Publié par Jean-Patrick Grumberg le 22 juin 2021

George Soros a injecté 1 million de dollars dans le groupe anti-police Color of Change.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

George Soros, et son fils, qui a repris le flambeau destiné à détruire la société humaine pour la remplacer par une création d’inspiration marxiste, ne s’arrête jamais. Le milliardaire a versé de l’argent à un groupe qui excite la haine contre la police.

Les données disponibles publiquement indiquent que Soros a donné 1 million de dollars au groupe radical Color of Change, plus 2,5 millions de dollars pendant les élections de 2020 au travers de Democracy PAC.

  • Color of Change est à l’origine d’une pétition intitulée « Couper les ponts avec l’Ordre fraternel de la Police [Fraternal Order of Police (FOP)] ».

    Qu’est-ce que le FOP ? C’est « la voix des agents de la force publique de notre pays ». Et Color of Change, dans sa pétition, qualifie le FOP de « fraternité la plus mortelle du monde », en se basant sur les faux chiffres indiquant que les policiers tuent « des milliers » de Noirs (en réalité, ce n’est pas « des milliers », mais huit personnes non armées qui ont été tuées par des policiers)

L’objectif de la campagne de Color of Change est de faire pression sur les élus pour qu’ils refusent tout soutien de la FOP et des syndicats de police, parce qu’ils « encouragent la violence ». Vous lisez bien : la police encourage la violence ! Evidemment, les activistes de gauche n’ont que faire de la réalité, parce qu’ils ne sont jamais remis à leur place par les médias pour leurs mensonges : les médias sont du même bord qu’eux, et les organismes de Fact checking ne s’intéressent qu’aux fake news de la droite.

« Nous appelons les dirigeants élus à travers la nation à retourner et à refuser les dons politiques des syndicats de police et du Fraternal Order of Police qui ont excusé, défendu et encouragé la violence policière depuis des décennies”, dit la pétition.

Le groupe a même envoyé un ultimatum monstrueux aux élus locaux parce qu’il incite non seulement à la haine, mais à la division :

« Le temps est venu pour vous [responsables locaux] de faire un choix : soit vous êtes avec le peuple, soit vous soutenez la violence policière systémique et l’incarcération de masse. »

Et Soros cautionne ça. Et si quelqu’un le critique, les journalistes sautent sur ses détracteurs, lui offrent un cordon de sécurité, et les accusent d’être antisémites. Cela ne peut pas m’arriver, puisque je suis un juif fier, un juif pro-israélien – et pas n’importe quel Israël – Israël, Etat du peuple juif. Je m’égare…

Le financement par Soros de Color of Change ne s’arrête pas là. Sa fondation Open Society (OSF) lui a également versé 1 400 000 $ entre 2018 et 2019 – selon les données publiquement disponibles.

Que Soros finance un groupe de haine anti-police, c’est normal. Il finance aussi les campagnes électorales de juges marxistes qui considèrent les criminels comme des victimes d’une société cruelle, et doivent être protégés. Ils les laissent en liberté, leur crime accompli, afin qu’ils en commettent d’autres : c’est ainsi que la violence explose dans les grandes villes démocrates d’Amérique. L’élément qui met des bâtons dans les roues dans ce magnifique cercle vicieux est la police, qui arrête les criminels, et c’est pourquoi Soros finance les organismes qui appellent à la supprimer, la définancer, et avec Color of Change, à la diaboliser, la rejeter, la faire considérer comme l’ennemi du peuple.

OSF a annoncé l’année dernière qu’elle allouait 220 millions de dollars à la soi-disant « justice raciale ». Et vicieux, Soros a exploité les graves tensions raciales provoquées par la gauche lorsqu’elles n’existent pas, pour accuser les États-Unis de racisme structurel :

Nous reconnaissons que la lutte pour démanteler le racisme systémique est une lutte permanente ; elle a existé depuis l’aube de la république jusqu’à aujourd’hui, et est ancrée à tous les niveaux du gouvernement et dans nos systèmes pénaux et judiciaires.

Question : qui est selon vous le plus nocif pour notre bien-être : Google, Facebook, Twitter, Soros, Obama, le New York Times, les dirigeants de l’UE, l’ONU, les pays arabes ? J’ai ma petite idée.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz