Publié par Gaia - Dreuz le 8 juin 2021

Source : Valeursactuelles

Avec sa société de conseil Egae, Caroline De Haas intervient dans des centaines d’écoles et grandes entreprises pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Les passages de la militante féministe entrainent un climat de terreur au sein des équipes. Récit d’une méthode diabolique qui détruit des vies.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Là où Caroline de Haas passe, la présomption d’innocence trépasse. Emmanuel Tellier en a malheureusement fait les frais en 2019. Grand reporter chez Télérama pendant 18 ans, il a été congédié pour « faute ». Le motif retenu contre lui ? « Agissement sexiste ». Des accusations que le journaliste a toujours farouchement niées. Début mai, après deux ans de batailles judiciaires avec son ancien employeur, Emmanuel Tellier a finalement obtenu gain de cause. Le conseil des prud’hommes a estimé que son licenciement ne reposait sur aucune cause réelle. Une première victoire pour un homme qui a vu sa vie basculer du jour au lendemain. La cause ? Caroline De Haas et son féminisme puritain extrémiste.

Retour en 2019. Après la grande famille du cinéma français, c’est au tour du petit monde médiatique de tomber dans la fausse rédemption et le fléau de l’accusation publique. Dans la lignée de la polémique de la ligue du LOL – ce groupe de journalistes accusés de harcèlement en ligne – le mouvement #Metoo fait trembler les rédactions. Chez Télérama, on veut anticiper toutes controverses. La direction de l’hebdomadaire culturel se décide donc à faire appel au cabinet Egae, fondée et co-dirigée par la très controversée Caroline De Haas. Un choix logique au vu de la relation entre les deux parties : le groupe Le Monde – qui possède notamment Télérama – faisait partie des très généreux mécènes l’origine du financement du nouveau site d’Expertes, l’une des nombreuses associations féministes crées par Caroline De Haas.

Sur le site Internet d’Egae, la société affirme s’appuyer sur une « expertise reconnue » pour renverser « l’illusion de l’égalité ». Avant son arrivée au sein des bureaux, Egae invite les salariés du magazine à remplir un questionnaire anonyme pour révéler des potentielles violences et agressions à caractère sexiste. Formulaire dont la formulation des questions ne laisse que peu de doutes sur la volonté du cabinet de conseil : rappeler aux salariées à quel point le monde du travail est cruelle avec elle. Une fois le formatage initiale effectué, la fine équipe féministe se rend directement sur place pour une présentation qui explique, entre autres, qu’une blague potache à la machine à café peut très bien être perçue comme un “agissement sexiste”. À la fin de la conférence, Caroline De Haas – très présente dans ce processus victimaire – communique une adresse mail aux employées pour qu’elles puissent dénoncer les agissements de leurs collègues masculins. Anonymement.

Lire la suite sur Valeursactuelles

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

5
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz