Publié par Michèle Mazel le 9 juin 2021

Qui n’a pas entendu dans les manifestations anti-israéliennes le cri de ralliement de tous ceux qui dénient toute légitimité à l’Etat Hébreu : « Du fleuve à la mer la Palestine sera libre. »

Le fleuve c’est bien entendu le Jourdain et la mer c’est la Méditerranée. En clair, un appel à la destruction d’Israël. 

Et c’est à cet appel que Le Monde consacre de longs développements dans son numéro daté du 4 Juin.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Le titre annonce la couleur sans fard : En Palestine, une vague de colère « du fleuve à la mer ». Vous avez bien lu : en Palestine.

Pourtant à y regarder de plus près les personnages et les événements évoqués par cet article se situent non pas « en Palestine » mais à l’intérieur d’un pays qui existe bien : il s’agit d’Israël, un état reconnu par la communauté internationale.

Venons-en à  « la vague de colère ».

Elle est, explique le quotidien, le fait de « Jeunes » ce vocable admirable qui couvre un large éventail d’âges allant de l’adolescence à la trentaine. Quoi de plus sympathique que cette jeunesse se battant pour son avenir ?

Sirine, la pasionaria la plus éloquente vit à Haïfa, la grande cité portuaire qui se trouve tout entière à l’intérieur des frontières dites de 1948. Cette jeune femme de 26 ans ne mâche pas ses mots et n’hésite pas à amplifier et développer le slogan : pour elle, « la Palestine est arabe du fleuve à la mer » et il n’y a pas place pour les Juifs.

Le Monde ne relève pas ce petit relent d’apartheid et ne se demande pas quel serait le sort réservé aux Juifs qui vivaient « en Palestine ».

Il est à remarquer que sa position est identique à celle des dirigeants du Hamas, pour lesquels, comme vient de le déclarer Mahmoud A Zahar au micro de la chaine Sky News, l’état d’Israël est illégitime.

Non seulement ils se refusent à le reconnaître mais encore ils font de sa destruction leur objectif primordial. Le Monde évoque longuement les « brimades » dont seraient victimes les Palestiniens dont « l’interdiction d’accéder aux lieux saints ».

Il fait sans doute allusion aux restrictions imposées à la suite d’émeutes intervenues sur « l’esplanade des mosquées ».

Ce qui est le plus grave dans ce texte de propagande c’est qu’à aucun moment le quotidien ne cherche à nuancer ou à rétablir les faits.

Le Monde, qui avait précédemment consacré de longs développements au fait que Jérusalem était la troisième ville sainte de l’Islam – après La Mecque et Médine – a sans doute oublié que c’était d’abord la première ville sainte des Juifs.

Une sainteté due au sacrifice d’Abraham et au Temple de Salomon dont la Bible a fait le récit plus d’un millénaire avant l’apparition de l’Islam.

Le calife Omar qui est entré à Jérusalem en 638 a édifié le Dôme du Rocher sur l’endroit où se trouvait le temple suivant la tradition.

Aujourd’hui ce sont les Juifs qui voient leur accès à la Montagne du Temple sévèrement limité pour éviter les heurts avec les fanatiques musulmans qui voient dans leur présence une profanation.

Le premier ministre de l’Autorité Palestinienne Mohammed Shtayyeh ne vient-il pas de déclarer à la chaine Qatarie Al Jazeera qu’il n’y avait aucune preuve que le temple ait existé à Jérusalem ?

Une déclaration que la presse chrétienne n’a pas jugé bon de relever.

Pourtant si le temple ne s’y trouvait pas, qu’était donc venu faire à Jérusalem Jésus de Nazareth ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Michèle Mazel pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

26
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz