a plaidé pour la production, le développement et l’utilisation du vaccin très tôt, y compris en le prenant et en donnant des instructions à d’autres personnes pour qu’elles se fassent également vacciner », a déclaré Kellyanne Conway, sa fidèle collaboratrice et conseillère de campagne de la première heure.

Jason Miller, son conseiller principal à la Maison-Blanche, a déclaré que l’ancien président « va continuer à pousser les gens à se faire vacciner ».

Leur enthousiasme ne trompe pas, car le silence relatif de Trump est très notable.

Conclusion

L’entourage de Trump ne le comprend pas. Ils attendent de lui un point de vue tranché, pas en nuance. Je rencontre la même réaction de la part d’un certain nombre de mes lecteurs : ils s’imaginent – et ils ont tort – qui si l’on n’est pas opposé au vaccin, c’est qu’on est pour. Qu’on veut forcer ou inciter les gens à se faire vacciner !

Et ben nan et nan.

Pour nous autres conservateurs,

  1. La liberté de décision de chacun est sacro-sainte, car chaque personne doit conserver son droit sacré de mener son existence comme il l’entend.
  2. Le gouvernement n’est pas là pour faire de l’assistanat. Il n’a pas pour fonction d’apporter le bonheur, mais de fournir aux citoyens l’environnement, les conditions, pour leur permettre d’atteindre le bonheur par eux-mêmes.
  3. En rendant disponible le vaccin, Trump a rempli son devoir de chef de l’Etat – le second point du contrat libéral. En ne poussant pas les gens à se faire vacciner, il a respecté le premier.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

  1. https://www.kff.org/coronavirus-covid-19/poll-finding/kff-covid-19-vaccine-monitor-march-2021/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

38
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz