Publié par Magali Marc le 13 mai 2021

Le porte-parole du Département d’État de Joe Biden, Edward Price, a refusé, le mois dernier, de nommer les accords signé par le Président Trump « Accords d’Abraham ». Selon lui, ce sont « des accords de normalisation ». Plutôt que de dénoncer les attaques du Hamas, Joe Biden a envoyé en Israël, Hady Amr, un fonctionnaire du département d’État anti-israélien (dans le passé, il a accusé Israël de « nettoyage ethnique »), dans le but d’encourager le Premier ministre Benjamin Netanyahou à « désescalader » la réplique israélienne aux attaques de roquettes palestiniennes.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Jordan Davidson, paru sur le site de The Federalist, le 11 mai.

******************

Trump critique Biden et les Démocrates pour leur faiblesse face aux attaques du Hamas contre Israël

L’ex-Président Donald Trump a reproché à l’Administration Biden de ne pas avoir pris la défense d’Israël après l’attaque menée cette semaine par le groupe militant palestinien Hamas.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

« Lorsque j’étais en fonction, nous étions connus comme la présidence de la paix, car les adversaires d’Israël savaient que les États-Unis se tenaient fermement aux côtés d’Israël et qu’il y aurait des représailles rapides si Israël était attaqué », a déclaré Trump mardi. « Sous Joe Biden, le monde devient plus violent et plus instable parce que sa faiblesse et son manque de soutien envers Israël conduisent à de nouvelles attaques contre nos alliés. »

M. Trump a non seulement condamné ces attaques mais a déclaré qu’il est du devoir des États-Unis d’aider et de soutenir Israël.

« L’Amérique doit toujours se tenir aux côtés d’Israël et dire clairement que les Palestiniens doivent mettre fin à la violence, à la terreur et aux attaques à la roquette, et dire clairement que les États-Unis soutiendront toujours fermement le droit d’Israël de se défendre ».

Le Républicain a également dénoncé la Représentante Ilhan Omar et d’autres Démocrates qui « s’en prennent sauvagement à Israël alors que ce pays subit des attaques terroristes ».

Sous Donald Trump, la paix au Moyen-Orient a commencé en septembre lorsqu’il a signé les Accords d’Abraham et facilité la conclusion d’accords diplomatiques officiels entre Israël et les Émirats arabes unis et entre Israël et le Bahreïn.

Dans le cadre de ces accords de paix que l’on croyait autrefois impossibles, les trois nations ont cherché à établir des ambassades, échanger des ambassadeurs et commencer à travailler ensemble en tant que partenaires. Parmi les autres priorités des accords de normalisation figuraient la promotion de la liberté de circulation et de religion.

Un mois seulement après ces accords de paix historiques, M. Trump a ordonné que le Soudan soit retiré de la liste des États parrainant le terrorisme et a assuré que l’engagement du Soudan avec l’Occident serait assuré en établissant des relations avec Israël.

En plus de normaliser les relations et de mettre fin à la « belligérance entre ces nations », l’Administration Trump a également facilité un accord promouvant les négociations commerciales et de coopération entre elles, ce qui, selon lui, devait apporter « la paix dans la région ».

Lorsque le porte-parole du département d’État de Joe Biden, Edward « Ned » Price, a pris le relais, il a toutefois refusé catégoriquement et a délibérément évité de nommer les réalisations de l’ex-Président en matière de politique étrangère.

« Ce sont des accords de normalisation », a répété M. Price à de nombreuses reprises lors d’une conférence de presse le mois dernier. « Écoutez, nous les appelons des accords de normalisation. C’est précisément ce qu’ils sont. »

« Il y a un nom spécifique sur lequel ils ont tous tombés d’accord . Je crois que vous savez ce que c’est », a insisté un journaliste. « Pourquoi n’utilisez-vous pas le nom que les dirigeants de ces pays ont utilisé, qui est celui des Accords d’Abraham ? Pour quelle raison? »

« Je ne suis pas opposé à l’utilisation de ce nom », a affirmé M. Price. « Je décris ce que sont ces accords… Bien sûr, je peux dire le terme ‘Accords d’Abraham’, Matt, mais nous les appelons des accords de normalisation. »

Pendant que l’Administration Biden se dégonfle, d’autres pays, comme l’Allemagne, ont publié des déclarations de soutien à Israël.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz