Publié par Magali Marc le 11 juin 2021

Lors d’une interview, diffusée le 8 juin sur la chaîne NBC, Lester Holt a demandé à la vice-présidente Kamala Harris si elle comptait se rendre à la frontière sud afin d’évaluer par elle même la crise frontalière. Mme Harris n’a pas vraiment répondu et a démontré à quel point elle est superficielle et incapable de traiter les dossiers qui lui ont été confiés. Il faut espérer que Joe Biden va tenir le coup jusqu’en 2024, en dépit de sa sénilité. Car si la VP Harris devait le remplacer avant cette date, les chefs d’État de nations hostiles aux États-Unis comme Xi Jinping ou Vladimir Poutine, n’en feraient qu’une bouchée.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de John Kass, paru sur le site de TownHall, le 10 juin.

********************

Joe Biden doit tenir jusqu’en 2024

Il n’y a qu’une chose à retenir de l’horrible interview que la vice-présidente, Kamala Harris, a accordée à la chaîne NBC, lors de laquelle on lui a demandé si elle comptait se rendre à la frontière sud pour voir la crise de ses propres yeux : il faut que le président Joe Biden tienne le coup jusqu’en 2024.

S’il vous plaît, mon Dieu, s’il vous plaît !

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Et je demande à tous les Américains, même aux Démocrates, de prier pour que Joe Biden tienne bon.

Il doit rester, même si cela signifie que nous devons supporter de le voir jouer son rôle d’oncle Joe, de plus en plus grinçant, un rôle qui conviendrait mieux à une sitcom des années 60 du genre « Petticoat Junction » ( NdT: Petticoat Junction était une série américaine montrant des Américains en milieu rural et particulièrement un Oncle Joe débile et paresseux) qu’à sa prochaine rencontre en tête-à-tête avec l’homme fort de Russie, Vladimir Poutine.

Le vieil oncle Joe est un peu lent, mais on peut s’en accommoder. Selon nos lois, il y a une solution de rechange au président Biden : une éventuelle présidente Kamala Harris.

S’il vous plaît, mon Dieu, faites que ça n’arrive pas !

Lors de cette interview de NBC Nightly News avec Lester Holt, Mme Harris a montré ses nombreux talents, qui incluent une stupéfiante superficialité et une constante incapacité à traiter les dossiers que le Département d’État et d’autres lui ont confiés.

Lester Holt lui a demandé :

– « Avez-vous le projet de visiter la frontière ? »
– « À un moment donné, vous savez », a répondu Kamala en levant les mains. « Nous allons nous rendre à la frontière. Nous sommes allés à la frontière. Donc toute cette histoire de frontière, » (les mains s’agitent maintenant), « nous sommes allés à la frontière. Nous sommes allés à la frontière. »
– M. Holt : « Vous n’êtes pas allée à la frontière. »
– « Et je ne suis pas allée en Europe », a dit Kamala Harris, en riant et en agitant à nouveau les mains. « Je veux dire, je ne comprends de quoi vous parlez. Je ne néglige pas l’importance de la frontière. »

C’est alors que j’ai commencé à souhaiter que ce soit Julia Louis-Dreyfus, la star de la série «Veep» de la chaine HBO, qui devienne notre vice-présidente.

Mme Louis-Dreyfus pourrait s’en occuper. Elle est une gauchiste, névrosée, dévorée d’ambition que je pourrais supporter.

Mais l’incompétence de Kamala qui est à un cheveu près d’assumer la présidence c’est une autre affaire.

Joe Biden a confié à Mme Harris la responsabilité de la crise frontalière en mars. Et tandis que des dizaines d’élus des deux partis sont allés sur place voir de leurs propres yeux ce qui se passe, Mme Harris n’a pas daigné se déranger.

L’Administration Biden ne veut-elle pas que des caméras la suivent pour saisir ce qu’elle pourrait voir ? S’agit-il de la même Kamala Harris qui, lorsqu’elle était candidate à la présidence, n’a cessé de parler de la nécessité pour le prochain président d’être « fidèle à nos valeurs » et d’accueillir les migrants et les familles ? De mettre fin à ce qu’elle décrivait comme des « violations des droits de l’homme » à la frontière?

À présent qu’elle est aux commandes, elle répond en riant à une question lui demandant pourquoi elle ne s’est pas rendue elle-même à la frontière pour mieux comprendre ce qui se passe.

Elle avale de travers, elle est nerveuse, elle agite les mains, elle se répète : « Nous sommes allés à la frontière, nous sommes allés à la frontière », comme un disque rayé.

Elle n’est pas allée à la frontière. Joe Biden non plus.

Allez, mec, (ou toi le puissant président), regarde tes œuvres et désespère.

Les Républicains se moquent de leur peu d’empressement à visiter la frontière sud. Certains vont même jusqu’à suggérer de mettre le visage de la VP sur les cartons de lait en tant que portée disparue.

Mais des Démocrates comme Henry Cuellar, Représentant du Texas au Congrès, ont également demandé à Joe Biden et Kamala Harris d’y aller voir par eux-mêmes.

Si elle et Biden se rendaient sur place, ils pourraient répondre à des questions concernant ce garçon de 5 ans que des passeurs ont récemment déposé seul dans un endroit rural, vide et d’apparence industrielle à la frontière du Texas, le garçon criant de façon hystérique, toussant et pleurant « Non ! Non ! Non ! Ne partez pas ! » sur une vidéo devenue virale qui est aussi déchirante que tout ce qui sort de cette pagaille.

Ils pourraient se faire demander pourquoi leur avertissement aux Centraméricains, « ne venez pas », est inopérant.
Ils évitent la frontière comme la peste.

Lester Holt n’a pas interrogé Mme Harris à propos du petit garçon. Et il n’a pas mentionné qu’en raison de la politique de Joe Biden, le nombre d’enfants arrivant à la frontière a augmenté de plus de 160% par rapport à l’an dernier.

Tout ce que M. Holt a fait, c’est demander à la VP Harris quand elle comptait se rendre à la frontière.

Il n’a pas été brusque. Il a posé la question en prenant une voix apaisante. Il n’y avait rien de méchant dans ses questions.

Et sa réponse a été du charabia.

M. Holt a été caractérisé comme ayant cuisiné Mme Harris. Mais utiliser le terme «cuisiner» c’est chercher à protéger la performance de la VP.

En vérité, l’intervieweur a été gentil.

Il n’a pas non plus mentionné que le président a annulé de nombreuses politiques de protection des frontières adoptées par Donald Trump, telles que les protocoles de protection des migrants, qui, autrefois, maintenaient les migrants au Mexique tandis qu’ils cherchaient à obtenir des audiences pour immigrer.

Il n’a pas non plus mentionné que M. Biden a appelé les migrants à « déferler » sur la frontière sud (c’est exactement ce qu’ils font depuis son élection), et que Mme Harris a dit aux Guatémaltèques « ne venez pas », ce qui ne correspond pas à une politique. C’est plutôt de la propagande.

Elle a un travail difficile, elle acquiesce sagement à ce que dit Joe Biden, se tient en retrait et attend son tour.
Lors d’un discours en mars, lorsqu’il l’a chargée de l’immigration, la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, s’est tournée vers elle et a commencé à applaudir. Même si elle portait un masque, on pouvait voir les yeux de Kamala Harris s’écarquiller d’horreur devant le seau d’eau chaude que le président venait de lui jeter.

Après que son interview sur NBC lui ait valu des critiques, la VP Harris a continué de s’effondrer, comme le Capitaine Queeg ( NdT: du film Ouragan sur le Caine ) lors de la mutinerie.

La politique frontalière de Joe Biden n’est pas seulement une crise qu’il a créée de toutes pièces, c’est un désastre politique pour les Démocrates.

Et les Républicains vont en profiter pour critiquer le gouvernement démocrate.

Mais oubliez la désinvolture de la VP Harris une seconde. Ce n’est pas le problème le plus inquiétant que doit affronter l’Administration Biden/Harris.

La Chine, la Russie, l’Iran sont des problèmes.

Le monde est un endroit dangereux. Les nations prédatrices et leurs alliés cherchent à profiter des leaders faibles et incompétents. Et l’interview a révélé que la VP Harris n’est pas prête. Qu’elle est sotte et manque de sérieux.

Comment Vladimir Poutine et le Chinois Xi Jinping vont-ils percevoir cette interview ?

Espérons que nous n’en arriverons jamais à ce point.

Le président Biden doit tenir jusqu’en 2024.

S’il vous plaît, mon Dieu, s’il vous plaît !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Townhall

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

17
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz