Publié par Dreuz Info le 10 juin 2021

Note de l’éditeur : Ce qui suit est un message d’un de nos sponsors. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de Dreuz.info.

Avec le véritable essor des médias sociaux – chez les utilisateurs jeunes et moins jeunes – ces dernières années, les effets sur le monde du trading en sont une conséquence naturelle. Le terme trading social est utilisé pour définir une forme de trading en ligne qui permet à tout investisseur, quelle que soit son expérience dans le domaine, d’avoir accès à des informations précises sur les stratégies de trading mises en œuvre par d’autres personnes, pour autant qu’elles fassent partie de la même plateforme sociale.

Cette forme d’investissement soulève une nouvelle série de questions sur les risques du marché. 

La révolution sociale : la « gamification » de la finance

Le monde des réseaux sociaux a parcouru un grand pas en avant ces quelques dernières années, du premier MySpace historique au révolutionnaire Facebook, jusqu’à assumer un rôle dans la politique des pays avec Twitter et TikTok. Bien que les premières plates-formes aient probablement été banalisées par la plupart des gens comme des idées de faible valeur économique conçues par des jeunes dans leurs garages, ces entreprises représentent aujourd’hui une réalité technologique avec des capitalisations de plusieurs milliards de dollars sur les marchés financiers.

Il est intéressant de noter qu’au fil des ans, le monde de la finance a vu apparaître des stratégies de type « black box », telles que celles proposées par les fonds spéculatifs, et des méthodes d’investissement totalement transparentes. Le trading social a réussi à attirer l’attention de ce que l’on appelle les millenials et la gen Z (c’est-à-dire toutes les personnes nées entre 1981 et la première décennie du XXIe siècle), avec l’explosion d’applications telles que eToro et Robinhood, qui permettent à tout utilisateur enregistré de trader et d’accéder à des données sur les stratégies d’autres utilisateurs enregistrés, souvent avec des commissions très faibles (voire nulles), afin d’attirer un large segment de clients.

Dans ce contexte – où de nombreux néo-traders croiront avoir trouvé un nouvel eldorado – il convient d’être très prudent : autant il est extrêmement simple de reproduire la stratégie mise en œuvre par d’autres investisseurs, autant il s’avère plus complexe de distinguer un bon conseil d’investissement douteux. La « gamification » des investissements induite par ces nouvelles réalités doit être prise au sérieux : nous pouvons avoir l’impression de participer à un jeu, mais l’argent investi est aussi réel que les gains et les pertes.

Une nouvelle stratégie de diversification ou simplement un excès de confiance dans les marchés financiers ?

Une fois à l’esprit le concept de risque potentiel créé par la gamification du trading, vous devez vous demander s’il existe un moyen d’utiliser consciemment les opportunités offertes par le trading social à votre avantage. On trouve sur le Web d’innombrables témoignages d’utilisateurs sur les avantages de cette nouvelle stratégie. Par exemple, de nombreux utilisateurs peuvent considérer qu’une stratégie d’investissement est valable si une multitude d’utilisateurs sur une plateforme sociale la considère comme telle.

L’acronyme anglo-saxon FOMO (« Fear Of Missing Out », c’est-à-dire la peur de manquer des opportunités d’investissement générées par l’observation du comportement d’autres investisseurs, qui peut conduire une personne à investir trop tôt dans un certain instrument, enregistrant des pertes énormes) est souvent cité par les abonnés des réseaux sociaux, et est devenu aujourd’hui un facteur très important pour justifier les mouvements rapides du marché financier.

Un aspect à prendre en considération avant de décider passivement de suivre une stratégie de trading social est le degré réel de préparation financière de ceux qui les opèrent via ces plateformes. Il peut arriver de trouver des personnes très compétentes en la matière, comme de parfaits novices. Il devient essentiel de savoir identifier la différence entre les deux. 

Une très bonne stratégie, certainement moins facile à suivre que la simple réplication d’une série d’investissements, consiste à évaluer chaque investissement potentiel, en gardant dans son portefeuille des titres appartenant à des secteurs différents et, éventuellement, en s’inspirant des stratégies de différents utilisateurs. Le nombre d’utilisateurs que l’on retrouve sur les réseaux sociaux étant désormais très élevé, il est désormais indispensable de faire un recoupement entre les différentes stratégies réplicables afin de construire un portefeuille d’investissement équilibré.

Pourquoi le trading social peut fonctionner : l’explication des économistes

Sous-estimer la puissance d’un outil comme le trading social pourrait être une erreur. Pour expliquer pourquoi cette stratégie d’investissement a des fondements solides dans l’économie comportementale il y a même (sans le savoir) l’économiste John Maynard Keynes.

En tentant d’expliquer le comportement des marchés financiers dans les années 1920 et 1930, Keynes a donné un exemple très pertinent aujourd’hui cité dans d’innombrables ouvrages sur l’économie et la finance. Supposons qu’un journal décide d’organiser un concours pour élire la gagnante d’un concours de beauté féminin à partir des photos de six finalistes sélectionnées. La promesse du journal à ses lecteurs est de verser un prix à tous ceux qui seront en mesure d’identifier la fille gagnante. Ce faisant, argumente Keynes, le lecteur n’a pas à voter pour la fille qu’il juge plus belle que les autres, mais pour celle qu’il pense avoir plus de chances d’être élue par la majorité des lecteurs.

En passant du concours de beauté aux marchés financiers, la leçon de Keynes est très importante, pour gagner de l’argent dans la finance, il peut être complètement inutile d’investir sur des titres considérés comme intéressants par le seul investisseur. La stratégie gagnante consiste à deviner où les masses d’argent seront concentrées dans le futur. Le trading social devient donc une méthode d’investissement dans laquelle tous les lecteurs du journal rendent publiques leurs positions, avec une énorme valeur informative pour l’investisseur le plus compétent.

Ne négligez jamais la phase de recherche

En conclusion, il est important de noter comment le trading social peut donner lieu au mythe de l’enrichissement simple et instantané.

La meilleure stratégie reste de ne pas investir dans des instruments financiers dans lesquels vous n’avez pas une certaine connaissance. Il est donc nécessaire de ne jamais perdre l’habitude de faire vos recherches.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz