Publié par Guy Millière le 26 mai 2021

Q : Quelles sont les causes du nouvel affrontement militaire entre la Palestine et Israël ?

Tout d’abord, il n’y a pas de “Palestine”. Il n’y a jamais eu d’État palestinien dans l’histoire. Il n’y a pas de “nation palestinienne”.  Il n’y a pas de “peuple palestinien” : la notion a été inventée par le KGB en 1967 à des fins de propagande. Il y a une guerre entre Israël et des organisations islamiques qui veulent détruire Israël.

Selon l’islam, un territoire conquis par l’islam doit rester musulman à jamais. Y réétablir un pays non musulman est un sacrilège. Les pays musulmans voisins d’Israël ont voulu détruire Israël dès sa naissance et cela a longtemps été leur but. Ils ont livré trois guerres pour détruire Israël, en 1948-49, en 1967 et en 1973. Ils ont échoué. Plusieurs d’entre eux étaient alliés de l’Union Soviétique dans les années 1960, et les Soviétiques leur ont dit qu’une guerre visant à détruire un pays juif et à exterminer sa population juive était impossible à légitimer au sein du monde occidental, et le KGB leur a suggéré de présenter leur action comme une lutte de libération nationale.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

En 1964, l’Organisation de Libération de la Palestine est née. Trois ans plus tard, après la guerre de 1967, le “peuple palestinien” est né à son tour, et la narration a été qu’un “petit peuple opprimé”, le “peuple palestinien” luttait contre des impérialistes juifs qui avaient volé sa terre. Un mouvement terroriste islamique voué à la destruction d’Israël, le Fatah, fondé en 1959 par un membre des Frères Musulmans, Yasser Arafat, est devenu la principale organisation de l’OLP, et Yasser Arafat est devenu chef de l’OLP.

La lutte de libération nationale nouvellement créée, et le “peuple palestinien” nouvellement créé lui aussi ont fait l’objet d’une propagande soviétique intensive, et toutes les gauches du monde ont eu une nouvelle lutte de libération nationale et un nouveau “peuple opprimé” à soutenir. Cela a été un grand succès, qui dure jusqu’à ce jour.

Le succès a dépassé les frontières de la gauche : tous les antisémites qui haïssaient Israël parce qu’ils haïssaient les Juifs ont pu se dire “pro-palestiniens”, et les gouvernements occidentaux qui voulaient avoir de bonnes relations avec le monde arabe ont soutenu la “cause palestinienne”. L’OLP est devenue l’Autorité Palestinienne et a pris la forme d’une entité terroriste paraétatique à laquelle Israël a naïvement accepté que soient concédées des terres en Judée-Samarie, un territoire annexé par la Jordanie en 1949 et perdu par elle en 1967 (pendant un peu plus de dix-huit ans le territoire a été appelé Cisjordanie).

Ce qui s’est passé ces derniers jours a été une agression perpétrée contre Israël par un mouvement terroriste islamique né dix-huit ans après la création de la “cause palestinienne”, le Hamas. Le but de ce mouvement est aussi la destruction d’Israël et l’extermination de sa population juive. L’agression a été massive et visait des zones civiles. Sans le dôme de fer israélien, il y aurait eu des dizaines de milliers de morts. Les forces de défense israéliennes ont riposté et se sont efforcées de détruire au maximum le mouvement terroriste islamique. Cela n’a pas été à proprement parler un “affrontement militaire”. Des terroristes ne sont pas des soldats.

L’affrontement d’aujourd’hui est très simple à expliquer. Le Hamas a pour but la destruction d’Israël et du peuple juif en Israël. Il est soutenu par l’Iran, qui est son fournisseur d’armes et de missiles. L’Iran a été asphyxié sous la présidence Trump, et le Hamas a été asphyxié aussi. Grâce à l’administration Biden, l’Iran retrouve des forces, le Hamas, par conséquent, aussi. L’Iran a fourni des missiles au Hamas. Le Hamas les a utilisés, et s’est efforcé de détruire et de tuer. Israël a fait ce que tout pays agressé massivement fait en pareil cas. Toutes les explications qu’on trouve dans la presse occidentale, et qui parlent d’Arabes risquant l’expulsion dans un quartier Nord de Jérusalem passent à côté de l’explication fondamentale, et se laissent leurrer par la propagande “palestinienne”.

Les Arabes qui risquent l’expulsion occupent des maisons sans droit ni titre : ils risqueraient l’expulsion dans tout pays où on respecte les droits de propriété. Si la propagande “palestinienne” n’utilisait pas ce prétexte, elle en trouverait un autre.

Q : Qu’est le Hamas au pouvoir à Gaza ?

Le Hamas est une branche des Frères Musulmans, une organisation islamiste fondée en Égypte en 1929 qui se donne pour but de replacer un islam strict au pouvoir dans tout le monde musulman. Le Hamas, nom complet Ḥarakat al-Muqāwamah al-ʾIslāmiyyah, mouvement de résistance islamique, est un mouvement voué, je l’ai dit, à la destruction d’Israël et l’extermination de sa population juive, au nom de l’islam. Il ne parle pas de Palestine et de peuple “palestinien”. Le Hamas n’est pas un mouvement “palestinien”. Les dirigeants des pays sunnites, à deux exceptions près, ne soutiennent pas le Hamas, car les Frères Musulmans sont leurs ennemis. Les deux exceptions sont le Qatar, et la Turquie de Recep Tayyip Erdogan.

Le soutien principal du Hamas est l’Iran, qui veut lui aussi détruire Israël et exterminer sa population juive. L’Iran ne soutient pas un mouvement “palestinien” en soutenant le Hamas : il soutient un mouvement terroriste islamique. Ni le Hamas ni l’Iran ne veulent “libérer” un “peuple palestinien” ou libérer la “Palestine”.  Seule la destruction d’Israël et l’extermination de sa population juive les intéresse. Ceux qui ont manifesté pour le Hamas dans diverses villes occidentales ont manifesté pour une organisation terroriste islamique, pour la destruction d’Israël et pour l’extermination des Juifs israéliens. Cela les rend moralement répugnants.

Les appeler “pro-palestiniens” n’a aucun rapport avec la réalité.  Ceux qui ont manifesté pour le Hamas ne peuvent même pas dire qu’ils défendent les habitants arabes de Gaza : ils soutiennent ceux qui transforment les habitants arabes de Gaza en terroristes et en assassins. Ils soutiennent ceux qui injectent la haine dans la tête des habitants de Gaza et les envoient ensuite au massacre, ou les utilisent comme boucliers humains. Cela rend ceux qui ont manifesté pour le Hamas plus moralement répugnants encore.

Q : Comment expliquez-vous le biais pro Palestine de la presse occidentale ?

Les Soviétiques ont fabriqué un “petit peuple opprimé” pour que toutes les gauches du monde occidental l’aiment, et une lutte de libération nationale pour que toutes les gauches du monde la soutiennent. Les gauches occidentales aiment le petit peuple, il a été inventé pour ça, et elles soutiennent la lutte de libération nationale, elle a été inventée pour ça. Les Soviétiques ont ajouté à leur invention de nombreux éléments : le “petit peuple” a été “spolié” de “ses terres” qui sont “occupées” par les méchants “colons” israéliens, l’armée israélienne est “impérialiste” et se conduit “comme les nazis” se conduisaient contre les Juifs. Il y a des “territoires palestiniens occupés”, etc. Tout cela est absolument faux.

L’immense majorité des journalistes sont de gauche, et sont imprégnés de la totalité de la fausse narration établie par les Soviétiques et utilisée par les organisations terroristes islamiques “palestiniennes”. Ils n’ont aucune connaissance de l’histoire et répètent aveuglément la fausse narration, sans chercher à en savoir davantage. Ils suivent paresseusement et aveuglément le mouvement que suit la gauche. Les quelques journalistes qui ne sont pas de gauche appartiennent à des droites souvent antisémites et sont souvent “antisionistes”, comme on dit.

C’est le cas de nombre de ceux qui se rattachent au courant gaulliste en France. Il reste quelques journalistes qui connaissent l’histoire et qui ne sont ni de gauche ni antisémite, mais il n’y en a pas beaucoup. Les journalistes de gauche pourraient faire un effort : tous les documents montrant comment la “cause palestinienne” a été créée, et comment le “peuple palestinien” a été inventé sont disponibles, mais ils ne font aucun effort. L’idée de soutenir un “petit peuple opprimé” les séduit tellement, que la vérité n’a plus aucune importance pour eux. Les antisémites, eux, ont, grâce à la “cause palestinienne”, l’opportunité de soutenir des tueurs de Juifs sans passer pour des criminels, cela ne peut que leur plaire.

Détester Israël fait désormais quasiment l’unanimité dans les salles de rédaction, et c’est très confortable pour un journaliste occidental de détester Israël. C’est faire comme tout le monde. Et puis, dès lors qu’il y a des islamistes violents dans tous les pays du monde occidental, détester Israël permet d’éviter les menaces et les agressions.

Q : Pourquoi l’extrême gauche déteste-elle l’État hébreu ?

L’extrême gauche adhère à la narration soviétique jusqu’au fanatisme absolu.  Elle est persuadée que le “peuple palestinien” existe et est “opprimé” par des Juifs, que les Juifs israéliens sont des “colons”, que l’armée israélienne est “impérialiste” et “nazie”. Elle considère les terroristes islamiques “palestiniens” comme des “résistants” et appelle régulièrement les actes terroristes anti-israéliens les plus ignobles “actes de résistance” ou au mieux, des “actes de désespoir”. Elle défend l’islam, qu’elle présente comme la “religion des opprimés”.

Elle déteste la civilisation occidentale, et Israël est un pays de civilisation occidentale. Elle n’a donc aucun problème lorsqu’il s’agit pour elle de soutenir un mouvement terroriste islamique qui combat des gens qui, à ses yeux, sont des “colons”, des “impérialistes”, et des “nazis” juifs. Elle se retrouve au côté des antisémites les plus virulents du temps présent, et au côté de tueurs de Juifs voulant un génocide anti-juif, mais elle se refuse à le voir.

Elle se rend complice de crimes abominables, mais elle se refuse à le voir aussi. Elle refuse de voir la monstruosité des organisations terroristes islamiques “palestiniennes” qui endoctrinent et fanatisent des êtres humains (qui pourraient vivre sans cela une vie normale) et en font des terroristes, des machines à tuer des Juifs. Il est strictement impossible d’expliquer quoi que ce soit à des gens d’extrême gauche. Ils sont encore plus imperméables à la connaissance que les journalistes de gauche, ce qui n’est pas peu dire. Il est strictement impossible d’expliquer quoi que ce soit à des fanatiques.  Quiconque connait l’histoire sait à quel point les fanatiques sont dangereux.

Les terroristes islamiques et les islamistes sont eux aussi des fanatiques, et il n’est pas étonnant que l’extrême gauche puisse les soutenir. Les fanatiques se ressemblent. La synergie monstrueuse extrême gauche-islamistes dans le monde occidental est aujourd’hui responsable de quasiment toutes les agressions anti-juives et, hélas, elle monte en puissance, ce qui est inquiétant. 

Q : Va-t-on trouver un jour un dénouement à ce conflit sanglant ?

Aucune entente ne peut être trouvée avec le Hamas, dès lors qu’il a pour but unique la destruction d’Israël et du peuple juif en Israël. La seule solution face au Hamas est de le détruire totalement. Les dirigeants occidentaux arrêtent toujours l’armée israélienne avant que le Hamas soit totalement détruit. Ce qui permet au Hamas d’attaquer, de se trouver détérioré, de se reconstruire, et d’attaquer à nouveau. Les dirigeants occidentaux veulent que le Hamas survive.

C’est apparemment leur organisation terroriste islamique favorite : elle ne tue personne dans le monde occidental et ne tue que des Juifs en Israël, les dirigeants occidentaux peuvent dès lors lui permettre de survivre sans risquer que leurs pays soient atteints.  Aucune entente ne peut être trouvée non plus avec l’Autorité Palestinienne. C’est aussi une organisation terroriste islamiste, mais elle a été structurée par l’Union Soviétique, et elle reste fidèle à la méthode qu’elle a adoptée quand l’Union Soviétique existait encore : tout en recourant au terrorisme, à l’assassinat de Juifs, et à l’incitation à la haine anti-juive, elle recourt aussi à une guerre d’usure, par la propagande et par la délégitimation.

Elle utilise les instances internationales et cherche à obtenir la condamnation d’Israël à l’ONU, à l’Unesco, à la Cour Pénale internationale. Les Soviétiques ont appris à ses chefs (aujourd’hui Mahmoud Abbas) que le travail de sape peut mener à l’effondrement de l’ennemi.  L’Autorité Palestinienne est une organisation terroriste que les dirigeants occidentaux aiment beaucoup elle aussi : elle aussi ne tue personne dans le monde occidental, et elle aussi ne tue que des Juifs en Israël, et puis, elle permet aux dirigeants occidentaux de se dire qu’ils soutiennent un “petit peuple opprimé”, et ils aiment ça.

Les dirigeants occidentaux veulent que l’Autorité Palestinienne survive elle aussi. Le seul dénouement envisageable a été proposé par Donald Trump, et le plan de paix Trump a été une proposition qui recueillait l’assentiment des principaux pays arabes sunnites. Il a été suivi par les accords d’Abraham qui ont été la plus grande avancée vers la paix régionale depuis plus de sept décennies. Le plan de paix Trump reposait sur l’asphyxie du régime des mollahs, qui est aujourd’hui la principale menace pour la paix dans la région, sur l’asphyxie du Hamas, sur la marginalisation de l’Autorité Palestinienne à laquelle le plan demandait de renoncer totalement au terrorisme ou de disparaitre, sur la création de zones autonomes strictement démilitarisées en Judée-Samarie pour les Arabes aujourd’hui régis par l’Autorité Palestinienne: Trump prévoyait lors d’un second mandat de parvenir à une paix régionale véritable. 

L’hostilité au plan Trump a montré qui étaient les ennemis de la paix: l’Autorité Palestinienne, bien sûr, le Hamas, cela va de soi, toutes les organisations terroristes islamiques de la planète, le régime des mollahs en Iran, le Qatar, la Turquie d’Erdogan, l’Union Européenne et la France, qui se sont retrouvées dans un front du refus au côté des organisations terroristes islamiques, ce qui est absolument sordide, la gauche américaine incarnée par le parti démocrate faisait également partie du front du refus, et était également au côté des organisations terroristes islamiques. La gauche américaine a réussi à faire tomber Trump.

L’administration Biden a pris place, et s’efforce de détruire ce que Trump a fait, pour le plus grand plaisir de tous les ennemis de la paix : elle entend pactiser avec l’Iran des mollahs et lui a redonné des moyens d’agir. Elle va lui donner bien davantage encore, et l’Iran des mollahs va pouvoir à nouveau financer la plupart des groupes terroristes islamiques sur la planète, ainsi que le Hamas. C’est l’Iran des mollahs qui a donné au Hamas les missiles qui ont servi à attaquer Israël, je le répète, et l’administration Biden est donc directement responsable de l’attaque menée par le Hamas contre Israël.

L’administration Biden redonne de l’argent aux organisations “palestiniennes” sans leur demander de renoncer au terrorisme, et exerce des pressions intenses sur Israël, dans l’espoir de voir se créer un État terroriste islamique “palestinien” en Judée-Samarie et à Gaza (ce qui ne se fera pas, parce que l’Autorité Palestinienne ne veut pas d’un État et veut seulement détruire, et parce que le Hamas lui aussi veut seulement détruire ; ce qui ne se fera pas, aussi, parce qu’Israël sait que créer un État terroriste islamique en Judée Samarie signifierait la mort d’Israël). L’administration Biden a gelé les livraisons d’armes aux pays arabes sunnites qui se sont rapprochés d’Israël, et les pousse à s’éloigner d’Israël et à se soumettre à la domination de l’Iran sur la région.

Donald Trump s’est conduit conformément aux valeurs de la civilisation occidentale, et a compris que le terrorisme doit être écrasé, que la paix ne peut venir que si l’on récompense ceux qui veulent la paix et si l’on punit ceux qui lui sont hostiles : il a montré que la paix peut venir au Proche-Orient. Les dirigeants européens et l’administration Biden trahissent toutes les valeurs de la civilisation occidentale, récompensent le terrorisme, punissent ceux qui veulent la paix et se placent résolument au côté de ceux qui lui sont hostiles. Ils entretiennent le conflit. Je ne sais si c’est par stupidité, par haine des valeurs de la civilisation occidentale, par antisémitisme. Il y a sans doute tout cela à la fois.

Ils espèrent peut-être que le terrorisme islamique va les épargner s’ils lui livrent Israël en pâture. Je pense qu’ils se trompent. Le terrorisme islamique ne les épargnera pas.  Le terrorisme islamique veut soumettre tous les infidèles. De plus, Israël est un pays fort, et ne se laissera pas écraser sans rien dire. Que les pays d’Europe et l’administration Biden aient poussé Israël à cesser le feu, et aient donné ainsi au Hamas l’opportunité de se réarmer et de pouvoir se réarmer, tout en permettant en parallèle à l’Iran de retrouver des moyens d’agir, est d’une absurdité criminelle et suicidaire.

L’absence de dénouement tient au fait que les dirigeants occidentaux, à l’exception de Trump, veulent à l’évidence que le conflit dure, que le terrorisme persiste, et qu’il y ait davantage de morts juifs.  Les dirigeants occidentaux veulent aussi davantage de morts arabes à Gaza et en Judée-Samarie, car ils soutiennent la transformation d’Arabes en terroristes et en assassins, et en boucliers humains, donc en chair à canon pour organisations terroristes. Comme nous sommes dans une époque où toutes les valeurs sont inversées, c’est Trump, qui a fait des pas immenses vers la paix qu’on traine dans la boue, et c’est un comportement pro-terroriste qui mène à la mort de Juifs et d’Arabes qu’on trouve normal !

Entretien réalisé par Simon Leduc, publié sur quebecnouvelles.info

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

17
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz