Publié par Guy Millière le 25 avril 2021

Quasiment toutes les nouvelles qui me parviennent de la France montrent un pays glissant vers le désastre.

Un assassin islamiste antisémite est déclaré irresponsable de ses actes parce qu’il avait fumé du haschich et avait été pris d’une “bouffée délirante” : comme il ne s’agissait que d’une “bouffée”, il ne restera pas dans l’institution psychiatrique dans laquelle il avait été placé le jour même de l’assassinat qu’il a commis. Il sera vraisemblablement bientôt dehors, pourra retourner à la mosquée, fumer à nouveau du haschich, et s’il assassine à nouveau, la justice lui aura donné l’opportunité de le faire.  Gilles William Goldnadel et Francis Szpiner ont déposé plainte en Israël contre l’assassin : c’est une décision noble, courageuse et indispensable. La justice française dans ce dossier s’est montrée lâche, déliquescente, volontairement aveugle devant l’antisémitisme musulman, qui est le seul antisémitisme qui agresse et tue des Juifs en France, mais qu’il est interdit de dénoncer. Des manifestations pour que la victime Sarah Halimi, ne soit pas oubliée et pour que celui qui l’a tuée soit puni comme il doit l’être sont organisées, et je les soutiens.

Un autre islamiste, impliqué dans l’assassinat de deux jeunes filles à Marseille a, lui, quasiment au même moment, bénéficié d’un non-lieu. S’il existe encore des Français qui se sentent en sécurité en France et qui ont confiance dans la justice de leur pays, c’est qu’ils sont sourds et aveugles.

Une fonctionnaire de police a été égorgée par un musulman à Rambouillet, et Macron a réagi en disant qu’il ne cèderait rien face au “terrorisme islamiste” : il cède déjà tout par les mots qu’il emploie. Cet égorgement n’est pas un acte “terroriste”, mais un acte de djihad, guerre sainte islamique contre les mécréants aux fins d’obtenir d’eux la peur et la soumission, et un acte de djihad contre un membre des forces de police d’un Etat infidèle est censé faire partie du combat contre cet Etat infidèle. L’adjectif “islamiste” est censé désigner autre chose que l’adjectif “islamique” : la distinction est sans pertinence. Le djihad est islamique, et fait partie intégrante de l’islam. Je l’ai expliqué en détail dans mon livre “L’ombre du djihad”. Mais bien sûr, il est politiquement incorrect de le dire.

Macron n’est pas le premier à céder. Les gouvernements français qui se succèdent n’ont pas cessé de tout céder, et Macron prend la suite. La justice française est lâche, déliquescente, volontairement aveugle sans de nombreux dossiers, depuis longtemps. Il en va de même pour quasiment tous les dirigeants politiques français, et pour quasiment tous les journalistes français. La police française est largement impuissante et désarmée. Elle a pu être employée pour des tâches ignobles (je n’oublie pas son utilisation très répressive et mutilante face aux “gilets jaunes”, utilisation qui a contrasté avec la mansuétude dont on lui a demandé de faire preuve face à des émeutes dans des zones de non droit). Elle peut se montrer lâche elle aussi, et l’assassin de Sarah Halimi aurait pu être arrêté plus tôt si les policiers arrivés sur les lieux n’avaient pas redescendu l’escalier et attendu des renforts, cela aurait pu même sauver la vie à Sarah Halimi.  

Et je dois le dire hélas : je crains fort qu’au vu de ce que sont les gouvernements qui se succèdent, au vu ce que sont la justice, les dirigeants politiques français, les journalistes français, au vu l’état de la police française, la situation de ce pauvre pays va encore empirer.

Un symbole du désastre français pourrait être la gestion de la pandémie qui, depuis le départ, n’a cessé d’être ubuesque et de montrer à quel point la France est gouvernée par des crétins cyniques, incompétents, corrompus, méprisants envers la population.

Enumérer les erreurs commises serait très long dès lors que quasiment toutes les décisions prises ont été des erreurs. Enoncer les crimes qui ont accompagné les erreurs serait tout aussi long : les auteurs des crimes étant au gouvernement, ils ne seront de toute façon jamais considérés comme coupables et jamais définis comme tels, quand bien même leur culpabilité a conduit à des morts. Les actes de corruption flagrants ont abondé. La France est passée en quelques jours au printemps dernier à un fonctionnement de régime autoritaire dont elle ne ressortira sans doute jamais complètement, et qui a la particularité abominable d’être très ferme (voire brutal) avec les braves gens, mais d’une absence presque totale de fermeté vis-à-vis de qui crie Allahou Akbar.

Des réouvertures partielles du pays sont envisagées en mai, mais le fonctionnement de régime autoritaire persistera, et il se dit que le couvre-feu pourrait se poursuivre jusqu’à l’automne.

Les chiffres réels indiquant la situation économique du pays sont absents et les chiffres maquillés abondent : si les chiffres réels étaient publiés, la population française plongerait vers une profonde dépression nerveuse.

L’argent créé ex nihilo par milliards d’euros continue à être distribué, et chacun sait que lorsqu’elle cessera, viendra un moment de vérité que les chiffres maquillés ne pourront dissimuler, et la réalité nue apparaitra : la France est en situation de banqueroute, le chômage et la pauvreté ont explosé, des milliers d’entreprises maintenues en respiration artificielle sont condamnées à mort.

Et tout cela s’ajoute à la réalité nue de l’insécurité, de l’immigration, de l’islamisation du pays, de l’accroissement des zones de non droit, bien sûr…

Macron espère être réélu malgré tout, et pouvoir, pour cela, diaboliser suffisamment Marine Le Pen, qui semble le seul candidat susceptible d’arriver au deuxième tour (dois-je le dire ? Je ne crois pas à une candidature d’Éric Zemmour). Et Macron pourrait être réélu…

 J’avais, avant la pandémie, achevé l’écriture d’un petit livre sur la France, et je l’avais appelé “Y a-t-il quelqu’un pour sauver la France ?” Le livre était pessimiste. Il venait vingt ans après un autre livre que j’avais écrit sur le même sujet, appelé, lui, “Un goût de cendres, France, fin de parcours ?”

J’avais écrit il y a six ans un autre livre encore, appelé “Voici revenu le temps des imposteurs”, consacré à ceux qui gouvernent la France et à expliquer comment le pays en était arrivé là.

Je disais dans “Y a-t-il quelqu’un pour sauver la France” que non, je ne voyais personne pour sauver la France. J’ajoutais que si je devais utiliser à nouveau, au présent, l’expression “fin de parcours”, je pourrais difficilement recourir encore à un point d’interrogation, et que si je devais parler d’”imposteurs”, le mot me paraitrait désormais très en dessous de la réalité.  Et puisque j’avais publié en 2005, juste après trois semaines d’émeutes qui avaient ravagé le pays un livre appelé “Pourquoi la France ne fait plus rêver”, j’ajoutais que vraiment non, la France ne fait plus rêver.

Je parlais, dans “Y a-t-il quelqu’un pour sauver la France”, de l’effroyable gestion du pays par Macron, et le livre allait partir chez l’imprimeur quand la pandémie est survenue, et j’ai compris alors que je devrais le réécrire. Je n’étais pas assez pessimiste, et j’aurais dû l’être davantage, bien davantage…

J’hésite à le réécrire immédiatement.

Il y aura peut-être un moment où nous serons après la pandémie : ce que verront ceux qui ouvriront les yeux à ce moment sera un paysage d’horreur.

Sera-t-il possible à ce moment de rebâtir ? J’aimerais le penser. J’aimerais vraiment.  Je n’en suis pas certain.

Je suis d’autant plus enclin à l’extrême pessimisme aujourd’hui que la France est loin d’être le seul pays à être tout au bord du gouffre.  

Ce que fait la horde de gauchistes enragés qui composent l’administration Biden aux Etats-Unis est répugnant et effroyable (et cela plait beaucoup à la quasi-totalité des journalistes français, qui commencent à idolâtrer Biden comme ils ont idolâtré Obama dans le passé).

Je veux penser qu’il y a quelqu’un pour sauver l’Amérique, car la situation y est moins grave qu’en France. Si je me trompe, j’en viendrai à penser qu’un crépuscule chargé de douleur s’abattra sur la civilisation occidentale toute entière.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

66
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz