Publié par Jean-Patrick Grumberg le 1 mai 2021
La galerie nationale de portraits du Smithsonian a décidé d’utiliser une photo du président Trump imprimée par jet d’encre comme portrait présidentiel.

Depuis l’élection de l’idiot sénile, Joe Biden, qui travaille dur pour affaiblir la première puissance mondiale et terminer le travail de sape commencé par Obama, la cote de popularité de l’Amérique est très solidement remontée.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Joe Biden est un être faible – pas à cause de son âge mais de sa personnalité molle et de son intelligence médiocre. Les dirigeants du monde entier se sentent plus à l’aise avec un Biden mou qu’on peut manipuler qu’avec un Donald Trump fort, qui avait commencé à exposer et réparer un certain nombre d’anomalies internationales acceptées par ses prédécesseurs pour des raisons incompréhensibles – comme le fait d’être un des seuls à payer les cotisations à l’OTAN sans réclamer que les principaux bénéficiaires se mettent à jour – ou le fait de devoir payer la plus grosse part des Accords de Paris sur le climat en exonérant de paiement les plus gros pollueurs – ou les avantages douaniers offerts à la Chine, sans exiger la parité en retour, ou l’échec lamentable de l’OMC à traiter les problèmes causés par les pratiques déloyales de la Chine, comme si elle était un pays du tiers monde – etc, et qui défendait d’abord l’intérêt de ses concitoyens. Par contraste, très peu des décisions prises par Biden profitent aux Américains : elles sont pour le reste du monde.

  • L’opinion des autres pays sur les États-Unis s’est améliorée de neuf points en moyenne depuis que le président Joe Biden a pris ses fonctions, selon un nouveau sondage de Morning Consult.
  • Le pays où la cote de popularité des États-Unis s’est le plus améliorée entre le 20 janvier et le 25 avril est l’Allemagne, où elle a progressé de 47 points, suivie du Japon (+ 39 points) et de la France (37 points).
  • Le pays ayant la plus haute opinion des États-Unis est le Brésil, où 74 % des personnes interrogées les considèrent favorablement (contre 69 % le 20 janvier), selon le sondage, qui a été réalisé entre le 22 et le 25 avril auprès d’une moyenne de 1 100 répondants adultes dans chaque pays.
  • Les autres pays ayant enregistré une augmentation à deux chiffres de leur opinion sur les États-Unis sont l’Australie (augmentation nette de 21 points), le Brésil (10 points), le Canada (32 points), l’Italie (23 points), le Mexique (15 points), l’Espagne (26 points) et le Royaume-Uni (30 points).
  • Les plus faibles hausses ont été enregistrées en Russie, où l’opinion sur les États-Unis n’a augmenté que de 6 points, et en Inde, où elle a augmenté de 3 points.

La Chine et la Corée du Sud sont les seuls pays dont l’opinion sur les États-Unis s’est dégradée depuis l’entrée en fonction de M. Biden : moins 2 points en Corée du Sud et moins 13 points en Chine, qui est le pays qui a l’opinion la moins positive sur les États-Unis (17 % d’opinions favorables).

Jalousie ou envie, America First leur reste en travers de la gorge

« L’opinion internationale des États-Unis, dans de nombreux pays, dépend véritablement des actions américaines », a déclaré le Dr David Farber, professeur à l’université du Kansas, qui a publié un livre sur les perceptions internationales des États-Unis. « Les gens dans de nombreuses nations à travers le monde ont, je pense, de l’espoir, que l’élection de Joe Biden marque un rejet de l’ « America First » de Trump, autrement dit, que ce sont eux qui vont de nouveau pouvoir profiter de l’Amérique, maintenant que la page Trump est fermée.

La plus belle preuve de ce malaise est qu’avec la politique America First et le slogan MAGA (Make America Great Again), les États-Unis sont passés d’une cote de popularité de 64 % à la fin de la présidence de Barack Obama à 49 % dès les tout premiers jours de la présidence de Trump.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

15
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz