Publié par Salem Ben Ammar le 30 mai 2021

Tout ce que l’on sait de l’agresseur d’hier de la policière est qu’il est musulman. Il avait agi en tant que tel et n’était pas en proie à des hallucinations et sous l’emprise des pulsions incontrôlables qu’il était incapable de maîtriser.

Il n’avait pas planifié et choisi la journée du vendredi fortuitement, car en accomplissant son forfait abominable ce jour-là cela lui épargnerait l’épreuve redoutée par tous les musulmans des tourments de la tombe selon un Hadith.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

On ne saurait dire que ce terroriste était inconscient de ses actes. Il les a prémédités.

La société française est pleine de malades psys, ils ne présentent aucun danger pour autrui ni pour eux-mêmes. La maladie mentale ne mène pas au terrorisme.

Une simple observation statistique laisse penser qu’il y a une relation de cause à effet entre le passage à l’acte des auteurs des crimes terroristes et leur religion.

On a pas vu des fous animistes ou athées verser dans le terrorisme.

A l’évidence la cause du mal est la sève qui les nourrit. Elle est consubstantielle à l’islam.

Elle saute pourtant aux aux yeux d’un aveugle. Mais on préfère la voiler et l’occulter. On n’ose pas la nommer de peur de provoquer un Tsunami planétaire. Ce qui est un secret de polichinelle doit être mis sous le boisseau.

On ne le nomme pas on nomme le mal diagnostiqué par qui ronge ses fidèles terroristes.

Or, on ne peut pas lutter contre le terrorisme en laissant ses germes prospérer en route impunité.

Tant que l’on a pas expurgé le Coran des versets qui légitiment et récompensent la guerre dite sainte contre les non-musulmans le terrorisme a encore un bel avenir devant lui continuera à fasciner les sujets fragiles de cette religion en mal de vivre et de reconnaissance sociale.

Son horizon ne fera que s’élargir à cause des nouvelles vocations suscitées par la lecture littérale du Coran et de l’explosion exponentielle de la construction des mosquées dans le monde musulman ainsi qu’en Occident. Quand il en meurt un dans le sentier d’Allah c’est mille musulmans qui se sentent investis de prendre la relève pour combattre les « infidèles. »

Le Coran n’est pas un roman d’amour que l’on peut laisser entre les mains de tous les individus. Il est une arme à feu redoutable que l’on ne doit jamais laisser à portée des enfants qui sont en l’espèce cette masse de psychotiques enfantées par l’islam.

Selon une étude longitudinale l’OMS datée de 2011 qui porte sur la période 2001-2010 plus de la moitié des Tunisiens était en état de mal-être psychologique et psychiatrique.

Une autre étude sur l’état de santé de mentale de la population algérienne fait état de plus de 600 000 malades mentaux en liberté dans les rues d’Algérie.

Des sociétés qui s’embrasent pour d’innocentes caricatures de leur prophète qui est loin d’être un exemple de probité morale ne peuvent rasssurer sur leur maturité psychique et psychologique. Elles sont encore au stade primate.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

27
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz