Publié par Pierre Rehov le 19 mai 2021
Un site pour retrouver nombre de vidéos « Pallywood »: www.Pallywood.com

Alors que rien ne devrait détourner l’attention des pertes de vies inutiles et des centaines de blessés des deux côtés qui ont suivi les actes de terreur insensés des Palestiniens au cours de la semaine dernière, il est inquiétant de voir combien de mythes et de demi-vérités sont diffusés et imprimés par les médias pendant le conflit actuel.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des allégations les plus flagrantes et les plus scandaleuses qui reviennent sans cesse.


Mythe – Israël vise à expulser des centaines de Palestiniens à Sheikh Jarrah

La recrudescence de la violence du côté palestinien a vu des journalistes et des soi-disant experts affirmer que tout le conflit qui a éclaté est entièrement dû à la rage des Palestiniens face à la menace d’expulsion des Palestiniens vivant dans des maisons de la banlieue de Jérusalem de Sheikh Jarrah – une banlieue de Jérusalem-Est qu’Israël a libéré de l’occupation jordanienne lors de la guerre défensive de 1967. L’implication forte est que ces expulsions sont le résultat des politiques d’apartheid du gouvernement israélien afin de remplacer les Arabes par des juifs.

Le correspondant d’ABC au Moyen-Orient, Tom Joyner, s’exprimant sur ABC TV « The World » le 10 mai 2021, a déclaré :

« Pour de nombreux Palestiniens, la question de l’expulsion prévue des Palestiniens de Jérusalem-Est est au cœur de ce que nous appelons le conflit palestino-israélien au sens large ».

Joyner l’a répété encore le lendemain matin sur ABC Radio « AM », en disant :

« Après avoir commencé il y a quelques semaines sous la forme de protestations contre les expulsions prévues par des colons juifs de familles palestiniennes dans le quartier de Sheikh Jarrah. »

Réalité

Pourtant, dans le Times of Israel du 12 mai, Bassem Eid, militant pacifiste palestinien et résident de Jérusalem, qui est un ancien chercheur pour l’ONG anti-Netanyahou B’Tselem, a expliqué la vérité sur Sheikh Jarrah – notamment qu’il s’agit d’un différend entièrement privé, qui concerne un total de quatre propriétés, touchant moins de 40 résidents – sans aucune implication du gouvernement israélien.

Eid a écrit :

Le prétexte pour le dernier barrage de missiles et l’incitation sur les médias sociaux est Sheikh Jarrah, où un différend juridique de longue date était prévu pour une audience au tribunal. Il s’agissait d’une affaire privée entre des Juifs qui possèdent un ancien acte de propriété datant des années 1800 et les habitants de quatre maisons qui vivent là depuis des décennies et ne veulent pas payer de loyer. C’est le genre de situation qui devrait être traitée par un tribunal municipal local. Cela pourrait se produire dans n’importe quel autre pays et il n’y aurait pas d’intérêt public. Mais nous sommes à Jérusalem, et il faut donc tout considérer dans le contexte de la situation politique. Vous devez également vous demander : qui a intérêt à profiter de la violence politique en ce moment ?

Pierre Rehov à gauche et Bassem Eid

Mythe – La crise actuelle est un stratagème cynique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour s’assurer qu’il reste aux commandes

Si l’on en croit le message d’ABC, la question de Eid « à qui profite la violence politique en ce moment » serait de loin celle du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Incapable de former un gouvernement de coalition et contraint de donner aux partis d’opposition la possibilité de le faire, Benjamin Netanyahu, aux abois, a imaginé une confrontation avec les Palestiniens afin de rallier les parlementaires et les électeurs israéliens à sa cause.

ABC a donné à la conférencière universitaire Lana Tatour trois occasions de faire cette affirmation sans offrir de contrepoids ou d’approfondissement de l’allégation.

Sur ABC News Radio, le 11 mai 2021, la conférencière universitaire Lana Tatour a déclaré :

« Netanyahu a un intérêt clair à escalader la situation, euh, en Palestine. Nous sommes maintenant dans les jours qui suivent les élections israéliennes où Netanyahu essaie de former un gouvernement et fait face à une opposition claire et alternative de la part d’autres forces au sein du parlement qui essaient d’empêcher, euh, la formation d’un gouvernement qu’il ne dirige pas. Il escalade la situation avec une tactique qu’il utilisait auparavant. Donc, en fait, cette escalade joue politiquement en faveur de Netanyahou… Il espère donc que cela jouera en sa faveur et qu’il pourra s’accrocher au pouvoir. »

Sur ABC TV « Mornings » (11 mai), Tatour a été encore plus péremptoire :

« Ce que nous voyons maintenant, c’est une tentative, une tentative délibérée aussi de la part de Netanyahou d’escalader la situation afin d’empêcher un gouvernement alternatif de se former. Il s’agit donc d’une manœuvre classique de Nétanyahou, si vous voulez, qui consiste à aggraver la situation pour rester au pouvoir, et le Hamas a donc tiré des roquettes sur Israël. »

Le message selon lequel Netanyahou a manipulé la crise a été entendu sur ABC Radio « PM » (14 mai) lorsqu’une femme israélienne a été interviewée, disant :

« Ce n’est pas la première fois que nous nous trouvons dans une situation où une coalition qu’il dirigeait était sur le point d’éclater ou que nous étions sur le point d’aller aux élections ou que d’une certaine manière son règne de plus de dix ans était menacé. Et tout d’un coup, apparemment de nulle part, il y a eu une flambée de violence. »

Sur ABC Radio « AM » (15 mai), le controversé correspondant de la BBC au Moyen-Orient, Jeremy Bowen, a exposé cette affirmation dans les moindres détails, ajoutant cependant : « Je ne dis pas que Netanyahu a provoqué cette situation ».

L’affirmation selon laquelle la crise est un stratagème bon marché a été parfaitement illustrée par cette caricature provocatrice publiée sur la page éditoriale du Sydney Morning Herald le 14 mai.

Réalité

  • Pour croire que Netanyahou est à l’origine de l’escalade, il faut supposer qu’il peut contrôler les actions du Hamas
  • Et s’imaginer que ce dernier souhaite maintenir Netanyahou au pouvoir.
  • Il faudrait également croire que l’ennemi juré de Netanyahou, le ministre de la Défense Benny Gantz du parti Bleu et Blanc, qui appelle à l’éviction de Netanyahou pratiquement tous les jours, et qui contrôle les forces de Sécurité israéliennes, est d’accord avec une supposée escalade de Netanyahou juste pour garder Netanyahou au pouvoir.

Bassem Eid a répondu à sa propre question de savoir qui est responsable de la situation actuelle – en la rejetant entièrement sur le Hamas et l’Autorité palestinienne.

Selon Eid :

« Après que le Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas a annulé des élections très attendues, le Hamas a simplement vu une opportunité qu’il ne pouvait pas laisser passer, en exploitant la situation de Sheikh Jarrah et un environnement déjà tendu pendant le jour saint de Leylat Al Qadr et la Journée de Jérusalem.

Le Hamas mène actuellement une campagne sur les médias sociaux appelant les Palestiniens à inciter à la violence lors des manifestations à Jérusalem et ailleurs. Il encourage les jeunes Palestiniens à sacrifier leur vie en lançant des pierres et des bombes de fortune sur la police.

Les émeutes dirigées par le Hamas devant la mosquée Al Aqsa prouvent que la police israélienne n’est pas responsable des dangers qui empêchent les musulmans de prier. Le Hamas a incité les foules et provoqué la violence dans le but de faire accuser Israël de nettoyage ethnique…

Plus important encore, les dirigeants du Hamas ont ordonné le lancement de centaines de roquettes dans la direction des grandes villes israéliennes. Nombre d’entre eux l’ont fait depuis le confort de leurs villas de luxe à Doha, Damas ou ailleurs, en sachant pertinemment qu’ils étaient eux-mêmes à l’abri de tout retour de flamme.

Il est important de rappeler que le penchant du Hamas pour le meurtre est presque égalé par son incompétence maladive, ce qui explique en partie pourquoi une roquette sur trois s’écrase à Gaza où les seules victimes possibles sont palestiniennes. Ils auraient également bombardé Abu Ghosh, un ancien village arabe [près de Jérusalem].

Sur ABC, le chef du bureau du Washington Post à Jérusalem, Steve Hendrix, s’est opposé à l’affirmation selon laquelle Netanyahou aurait provoqué une crise.

  • Le 14 mai, il a déclaré à Thomas Oriti, de Newsradio, que si l’escalade retardait les efforts visant à former un gouvernement alternatif qui démettrait Netanyahou de ses fonctions, l’idée que Netanyahou ait provoqué l’escalade en tant que théorie du complot était « scandaleuse et farfelue ».

« Vous pouvez imaginer que les conspirationnistes sont très actifs avec cette idée qu’il a pu orchestrer cela », a déclaré Hendrix, « il y a des théories scandaleuses et farfelues à ce sujet ».

  • En Israël, le journaliste Ben Caspit, un biographe de Netanyahou connu pour sa vision très critique du leader du Likoud, a écrit dans Al-Monitor que la progression de l’escalade ne soutient pas la théorie de l’orchestration par le Premier ministre, mais montre plutôt une combinaison de facteurs contributifs sur lesquels Netanyahou n’avait aucun contrôle :

« Les théories du complot sont légion. Certains affirment que Netanyahou a délibérément orchestré l’escalade des tensions à Jérusalem, en utilisant son proche collaborateur et homme de main, le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana, qui, à son tour, a activé son nouveau commissaire de police Yaakov Shabtai.

Mais comment les événements se sont-ils déroulés ? Les tensions ont commencé le mois dernier dans le quartier majoritairement palestinien de Sheikh Jarrah, déclenchées par un différend juridique prolongé entre des Juifs cherchant à expulser des Palestiniens de leurs maisons, une mesure soutenue par une décision de justice. La tension s’est propagée de là au point d’inflammation le plus explosif de la planète : la mosquée Al-Aqsa.

L’étrange décision prise par la police le mois dernier de placer des barrières métalliques près de la porte de Damas, dans la vieille ville, afin de perturber les rassemblements traditionnels du mois du Ramadan sur le site, a provoqué des affrontements nocturnes, d’abord dans la zone de la porte, puis dans l’enceinte d’Al-Aqsa.

Puis vint l’ultimatum du Hamas.

Chaque année, le 10 mai, à l’occasion de la Journée de Jérusalem, les Juifs israéliens célèbrent l’unification de la ville après avoir pris possession de sa partie orientale lors de la guerre des Six Jours en 1967, il y a 54 ans. Pour la toute première fois, une force extérieure – le Hamas – a réussi à perturber les célébrations, y compris le défilé de drapeaux que de nombreux musulmans considèrent comme une provocation, dominant l’agenda régional et poussant l’Autorité palestinienne (AP) dans ses derniers retranchements. »

Mythe – Les forces israéliennes ont attaqué des fidèles à la mosquée Al Aqsa

Certains médias ont rapporté sans esprit critique des allégations selon lesquelles la police israélienne aurait violé le caractère sacré de la mosquée Al Aqsa sur le Mont du Temple en y pénétrant pour attaquer des fidèles pacifiques qui y prient.

Sur ABC News Radio (11 mai), Lana Tatour, toujours la même, a affirmé que :

« A la mosquée al-Aqsa, Israël assiège les fidèles musulmans pendant la prière. Attaquant avec des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc ».

Plus tard dans la journée, l’animatrice Rachel Mealey, de la radio ABC News, a répété l’affirmation de Tatour en disant

« Elle affirme que la situation a atteint son paroxysme hier lorsque les forces israéliennes ont pénétré dans la mosquée Al-Aqsa, l’un des sites les plus sacrés de l’Islam », mais elle n’a offert aucun équilibre ni aucune tentative de fournir un quelconque contexte.

Plus tôt le même jour, le Sydney Morning Herald a également fait la même déclaration (bien que celle-ci semble avoir été modifiée en ligne) :

« Lundi matin (heure israélienne), 300 Palestiniens ont été blessés lors d’un raid de la police sur le complexe de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, l’un des sites les plus sacrés de l’islam. »

Réalité

  • La police israélienne n’a réagi qu’après avoir été attaquée.

L’effort pour dépeindre des fidèles pacifiques attaqués par des Israéliens belliqueux est démenti par la séquence réelle des événements : des Palestiniens jetant des pierres et des bouteilles et lançant des feux d’artifice depuis l’intérieur de la mosquée sur la police et les fidèles juifs au mur occidental à proximité, et les forces de sécurité israéliennes répondant ensuite.

La correspondante européenne de Channel 7, Sarah Greenhalgh, a rapporté ces faits avec précision dans le bulletin d’information de 18 heures du 11 mai 2021 :

« Depuis la mosquée Al-Aqsa, les Palestiniens ont jeté des pierres. La police israélienne a répondu par des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc. »

Les images diffusées montraient même des femmes palestiniennes lançant des pierres.

Mais comme le montre cette photo ci-dessous – postée par un utilisateur de Twitter en décembre 2017 – les Palestiniens ont l’habitude de stocker des pierres et des armes à l’intérieur du troisième lieu saint de l’Islam – dont on prétend qu’il n’est dédié qu’à un culte religieux pacifique.

Un rapport du journal israélien Yedioth Ahronoth du 11 mai cite un porte-parole de la police israélienne expliquant que :

« Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour éviter de pénétrer sur le Mont du Temple, jusqu’à ce que cela atteigne un stade où nous risquions la vie humaine au Mur occidental et la vie des policiers », ont déclaré hier des responsables de la police.

« Nous leur avons donné trois occasions différentes de prier, mais à chaque fois, ils ont jeté des pierres et mis le feu au poste de police du Mont du Temple. Nous ne sommes pas entrés dans les mosquées et n’avons pas dérangé ceux qui s’y trouvaient pour prier. Il y a eu des tentatives de retour au calme, mais elles n’ont pas abouti. »

A gauche, le « Dôme de fer » protégeant la population civile israélienne, à droite les roquettes et missiles du Hamas et de PIJ

Mythe – Les frappes aériennes israéliennes sur Gaza sont des actes d’agression, elles sont aveugles et font de nombreuses victimes en s’attaquant aux tours d’habitation.

Une affirmation répétée dans les médias est que les frappes aériennes israéliennes qui ont réduit les bâtiments de Gaza en ruines visent délibérément les civils.

Selon un rapport provenant de CNN et publié sur le site de Channel 9 :

« Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère palestinien de la Santé à Gaza… a déclaré qu’Israël avait délibérément visé des maisons civiles et des quartiers résidentiels bondés, ajoutant que 43 % des victimes des frappes à Gaza étaient des enfants et des femmes ». L’armée israélienne affirme qu’elle fait tout ce qu’elle peut pour minimiser les pertes civiles lorsqu’elle mène des attaques. »

Cette affirmation se retrouve même dans un reportage assez équilibré, le bulletin d’information télévisé de 18 heures de Channel 9 le 13 mai, où le journaliste Mark Burrows a déclaré :

« Par moments, la réponse israélienne a semblé disproportionnée. À Gaza, un immeuble entier de 13 étages a été rasé par des avions de chasse israéliens. Israël a diffusé cette photo aérienne de la frappe et a affirmé que le bâtiment était utilisé par des militants du Hamas. On ignore si des civils ont été tués. »

S’il est évident que des civils ont été tragiquement tués dans ces frappes aériennes, l’écrasante majorité de ces morts étaient des membres du Hamas.

Cependant, nous savons qu’aucun résident civil n’a été tué dans la plupart des attaques israéliennes contre des tours abritant des bureaux du Hamas, comme celle mentionnée ci-dessus, qui sont si fréquemment présentées dans les journaux télévisés.

En outre, ce que Burrows et le reportage de CNN sur le site Web de Channel 9 ont ignoré, c’est le fait qu’Israël a une politique bien établie consistant à avertir les résidents des bâtiments visés par la destruction et de ceux qui se trouvent à proximité de quitter les lieux.

Cette semaine n’a pas été différente.

L’organisation israélienne « Palestinian Media Watch », qui surveille les médias palestiniens, a noté le 14 mai que la télévision de l’Autorité palestinienne a admis que les civils de Gaza avaient été avertis de quitter les bâtiments avant l’attaque des avions israéliens.

Selon le journaliste de la télévision de l’Autorité palestinienne :

« Lorsqu’ils ont été informés que cette tour allait être attaquée… le site a été complètement évacué. Le bloc, la rue, les bâtiments civils, et les bâtiments résidentiels de la zone – complètement – y compris les enfants et les femmes, et nous l’avons vu…

Le garde qui travaille dans cette tour a été prévenu par un appel téléphonique de l’Agence de sécurité israélienne. Ils lui ont dit mot à mot : « Evacuez la tour et dites-leur que cette tour va être attaquée. Elle pourra être attaquée à tout moment. Deux heures près cette conversation, la tour était bombardée. »

PMW a également noté que la chaîne de télévision israélienne Kan11 a mis la main sur une vidéo du garde pendant sa conversation avec les services de sécurité israéliens. Dans cette conversation, on l’entend répéter les instructions qu’il a reçues d’Israël :

« Combien, combien de temps vous faut-il ?… Au moins deux ou trois heures ? Personne ne doit entrer ? En d’autres termes [je dois] aller à la tour, aller à la tour et ne laisser personne entrer ? »

C’est vrai aussi pour le bâtiment de la tour Jala à Gaza détruit le 14 mai, qui est utilisée à la fois par les médias internationaux et par les services de renseignement militaire du Hamas. L’avertissement a été largement donné et aucune victime n’a été signalée à la suite de cette attaque.

Mythe – Israël tire toujours en premier, obligeant le Hamas à répondre

La couverture de la violence au cours de la semaine dernière dans plusieurs médias, y compris ABC, a établi un faux récit qui suggère qu’Israël a ciblé Gaza et que le Hamas a répondu.

On en a vu un exemple le 12 mai, lorsque le correspondant d’ABC au Moyen-Orient, Tom Joyner, dans son reportage sur la chaîne ABC « 7pm News », a indiqué que les civils de Gaza avaient été avertis d’évacuer l’immeuble de 13 étages qu’Israël avait frappé et que « personne n’avait été physiquement blessé ».

Les téléspectateurs ont ensuite vu le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, menacer : « s’ils veulent une escalade, la résistance est prête ».

Après cela, Joyner a dit : « En représailles, le Hamas et d’autres groupes militants ont tiré des centaines de roquettes sur Israël ».

  • Mais 10 heures avant le reportage de 19 heures de Joyner, il avait lui-même donné aux téléspectateurs d’ABC un compte rendu très différent de ce qui s’est passé sur ABC TV « Mornings », en disant :

« Lundi, le Hamas a envoyé une volée de roquettes sur Israël vers le sud du pays et aussi vers Jérusalem.

Bien qu’il n’y ait pas eu de victimes, cela a été rapidement suivi de représailles de la part de… l’armée israélienne qui a lancé un certain nombre de frappes aériennes…

Lundi, le Hamas a lancé un ultimatum à Israël disant essentiellement de retirer vos forces de sécurité dans la vieille ville et à Sheikh Jarrah – le quartier de Jérusalem – ou d’en subir les conséquences et il semble qu’à 18 heures lundi, ils ont mis leur menace à exécution, et c’est alors que la première volée de roquettes a été envoyée en Israël ».

C’est la séquence correcte des événements.

Ce n’est pas un mystère de savoir pourquoi l’ordre correct des événements a été changé pour les nouvelles du soir.

De plus, ce brouillage de la séquence des événements, qui dépeint Israël comme l’agresseur, était de nouveau présent dans le journal télévisé de 19 heures de la chaîne ABC le 11 mai, avec la présentatrice Tamara Oudyn qui affirmait que « neuf enfants figurent parmi les personnes tuées dans les frappes aériennes israéliennes sur Gaza ».

Le reportage de Joyner, plus tard dans le bulletin, commençait par la déclaration confuse suivante :

« Alors que des explosions illuminaient le ciel nocturne de Gaza, les frappes aériennes israéliennes ont répondu à un barrage de roquettes tirées par des militants palestiniens ».

La raison de ces « explosions » dans le ciel nocturne de Gaza n’est pas claire. S’agissait-il de missiles du Hamas tirées sur Israël et auxquelles Israël a répondu ? Au moins, il était clair qu’Israël répondait au Hamas.

CBS a traité le barrage de missiles du Hamas sur Tel-Aviv comme une réponse aux attaques israéliennes à Gaza dans la première ligne d’un reportage du 12 mai :

« Le Hamas a tiré un barrage de roquettes sur le centre économique d’Israël, Tel-Aviv, mardi, en représailles à une frappe israélienne. » (Le titre a apparemment été modifié depuis).

  • Ce qui est clair et net, cependant, c’est que si le Hamas peut prétendre que des barrages de missiles sont une « réponse » aux frappes israéliennes à Gaza, ce conflit massif a commencé lorsque le Hamas a annoncé publiquement lundi dernier, le 10 mai, qu’il viserait Israël avec des missiles l’après-midi, à moins qu’Israël n’évacuait certaines parties de Jérusalem – et qu’il l’a fait à grande échelle.
  • Israël a répondu en frappant des cibles du Hamas à Gaza – puis le Hamas a commencé à dire que ses barrages de missiles étaient une réponse aux frappes israéliennes sur des cibles à Gaza.
  • Pourtant, le Hamas ne conteste pas avoir attaqué le premier lundi, et les médias devraient également le faire savoir.


Mythe – Les frappes aériennes israéliennes sont les seules responsables de la mort des enfants de Gaza

La mort tragique d’enfants palestiniens à Gaza pendant les combats a été un thème récurrent dans le début de la couverture médiatique.

Malheureusement, une grande partie de cette couverture a consisté en une régurgitation largement dépourvue de critique de responsables de la Santé à Gaza – alias : « personnes nommées par le Hamas » – accusant Israël de tuer des enfants lors de frappes aériennes sur des cibles du Hamas à Gaza.

  • Par exemple, le 12 mai, AGE et le Sydney Morning Herald de Nine Newspaper ont fait de la mort d’enfants palestiniens un élément clé de leur couverture.
  • Selon l’article d’Associated Press publié dans les éditions imprimées :

Depuis le coucher du soleil lundi, lorsque les combats transfrontaliers ont éclaté, 24 Palestiniens – dont neuf enfants – ont été tués à Gaza, la plupart par des frappes aériennes, selon les responsables de la santé de Gaza ».

  • Comme nous l’avons déjà mentionné, de la même manière, le 11 mai, lors de l’ouverture du journal télévisé de 19 heures de la chaîne ABC (Victoria), le présentateur a mis en évidence une affirmation selon laquelle « neuf enfants figurent parmi les personnes tuées dans les frappes aériennes israéliennes sur Gaza ».
  • Plus tard dans le bulletin, lors de l’introduction d’un reportage sur l’augmentation des niveaux de violence, la présentatrice Tamara Oudyn était positionnée devant une image qui montrait la mort d’enfants.

Réalité

En réalité, il existe de nombreuses preuves, qui n’ont pas été rapportées par les médias, que certains des décès ont été causés par des missiles lancés par le Hamas et d’autres groupes islamistes qui sont retombés sur Gaza et ont tué des Palestiniens, y compris des enfants.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Même certaines ONG très critiques à l’égard d’Israël, comme Defence of Children International – Palestine (DCIP), ont contredit les responsables du département de la Santé dirigé par le Hamas et ont reconnu que les frappes aériennes israéliennes n’étaient pas la cause de tous les enfants tués :

« [Se référant à un incident survenu le 10 mai] Cers 18h05, les premières investigations suggèrent qu’une roquette artisanale tirée par un groupe armé palestinien a manqué sa cible et a tué huit Palestiniens, dont deux enfants. La roquette a atterri dans la rue Saleh Dardouna près de la mosquée Al-Omari à Jabalia, au nord de Gaza, selon les preuves recueillies par le DCIP. Mustafa Mohammad Mahmoud Obaid, 16 ans, a été tué dans l’explosion, et Baraa Wisam Ahmad al-Gharabli, cinq ans, a succombé à ses blessures vers 23 heures le 10 mai.

Des sources de sécurité palestiniennes et des experts en explosifs ont indiqué que la cause de cette explosion était une roquette d’un groupe armé palestinien qui a manqué sa cible. Trente-quatre autres civils palestiniens ont été blessés dans l’explosion, dont dix enfants, selon la documentation du DCIP. »

  • En fait, les porte-parole israéliens ont déclaré que 33% des missiles tirés par le Hamas retombent sur Gaza.
  • Un reportage de Sky News Australia du 11 mai a cité le porte-parole des forces de défense israéliennes (FDI), le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, sur la question des victimes civiles. Il n’a pas pu dire si les victimes civiles à Gaza étaient le résultat de frappes aériennes israéliennes et a suggéré qu’elles pouvaient être la conséquence de missiles du Hamas retombés dans la bande de Gaza :

« Trente-trois pour cent des roquettes n’ont pas atteint leur cible et ont explosé à l’intérieur de Gaza, ce qui représente un taux anormalement élevé de ratés, indiquant peut-être une mauvaise qualité », a déclaré le lieutenant-colonel Conricus.

« Les roquettes du Hamas tombent tout près et causent des dommages à l’intérieur de Gaza…. nous savons qu’elles tombent trop près grâce à nos systèmes radars. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Source : https://aijac.org.au/featured/media-myths-being-spread-during-the-current-israel-hamas-conflict/

12
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz