Publié par Guy Millière le 17 juin 2021

Lorsqu’on regarde Joe Biden, lorsqu’on l’écoute, on ne se dit pas que le Parti Démocrate devenu parti gauchiste aurait pu trouver mieux, on se dit qu’il aurait été difficile pour le Parti Démocrate devenu parti gauchiste de trouver pire.

On comprend que non, cette loque humaine n’a décidément pas gagné en novembre dernier, et qu’il a fallu une fraude massive pour le faire entrer à la Maison Blanche. On comprend que les gens qui l’actionnent comme un pantin l’ont choisi précisément parce qu’il est sénile et que la moitié du temps il ne sait pas où il se trouve ni même qui il est, ce qui le rend malléable et dépendant. On se demande s’ils ne l’ont pas choisi aussi pour humilier les Etats-Unis, car il est humiliant pour les Etats-Unis, et ceux qui aiment ce pays et savent ce qu’il incarne, de voir ce qu’ils voient.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Les journalistes américains au service du Parti Démocrate font comme s’ils ne voyaient rien et comme s’ils n’entendaient rien, et font penser aux journalistes soviétiques qui, au temps de Brejnev, faisaient semblant de croire que Brejnev était en pleine possession de ses moyens intellectuels alors qu’il était devenu une momie. Les journalistes européens font la même chose, car ils sont eux aussi au service du Parti Démocrate parce qu’ils sont de gauche, et les articles qu’ils écrivent sur la présidence Biden sont risibles, tout comme les commentaires qui figurant sous les articles sur les sites internet des journaux.

Les dirigeants étrangers qui voient et entendent Biden ne sont pas dupes. Mais ils font semblant. Les amis des Etats-Unis sont mal à l’aise, et ne disent pas que Joe Biden devrait être dans un hospice de vieillards parce que, malgré tout, il a le titre de Président des Etats-Unis, et que dire qu’il est sénile serait désobligeant pour les Etats-Unis eux-mêmes. Les ennemis des Etats-Unis ne dissent pas eux non plus que Joe Biden devrait être dans un hospice de vieillards parce qu’avoir un Président comme cela, quand on est un ennemi des Etats-Unis, cela ne se refuse pas. C’est une aubaine.

Joe Biden ces derniers jours s’est rendu au Royaume Uni pour un G7, cense être la réunion des dirigeants des pays les plus puissants du monde (en laissant à l’extérieur la Chine, la Russie et l’Inde, le G7 n’est pas ce qu’il prétend être et c’est déjà une imposture), et il s’est trouvé face à des dirigeants européens, un dirigeant canadien et un dirigeant japonais. Seul le Japonais dans cet ensemble peut être considère comme un ami des Etats-Unis, les autres sont des faux amis et quasiment des ennemis. Joe Biden s’est ensuite rendu à Bruxelles pour rencontrer Recep Tayyip Erdogan, puis il est allé à Genève rencontrer Vladimir Poutine.

Au Royaume-Uni, Joe Biden a radoté et bafouille plusieurs fois, a dû être pris par la main plusieurs fois pour ne pas s’égarer. Il a, en supplément, dit aux soldats américains stationnées dans le pays que leur tâche essentielle serait désormais de lutter contre le réchauffement global. Il a ensuite pris une camomille en compagnie d’Emmanuel Macron, qui lui a dit, à mots couverts, que c’était bien d’avoir un Président américain qui rentre dans les rangs du club, et accepte de signer ce qu’on lui demande de signer, et Joe Biden a effectivement signé le document final qu’aucun Président américain ayant des neurones intacts n’aurait signé (les dirigeants européens ont signé eux aussi, mais eux, c’est parce qu’ils veulent consciemment le naufrage de leur propre civilisation, le dirigeant canadien a signé pour les mêmes raisons, le dirigeant japonais a signé pour ne pas faire d’esclandre et parce qu’il sait que c’est juste un morceau de papier). Le document entérine la mise en place de passeports vaccinaux et de moyens de contrôle numériques pour tous les voyageurs du monde (si vous habitez l’un des pays concernés ou si vous y passez, attendez-vous à être infiniment plus surveillés et à ce que votre liberté de voyager soit entravée). Le document prévoit aussi la fin des véhicules à moteur fonctionnant aux carburants fossiles et la transition vers les énergies vertes et vers un objectif zéro carbone (si vous habitez l’un des pays concernés, attendez-vous à être plus pauvre car cela va couter très cher, et c’est vous qui paierez, attendez-vous aussi à un chômage élevé, à une croissance en chute libre, et apprenez à faire du vélo). Le document prévoit la fin des réfrigérateurs, des congélateurs et de l’air conditionné pour 2030, au nom d’un machin appelé le SEAD, Super-Efficient Equipment et Appliances Deployment (attendez-vous à un retour aux années 1950, ou l’absence de réfrigération et de congélation conduisait à des intoxications alimentaires, et attendez-vous si vous vivez dans des régions chaudes à transpirer).

Comme tout cela implique des règlementations et des bureaucrates, le document prévoit aussi des embauches de bureaucrates par milliers et des dépenses par dizaines de milliards.  En supplément, les signataires entérinent la mise en place d’un impôt minimal de 15 pour cent pour toutes les entreprises dans les pays concernés, et ils prévoient de dépenser des milliards pour équiper les pays en voie de développement en moyens d’utilisation d’énergies renouvelables, aux fins de contrer la Belt and Road Initiative chinoise, qui ne repose sur aucune de ces lubies. En voyant tout cela, c’est Xi Jinping qui doit être content : il a mené une action de guerre biologique contre le monde occidental, et en supplément, les dirigeants du monde occidental signent un document suicidaire. Si les Démocrates sont éjectés en 2022 et si Trump revient en 2024, Biden sera renvoyé à l’hospice et il ne restera rien de tout cela, heureusement. Le Japon fera ce qu’il décide de faire. Si les Européens et les Canadiens gardent les mêmes dirigeants, je serai heureux de vivre loin de l’Europe et assez loin du Canada (deux mille kilomètres séparent Las Vegas de la frontière canadienne).

On ne sait rien de la rencontre Biden-Erdogan, mais Erdogan avait l’air content et quand un islamiste a l’air content, cela n’annonce en général rien de bon.

Avant de rencontrer Poutine, Biden lui avait fait un cadeau inestimable : cesser de s’opposer à la construction du pipeline Nordstream, ce qui permettra à la Russie de vendre beaucoup de pétrole et de gaz à l’Allemagne et sans doute à d’autres pays d’Europe, ce qui permettra aussi à Poutine d’assurer son emprise sur l’Europe occidentale, ce qui en supplément privera l’Ukraine de revenu et l’affaiblira. En rencontrant Poutine, Biden lui a fait un autre cadeau : paraitre parler d’égal à égal avec un Président des Etats-Unis faible et sénile, et pouvoir donner une conférence de presse internationale au cours de laquelle il a pu tenir des propos humiliants pour les Etats-Unis, en reprenant le discours des Démocrates sur le “racisme structurel”, en pointant du doigt le chaos, les émeutes de l’an dernier et l’insécurité. Poutine s’est même payé le luxe de dire qu’en Russie il n’y avait pas d’émeutes et d’ajouter que les Etats-Unis cachent le nom du policier assassin d’Ashley Babbit, la seule personne tuée le 6 janvier au Capitole à Washington. Trump montrait du respect pour la Russie, ne lui faisait aucun cadeau et lui montrait les limites à ne pas franchir. Ceux qui téléguident Biden montrent de l’irrespect envers Poutine, et ensuite lui font des cadeaux qui contredisent leur irrespect, et ils ne lui montrent aucune limite, ou très peu : les liens de la Russie avec la Chine et l’Iran ont été laissés de coté, alors que c’est sans doute la question essentielle, deux cyberattaques russes ont frappé les Etats-Unis, l’une contre un pipeline desservant la côte Est, l’autre contre une très grande entreprise de production de viande. Les attaques étaient à l’évidence des moyens russes de faire pression sur les Etats-Unis. Poutine a dit qu’il n’y était pour rien. Biden s’est contente de lui donner la liste de seize secteurs que la Russie ne doit pas attaquer. Il n’a pas dit si, pour les autres secteurs, les attaques pouvaient avoir lieu. Pitoyable ! Ceux qui téléguident Biden n’ont pas voulu qu’il donne une conférence de presse commune à coté de Poutine, tant ils savaient que leur pantin serait écrasé. 

Le pantin est reparti pour les Etats-Unis que ceux qui le téléguident conduisent vers des difficultés croissantes, avec l’intention de faire, comme je l’ai dit, un maximum de dégâts dans le minimum de temps. Exécrable situation.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

43
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz