Publié par Christian Larnet le 1 mai 2021

Ce qui était censé être un développement urbain luxueux pour les riches étrangers est devenu une sinistre ville fantôme à moitié achevée en Turquie.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Les frères Yerdelen, entrepreneurs immobiliers turcs, ont construit un village tentaculaire, baptisé Burj Al Babas, comprenant 732 mini-châteaux près de la mer Noire pour riches étrangers qui ne s’intéressent pas à la Riviera française ou à la pointe de l’Espagne.

Les « châteaux » ont tous des toits-terrasses de style gothique surplombant la luxuriante forêt turque. De plus, les promoteurs du projet, Sarot Group, ont choisi avec soin l’emplacement de leur petit royaume : dans la ville thermale romaine de Mudurnu, bien connue pour ses sources chaudes et ses eaux curatives.

Chaque château devait être doté d’un chauffage au sol et de jacuzzis à tous les étages, renforçant ainsi l’idée d’un luxe européen au Moyen-Orient.

Puis l’économie turque s’est arrêtée net en raison du coup d’État politique manqué, des attentats terroristes, de l’islamisation de plus en plus répressive du président Erdogan, et bien entendu de la pandémie. Les promoteurs ont donc fait faillite, les investisseurs et les acheteurs ont retiré leur argent, et l’ancienne vallée de manoirs est devenue un quartier de coquilles vides, à moitié terminées.

Burj Al Babas se compose de plus de 700 châteaux, dont la moitié avaient été vendus en 2019.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

28
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz