Publié par Guy Millière le 18 avril 2021

J’ai écrit beaucoup moins ces derniers jours. J’ai même interrompu l’écriture des livres sur lesquels je travaille. J’ai promis de rédiger des critiques de livres, et je ne l’ai pas fait. J’ai enregistré ma plus récente vidéo publiée sur Dreuz de manière rapide, par devoir vis-à-vis des lecteurs de Dreuz, un soir sur la table de ma cuisine. Je dois une explication à ceux qui me lisent et m’écoutent.

Quand j’ai quitté totalement la France, il y a cinq ans, j’ai emmené toute ma famille avec moi pour que nous vivions dans la maison que j’ai acheté à Las Vegas. Ma famille comprenait des êtres humains, mon épouse et ma fille la plus jeune, et trois chats. J’ai vécu toute ma vie avec des chats, et oui, je les considère comme des membres de ma famille à part entière.

L’une de mes chattes est brutalement tombée malade, et le diagnostic est tombé, il y a un mois, brutal : tumeur cancéreuse. Sans soins, elle serait morte très vite. J’ai opté pour les soins, transfusion de sang, chimiothérapie, ce qui a impliqué des visites fréquentes chez un cancérologue pour chats. Cela a impliqué aussi mon attention et celle de mon épouse de manière continue. J’ai espéré une rémission, puis tout s’est écroulé, en deux jours. J’ai dû, mardi 13 avril au soir, emmener ma chatte aux services d’urgences. Nous avons passé une partie de la nuit près d’elle, et elle est décédée. J’ai fait une conférence par zoom quand même quelques heures plus tard, car je suis professionnel et je ne pouvais annuler un événement organisé depuis longtemps. Ecrire est bien plus difficile pour moi dans ce type de circonstances, car c’est un travail solitaire. Ma chatte était à proximité de mon ordinateur, compagne silencieuse et tendre.

Pour certains, je sais, un chat est juste un animal. D’autres me comprendront. J’ai pour les chats un infini respect, et pour ceux qui sont membres de ma famille un amour lui-même infini. Je constate à chaque instant leur intelligence, leur sensibilité, l’amour sincère et profond qu’ils donnent à ceux qui les aiment, leur dignité. Comme tous les êtres intelligents et sensibles, les chats ont des personnalités différentes. Ma chatte maintenant décédée était timide, délicate, sensible, candide, sans un milligramme de méchanceté ou d’agressivité, et avec des réserves immenses de tendresse et de délicatesse. Je ne peux me résoudre à son absence. J’ai des milliers de souvenirs avec elle. Je la vois et je vois son absence en chaque lieu de la maison. Ma chatte nous a appelé à l’aide jusqu’à la dernière minute et nous n’avons rien pu faire. Je suis pour l’heure empli d’une douleur intense.

Ma fille la plus jeune avait appelé ma chatte Lila. Lila avait été abandonnée très jeune, à la campagne, dans le froid de l’hiver. Elle avait six semaines environ. Mon vétérinaire en France pensait qu’elle ne survivrait pas. Nous l’avons choyée, et élevée au biberon. Je ne l’ai pas quittée depuis près de onze années, qui furent des années d’amour mutuel.  

La douleur s’estompera. En cet instant, elle est partout en moi, et me rappelle à quel point la vie est tragique. 

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

77
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz