Publié par Guy Millière le 16 mai 2021

Il est inutile de chercher quoi que ce soit dans les médias français qui dise la vérité sur ce qui se passe en Israël. Et j’en parle par expérience.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

J’ai parcouru ces jours derniers les journaux et magazines français, écouté les radios françaises, regardé les télévisions françaises. Mon dégoût est allé croissant. La situation étant complexe, j’ai décidé de tenter de la résumer, et de l’exposer, pour ceux qui veulent comprendre.

  1. Le Hamas est une organisation terroriste islamique appartenant à la mouvance des Frères Musulmans et veut la destruction totale d’Israël et du peuple juif israélien. C’est une position conforme à la doctrine islamique : toute terre qui a été un jour soumise à l’islam l’est pour toujours, et si des infidèles veulent y rétablir un Etat non musulman, c’est un sacrilège absolu selon l’islam. Toute paix est impossible avec le Hamas, toute négociation avec lui est impossible aussi. Des trêves (hudna) sont concevables, et peuvent durer tant que le Hamas est écrasé, en position d’extrême faiblesse, et, surtout, désarmé. Dès qu’il reprend des forces et retrouve de l’armement, il frappe et il tue, même s’il se retrouve aussitôt sous les décombres et les amas de cadavres de ses propres militants et de boucliers humains. L’idéal serait de l’écraser une fois pour toutes, mais c’est quasiment impossible, car la doctrine islamique perdurera. Le Djihad Islamique «palestinien» est une plus petite organisation qui poursuit les mêmes buts que le Hamas et fonctionne sur le même mode.
  1. L’Autorité Palestinienne est essentiellement aujourd’hui le Fatah, organisation fondée par Yasser Arafat, nom de guerre islamique Abou Ammar (nom choisi par référence à Ammar Yasser, compagnon de combat de Mohammed). C’est aussi une organisation terroriste islamique, mais c’est une organisation terroriste islamique qui a suivi les leçons soviétiques et qui pratique une forme de djihad plus lent et plus hypocrite que le Hamas. Ses buts sont identiques à ceux du Hamas et du Djihad Islamique «palestinien». Seule sa stratégie est différente. Toute paix est impossible avec l’Autorite Palestinienne, toute négociation avec elle est vaine. L’Autorite Palestinienne ne veut pas un Etat vivant en paix à coté d’Israël et n’en a jamais voulu. L’idéal serait de l’écraser une fois pour toutes elle aussi, mais c’est quasiment impossible, car la doctrine islamique perdurera.
  2. Les pays arabes sunnites ont longtemps partagé les buts du Hamas, du Djihad Islamique «palestinien» et du Fatah, ce qui est très logique. Leurs dirigeants ont été menacés par les Frères Musulmans, pour des raisons historiques qu’il serait trop long d’expliquer en détail ici. Ils ont soutenu le Fatah, donc l’Autorité Palestinienne. Ils n’ont, logiquement, pas soutenu le Hamas (à une exception près, le Qatar, qui a joué la carte Frères Musulmans). Ils sont, depuis des années, face au régime islamiste iranien, qu’ils ont perçu toujours davantage comme une menace vitale pour eux. Le régime islamiste iranien n’a jamais caché sa volonté d’hégémonie régionale, qui passerait par la destruction d’Israël, mais aussi par la mise en sujétion des pays arabes sunnites. Le régime islamiste iranien soutient les Frères Musulmans, donc le Hamas, qu’il finance et arme depuis longtemps. Il finance et arme aussi le Djihad Islamique «palestinien».      
  • Le soutien massif apporté par l’administration Obama au régime islamiste iranien (soutien qui a conduit aux accords de juillet 2015), mais aussi aux Frères Musulmans (qui a conduit à ce qui a été appelé faussement «printemps arabe»), a suscité une inquiétude profonde chez les dirigeants des pays arabes sunnites, qui se sont rapprochés d’Israël, leur ennemi jusque-là, car ils ont discerné qu’Israël ne cherchait pas à les agresser, avait les mêmes ennemis qu’eux, et avait une armée forte (l’Egypte avait ouvert la voie et passé un accord de paix froide avec Israël en un temps où l’Iran n’était pas islamiste, mais où les Frères Musulmans étaient une menace croissante pour le régime égyptien, et étaient soutenus par l’Union Soviétique : Sadate a rompu avec l’Union Soviétique, et obtenu l’aide des services de renseignement israéliens. Il a été assassiné par un Frère musulman, la Jordanie avait suivi, menacée aussi par les Frères Musulmans). L’alliance pays arabes sunnites-Israël etait, jusqu’en 2017, une alliance tactique.
  • Avec une intelligence stratégique extraordinaire, Donald Trump a voulu changer tous les paramètres. Il a promis aux dirigeants arabes sunnites d’asphyxier le régime islamiste iranien et de le mettre hors d’état de nuire. Il a expliqué aux dirigeants arabes sunnites que le soutien que les Etats-Unis leur apportaient était strictement conditionnel : la condition étant que les dirigeants arabes sunnites passent d’une alliance tactique à une alliance stratégique. Grâce à l’aide d’islamologues, Donald Trump a trouvé des passages du Coran qui légitiment la présence juive en terre d’Israeël et il a demandé aux dirigeants arabes sunnites d’utiliser ces passages du Coran pour justifier l’alliance avec Israël. Il a souligné que le soutien américain impliquait la fin du soutien qu’ils apportaient aux actes terroristes de l’Autorité palestinienne, et l’acceptation d’une solution pour les Arabes «palestiniens», qui serait la création en Judée Samarie de zones autonomes arabes «palestiniennes» strictement désarmées et, en filigrane, la disparition du Hamas, du Djihad Islamique «palestinien», et de l’Autorité Palestinienne. Il a effectivement asphyxié le régime islamiste iranien, qui n’a plus pu financer et armer le Hamas et le Djihad Islamique «palestinien». Il a commencé à asphyxier l’Autorité Palestinienne. Cela a conduit au plan de paix Trump et aux accords d’Abraham. Si Trump avait eu quatre années de plus, une paix réelle aurait pu prendre forme au Proche-Orient, paix qui aurait impliqué l’éternelle vigilance d’Israël, mais paix quand même.
  • Biden a été installé au pouvoir, frauduleusement (il sera difficile de cacher à l’infini que l’élection a été volée à Trump), et est revenu avec l’équipe islamo-gauchiste d’Obama. L’action visant l’asphyxie du régime islamiste iranien a pris fin, et celui-ci a retrouvé des moyens financiers et redevient nuisible. Il fournit à nouveau des moyens et des armes au Hamas et au Djihad Islamique «palestinien». Les pays arabes sunnites qui se sont rapprochés d’Israël sont punis et lâchés par l’administration Biden, et l’Arabie Saoudite est particulièrement visée, ce qui a conduit Mohamed ben Salman à amorcer, pour se préserver, un geste d’allégeance envers les mollahs iraniens. Le plan de paix Trump est à la poubelle et les accords d’Abraham s’effritent. Le Hamas et le Djihad Islamique «palestinien» retrouvent une ardeur meurtrière et renouent avec le djihad contre Israël. L’Autorité Palestinienne, qui voit que le djihad selon le Hamas prend l’ascendant chez les Arabes «palestiniens» tient des propos incendiaires. Discernant que l‘administration Biden prend ses distances avec Israël, nombre d’Arabes Israéliens, endoctrinés par le Hamas et l’Autorité palestinienne, se laissent aller à exprimer une haine anti-israélienne et anti-juive et à la mettre en pratique sous la forme de pogroms. L’administration Biden est l’administration la plus anti-israélienne, la plus anti-occidentale et la plus pro-islamique de l’histoire des Etats-Unis.
  • Israël se retrouve dès lors dans une situation difficile en laquelle l’Iran se renforce, les organisations terroristes «palestiniennes» aussi, tandis que les pays arabes sunnites qui étaient devenus proches d’Israël sont fragilisés, et cherchent à se protéger contre l’Iran, quitte à pactiser avec lui, et Israël voit aussi que les Etats-Unis se placent d’un seul coup en position d’ennemis d’Israël, sans le dire explicitement. (L’administration Biden a versé vendredi 14 mai des millions de dollars aux organisations palestiniennes.
  • Israël doit, dans ces conditions, impérativement écraser le Hamas : c’est ce que fait l’armée israélienne, et ce doit être un écrasement maximal. Israël doit se confronter au fait que des Arabes israéliens, que les Israéliens pensaient en voie d’intégration, sont emplis de haine anti-israélienne et anti-juive, ce qui impliquera qu’Israël prenne des mesures strictes. Un pays démocratique ne peut avoir en son sein une minorité raciste qui souhaite la destruction du pays, et peut devenir criminelle, sans courir un danger extrême pour sa survie. Les partis islamiques et le vote massif des Arabes israéliens pour ces partis sont des symptômes que les dirigeants israéliens ont trop longtemps sous-estimés. Des partis hostiles au pays dans lequel ils sont sont des dangers pour le pays.
  • Israël va être soumis à des pressions intenses venues des mouvements «palestiniens», de l’Iran des mollahs, des dirigeants européens, de l’administration Biden, liste à laquelle il faut ajouter la Turquie dirigée par le leader d’un mouvement affilié aux Frères Musulmans, Erdogan, ce tout en devant gérer un ennemi intérieur. Et Israël se retrouve soudain en position très difficile : je le dis avec tristesse, révolte et colère, cela va de soi. Je dois ajouter que le Hezbollah, lui aussi armé et financé par l’Iran, jusqu’à l’asphyxie du régime iranien par Trump va sans doute retrouver, lui aussi, une vigueur belliciste.
  1. Si les républicains ne reprennent pas le contrôle du Congrès en 2022, Israël risque de se trouver très isolé et très menacé et devra se rapprocher davantage du pays qui prend l’ascendant au Proche-Orient, la Chine, qui entend modérer les ardeurs des mollahs iraniens, et celle d’Erdogan (la Chine finance et arme les mollahs, et rachète financièrement la Turquie). Israël devra se rapprocher davantage aussi de la Russie, qui est alliée de la Chine et de l’Iran et a des liens avec Israël, où vit une population russe importante. Ce qui pourrait prendre forme serait une élimination des Etats-Unis du Proche-Orient, au profit de la Chine, de l’Iran et de la Russie. Et on peut se demander si ce n’est pas là ce que veut l’administration Biden, qui est aussi l’administration la plus anti-américaine de l’histoire des Etats-Unis.
  1. Plutôt que soutenir Trump, qui, en supplément de ce que j’ai noté, a détruit l’Etat Islamique, principale base arrière du terrorisme islamique qui frappait l’Europe, les dirigeants européens l’ont insulté, et se sont conduits en fervents soutiens du régime islamiste iranien et des organisations terroristes «palestiniennes». Qu’est-ce que les dirigeants européens ont eu à gagner en se comportant ainsi ? Se vendre à l’Iran pour espérer avoir des contrats ? Se vendre à la Chine ? Obtenir la satisfaction malsaine de voir Israël en difficulté et les Etats-Unis glisser vers la destruction ? Je n’ai pas la réponse. A l’évidence, les journalistes et commentateurs français, qui, à de rares exceptions près, semblent se shooter à la propagande anti-occidentale, pro-islamique et anti-américaine jusqu’à frôler l’overdose ne l’ont pas non plus.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

PS Je n’ai rien dit des manifestations qui se sont tenues samedi à Paris et dans d’autres capitales européennes. Ce n’étaient pas des manifestations «pro-palestiniennes», et il faut les appeler par leur nom : c’étaient des manifestations pro-terrorisme islamique et pro-tueurs de Juifs. Les tirs de missiles iraniens sur les populations civiles israéliennes étaient des crimes de guerre et potentiellement des crimes contre l’humanité (seul le dôme de fer a évité que ce soient des crimes contre l’humanité), ce qui a fait des manifestants des complices de crimes de guerre et de potentiels crimes contre l’humanité. Les manifestants concernés méritent infiniment davantage que mon dégoût. C’est avec des gens comme eux que des crimes contre l’humanité peuvent avoir lieu. Ils auraient fait de bons adeptes du national-socialisme et de la «solution finale» dans les années 1940. La haine était partout sur leurs visages. Et s’ils se préoccupaient vraiment des Arabes «palestiniens», ils souhaiteraient que les enfants arabes «palestiniens» rêvent de devenir professeurs, médecins ou ingénieurs : ils préfèrent les voir rêver de devenir tueurs de Juifs, et espérer un génocide anti-juif.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

145
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz