Publié par Jean-Patrick Grumberg le 5 juin 2021

Un blogueur qui a publié 17 vidéos de lui-même appelant au meurtre d’éminents juifs français a été condamné à cinq ans de prison ferme par un tribunal de La Belle France.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Cette condamnation, pour apologie du terrorisme et menaces de mort, est l’une des plus sévères de ces dernières années pour ce type de délits. Ahmed Moualek était jugé, jeudi après-midi, pour dix-sept délits commis entre novembre 2018 et octobre 2020, depuis le petit village bourbonnais où il réside.

Il s’agit de paroles publiées sur les réseaux sociaux dans des vidéos qui durent parfois plusieurs heures. Des paroles constatées par huissiers.

Le tribunal de Cusset, une ville proche de Vichy, a rendu son verdict de culpabilité et sa sentence jeudi à Ahmed Moualek, 53 ans, qui avait posté des menaces de mort contre Gilles William Golnadel et Alain Jakubowitz, deux avocats juifs, ainsi que les journalistes Eric Zemmour, Elisabeth Levy et Ruth Elkrief, ainsi que le député Meyer Habib, qui a précisé : « Je vis sous protection depuis six ans, à cause de menaces.»

Moualek est un ancien associé de Dieudonné M’bala M’bala et Alain Soral, deux autres négationnistes qui ont fondé il y a dix ans le parti antisioniste, aujourd’hui disparu. Moualek faisait partie des fondateurs du parti.

À l’occasion de l’anniversaire en 2019 du meurtre en 2015 de quatre juifs par un djihadiste au supermarché Hyper Cacher, Moualek a posté une vidéo adressée aux « sales juifs » dans laquelle il dit :

«Vous savez que ça m’aurait fait plaisir que la Shoah existe mais je regrette juste que vous n’étiez pas dans le train.»

Dans ses vidéos Ahmed Moualek appelle «à brûler les écoles de la République, à brûler CNews et BFM TV» et à «brûler» Ruth Elkrief.

Il incite les gens qui le suivent à « mettre une pastille » à Zemmour et « à tous les juifs ». 

Pour l’avocat Gilles William Golnadel, « une balle dans la tête et on serait tranquille ».

Mêmes gentillesses suite à l’assassinat de Samuel Paty, où il affirme qu’il s’agit «d’un pseudo-attentat» et «qu’il a eu ce qu’il mérite».

La présidente du tribunal, Aurélie Mahé, a insisté pour mentionner les phrases les plus abjectes de ce proche de Soral, notamment celle-ci : «J’appelle à faire couler le sang des juifs. Cette race de vipère, ils ont subi la Shoah et c’est une bonne chose.»

Victimisation

Pour seule réponse, le néo-nazi musulman a tenté de se poser en victime : « Mes phrases sont sorties de leur contexte»… «Je ne reconnais pas ces mensonges»… et a déclaré qu’il était persécuté et qu’il avait reçu «des menaces d’égorgement» pour lui et ses enfants par le «lobby juif», tout en minimisant ses propos : «C’est du bavardage tout ça. Je n’ai pas commis de crime. Personne n’a commis de crime en mon nom.»

Obsession paranoïaque

L’expertise psychiatrique demandée par le tribunal a d’ailleurs conclu que les juifs étaient une véritable obsession chez le prévenu.

Incitation au passage à l’acte

Avec cette forme d’antisémitisme qui tire ses racines de l’islam – le prévenu tient dans la même le coran qui lui-même contient de nombreuses incitations à tuer les mécréants, juifs et chrétiens, nous sommes bien loin de l’antisémitisme traditionnel français, qui se cantonnait aux paroles. Rappelons qu’en France depuis le 21e siècle, 14 ou 15 juifs ont été assassinés, plus que dans n’importe quel autre pays du monde (à part Israël), et tous par des musulmans.

  • Me Sanson, l’avocate d’Elkrief, a déclaré à propos de Moualek : «Il est dangereux, influent».
  • Même écho dans la bouche de Me Chautard, l’avocat de Meyer Habib, qui a préconisé «de priver cet homme, qui a l’intelligence du mal, de toute liberté d’expression.»
  • «Les discours du prévenu peuvent amener au passage à l’acte. La liberté d’expression est grande, mais il a passé la ligne rouge», a souligné, Me Serfati, avocat du BNVCA [Dreuz : Serfati fait une double erreur : 1) la liberté d’expression n’est pas grande, et 2), même chez nous, où elle est inscrite dans la constitution, elle ne protège pas les incitations au meurtre ou à la violence]

Le procureur de la République Éric Neveu, pour sa part a déclaré : «On ne doit pas transiger avec l’apologie du terrorisme».

En plus des 5 ans de prison ferme, une peine très légère selon les standards américains, et très lourde selon la justice française, d’autant que les remises de peine permettent souvent de réduire les condamnations à des périodes symboliques, Moualek devra subir un suivi judiciaire de dix ans, une privation d’éligibilité de la même durée, ainsi qu’une interdiction d’activité sociale – je n’ai pas pu au même d’écrire ces lignes savoir s’il s’agit de réseaux sociaux, et si c’est le cas, qui sera en charge de suivre son activité sur les réseaux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

10
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz