Publié par Magali Marc le 1 mai 2021

John Kerry a nié avoir transmis de l’information aux mollahs concernant les frappes d’Israël contre des objectifs iraniens. Voilà maintenant que le porte-parole du département d’État prétend que ces frappes étaient connues de tous les gouvernements impliqués. Le Secrétaire d’État, Antony Blinken a même déclaré qu’à l’époque, les frappes avaient toutes été rapportées dans les médias! Sauf que le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a bien dit qu’il n’était pas au courant …

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Monica Showalter, paru sur le site d’American Thinker, le 30 avril.

*******************

C’est n’importe quoi : L’affirmation selon laquelle l’Iran était déjà au courant des frappes aériennes d’Israël est un mensonge

On dirait que le «tsar du climat» de l’Administration Biden, John Kerry, mérite bien son surnom de «traître», qui date de l’époque où il jetait ses médailles acquises lors de son service au Vietnam par-dessus la clôture de la Maison Blanche et mentait sur les crimes de guerre américains, prétendant que les militaires américains avaient rivalisé en cruauté avec «Gengis Khan».

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Nous savons qu’il était de connivence avec l’Iran pendant les années Trump, disant aux mollahs de se calmer et d’attendre que ses Démocrates reviennent au pouvoir, car ils arrangeraient les choses comme les mollahs l’entendaient.

C’était une sacrée violation de la loi Logan, et il s’en est tiré à bon compte.

Aujourd’hui, il semble qu’il ait à nouveau violé la loi Logan, cette fois en dénonçant 200 frappes aériennes israéliennes aux grands mollahs eux-mêmes, afin de leur fournir les renseignements essentiels que leurs propres espions ne pouvaient obtenir, ce qui leur donnait les moyens d’attaquer Israël.

Kerry a nié avoir fait une telle chose.

«Je peux vous dire que cette histoire et ces allégations sont absolument fausses. Cela ne s’est jamais produit – ni lorsque j’étais secrétaire d’État ni depuis », a-t-il déclaré sur son compte Twitter personnel lundi soir.

Mais nous avons maintenant la preuve qu’il mentait, signalant ainsi qu’il est très utile aux mollahs, selon un reportage du Washington Free Beacon :

« La fuite d’un enregistrement audio du ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif indique qu’il n’avait pas connaissance des frappes militaires israéliennes secrètes avant que l’ex-secrétaire d’État John Kerry ne lui fournisse l’information. Ce sont de nouveaux détails qui contredisent la récente défense de Kerry par le Département d’État.
Ces détails sont susceptibles d’alimenter davantage les appels des Républicains en faveur du renvoi ou de la démission de Kerry. Le New York Times rapporte que M. Zarif a déclaré sur l’enregistrement que M. Kerry lui a dit qu’Israël avait lancé 200 frappes aériennes contre les intérêts iraniens en Syrie. Le Times n’a pas fourni d’autres détails sur cette question.
Mais une traduction indépendante de la bande audio commandée par le Washington Free Beacon montre que M. Zarif a poursuivi en précisant qu’il n’avait aucune connaissance préalable de ces frappes israéliennes avant que Kerry ne le lui en fasse part. « M. Kerry m’a dit qu’Israël avait lancé 200 frappes aériennes contre [l’Iran] », a déclaré Zarif. « Vous n’étiez pas au courant ? » a demandé son interlocuteur. « Non, non », a-t-il répondu. »

Comme l’a noté le Beacon, cela contredit la tentative de couvrir ses arrières tentée par les alliés de John Kerry au Département d’État, qui ont affirmé qu’il n’avait divulgué aucune information classifiée dans aucune de ses discussions amicales avec les Iraniens :

« Si vous revenez en arrière et regardez les articles de presse de l’époque, ce n’était certainement pas un secret, et les gouvernements impliqués en parlaient publiquement et officiellement », a déclaré Ned Price, porte-parole du département d’État, lundi lors d’un point de presse. Le lendemain, le secrétaire d’État, Antony Blinken a déclaré que les frappes « ont toutes été rapportées dans la presse à l’époque, c’est donc une absurdité totale ». Il a également accusé les Républicains d’essayer de « faire de la politique avec ça ».

Il va être beaucoup plus difficile de protéger John Kerry maintenant que les mollahs eux-mêmes crachent le morceau, selon le reportage du Washington Free Beacon.

Si le Washington Free Beacon n’avait pas consulté les transcriptions et demandé à quelqu’un de trier et de traduire ce qui a été dit, le démenti de M. Kerry aurait été maintenu, et il s’en serait tiré indemne. Encore une fois.

À présent, sa place sur la sellette est de plus en plus brûlante.

Quel genre de sale type s’acoquinerait avec les mollahs et leur révélerait ensuite, comme pour leur faire une faveur, que le principal allié de l’Amérique a saboté leurs intérêts (totalement illégitimes) en Syrie ?

Les Russes, pour leur part, doivent pouffer de rire.

John Kerry a fait tout un plat à propos des intérêts russes en Syrie et a poussé des cris d’orfraie à leur sujet il y a environ six ans. Maintenant il défend les intérêts des mollahs dans ce même enfer ?

Son léchage de botte des mollahs aux dépens d’Israël est en soi assez mauvais.

Mais le vrai perdant ici sont les États-Unis, car pourquoi Israël confierait-il des secrets aux Américains, sachant qu’un amoureux des mollahs comme M. Kerry, est prêt à leur fournir des renseignements pour se mettre dans leur bonne grâce ?

Même s’il partait pendant un an, il pourrait revenir dans une future administration, en particulier avec une coquille vide de président comme Joe Biden. Les nations intelligentes ne partagent pas de renseignements avec des dirigeants qui les font fuiter vers l’Iran.

Cela soulève des questions sur les violations de la loi Logan et sur la raison pour laquelle ce clown n’est pas au minimum mis à l’écart par l’Administration Biden.

Les Républicains ont raison de demander la démission de John Kerry.

Ce traître ne devrait jamais s’approcher des leviers du pouvoir américain. Il n’est pas digne de confiance. Les seules personnes qui peuvent lui faire confiance sont les mollahs d’Iran.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz