Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 mai 2021

Voici le nouvel épisode de notre série « Au Secours, ils sont fous« , dont vous pouvez retrouver l’intégrale ici.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

La « révérende » Megan Rohrer a été élue samedi évêque du synode Sierra-Pacifique de l’Église évangélique luthérienne d’Amérique, devenant ainsi la première personne transgenre à occuper un poste d’évêque dans l’une des principales confessions chrétiennes des États-Unis.

Rohrer, pasteur de l’église Grace Lutheran à San Francisco et coordinateur de l’aumônerie communautaire pour le département de la police de San Francisco, a été la première personne transgenre à être ordonnée en 2006 et la première à servir en tant que pasteur lorsqu’il a été appelé à Grace Lutheran en 2014.

Bien connu pour avoir défendu les droits LGBTQ dans le cadre de son activisme de rue, de ses prédications et de ses écrits, Rohrer, 41 ans, qui utilise les pronoms ils et elles, est également reconnu pour son travail avec les sans-abri.

« C’est un honneur d’être appelé à servir le Synode Sierra Pacific », a déclaré Rohrer, qui sera installé comme évêque le 1er juillet.

En cette période où certains imaginent les personnes transgenres sous leur pire jour, les luthériens ont une fois de plus déclaré que les personnes transgenres sont de beaux enfants de Dieu. Merci à tous ceux qui ont prié pour moi et ma famille alors que j’accepte cet appel ».

Selon le New York Times, Rohrer a déclaré après le vote :

« J’espère que vos petits-enfants vous appelleront, que vos enfants vous appelleront, que vos amis vous appelleront et vous interrogeront sur votre foi. Et quand ils vous appelleront, dites-leur combien vous aimez Jésus et pourquoi la foi de Jésus en vous signifie que vous pouvez avoir foi en moi ».

Extraordinary Lutheran Ministries a déclaré dans un communiqué :

« Megan s’est toujours trouvée à marcher aux côtés de ceux qui élèvent la voix pour la justice, en solidarité avec eux et pour leur assurer la sécurité.

Aujourd’hui, l’histoire s’est écrite dans notre église ! L’ELM célèbre une église qui reconnaît désormais les dons des leaders queers comme l’évêque élu Rohrer et nous anticipons le jour où tous les leaders queers seront appelés à exercer leur ministère sans entrave ni barrière et seront affirmés dans leurs appels donnés par Dieu.

Élevée dans le Dakota du Sud, Rohrer a raconté qu’elle avait été expulsée du groupe de jeunes de l’église qu’elle fréquentait à Sioux Falls lorsqu’elle s’est déclarée lesbienne, et elle a déclaré à une station de radio publique californienne qu’elle était étudiante à l’université luthérienne Augustana.

« Les personnes qui suivaient mes cours de religion avec moi chantaient des hymnes quand je passais devant eux, pour essayer de chasser mes démons homosexuels. Et je ne faisais que chanter l’harmonie. Je ne savais pas quoi faire », ont-ils déclaré.

  • Un pasteur du campus d’Augustana a toutefois encouragé Rohrer à envisager le ministère et, en 2002, ils ont déménagé à San Francisco pour suivre les cours du Pacific Lutheran Theological Seminary, avant d’être transférés à la Pacific School of Religion de Berkeley, favorable aux LGBTQ.
  • Ordonnée en 2006 dans le cadre d’un « processus de candidature extraordinaire » conçu pour contourner la politique nationale de l’ELCA sur les ministres LGBTQ à l’époque, l’ordination de Rohrer a été officiellement acceptée en 2010.
  • À San Francisco, dont le conseil d’administration a déclaré le 12 août « Journée du pasteur Megan Rohrer » en 2012, Mme Rohrer défend et conseille ouvertement les personnes LGTBQ, en particulier celles qui s’identifient comme transgenres et sont sans abri.

« Utiliser la foi pour démolir d’autres personnes n’est pas une bonne nouvelle », déclarait Rohrer à Cosmopolitan en 2017. « Nous devons tous être aussi forts et aussi en colère que les personnes qui veulent déclarer qu’il y a des types de personnes que Dieu ne peut pas aimer. »

Alors que les évêques homosexuels ont servi dans les principales dénominations protestantes depuis que l’évêque Gene Robinson a été nommé évêque dans le diocèse épiscopal du New Hampshire en 2003, les prêtres et ministres transgenres ne trouvent que lentement l’acceptation.

  • En 2007, Drew Phoenix a été autorisé à rester pasteur d’une paroisse méthodiste unie de Baltimore après avoir fait son coming out en tant que transgenre.
  • L’UMC a nommé son premier diacre transgenre en 2017.
  • L’Église épiscopale a approuvé les prêtres transgenres en 2012.

Le synode Sierra Pacific englobe 180 congrégations dans le nord de la Californie et le nord du Nevada, avec plus de 36 000 membres et environ 13 000 fidèles présents le dimanche.

Les évêques sont élus pour un mandat de six ans au sein de l’ELCA.

Rohrer a été élu au cinquième tour de scrutin de l’élection épiscopale de samedi, devançant le révérend Jeff R. Johnson, pasteur de la chapelle luthérienne de l’université de Californie à Berkeley, qui a mené le vote jusqu’au dernier tour.

Dans les documents exposant leurs qualifications pour le poste d’évêque, le révérend Rohrer a déclaré que ses priorités seraient « d’engager un professionnel de la communication pour mener un effort d’évangélisation majeur », de promouvoir le logement social dans une partie du pays où les prix de l’immobilier exacerbent le problème des sans-abri [ce qui est manifestement de la désinformation car les sans-abri ont un problème de santé mentale et d’addiction aux drogues, mais de paiement du loyer] et d’ordonner un audit pour examiner les politiques du synode qui conduisent à la partialité.

Mon grain de sel

Je n’aime pas ces efforts pour normaliser les transsexuels. Cela devrait rester hyper-marginal, cela devrait rester l’exception, et les jeunes ne devraient pas être incités à banaliser quelque chose contre-nature, sous prétexte de faire disparaître la haine. Je crois même que la haine pourrait être exacerbée à force de pousser les gens à accepter ce qu’ils rejettent : toutes ces histoires vont finir par taper sur les nerfs de gens précédemment indifférents au problème.

Je crois aussi qu’il y a une crispation sociale autour du concept de haine – alors que la haine est un sentiment légitime et sain, tout à fait normal en fait. Ce qui ne l’est pas, c’est la violence et le désir de faire du mal.

Au lieu de diaboliser la haine, de voter des lois pour punir pénalement la haine et censurer les propos de haine – ce qui est le résultat de cerveaux stupides qui réfléchissent comme des tortues retournées sur leur carapace, il serait bien plus utile et efficace d’enseigner à ne pas faire le mal, à ne pas dire du mal, à ne pas heurter les minorités homosexuelles, à respecter leurs choix et leur dignité humaine.

Hélas, je ne suis pas un bisounours, et je sais parfaitement qu’en poussant ces communautés LGBT dont ils se contrefichent, la gauche les instrumentalise, les manipule, pour créer des tensions, des divisions, du chaos, afin d’imposer un jour une dictature molle compatible avec leur esprit totalitaire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

23
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz