Publié par Pierre Rehov le 13 juin 2021
Natacha Polony et Pierre Rehov sur le plateau de l’émission Polonium après les attentats de 2015

Comme beaucoup de personnes attachées à la vérité et sensibles au conflit incessant entre Israël et les organisations terroristes qui représentent de plus en plus la cause des Arabes de Palestine, j’ai été choqué par l’article incendiaire et relativement aveuglé par la propagande, que Natacha Polony a publié dans l’hebdomadaire Marianne, après la 4ème guerre Israël-Hamas de juin dernier.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Ayant eu l’honneur d’être invité à plusieurs de ses émissions, et éprouvant de l’estime pour son côté frondeur et sa capacité d’analyse d’habitude moins biaisée, je me suis permis d’envoyer sur son adresse mail le texte ci-dessous. Elle ne m’a pas répondu. Je trouve cela navrant. (Lorsque Jean-Patrick Grumberg l’a interviewée pour Dreuz il y a quelques années, et qu’elle a sorti une contre-vérité sur Israël, JPG l’a immédiatement reprise, et elle a alors reconnu qu’elle ne connaissait pas le sujet.)

Pour des raisons de confidentialité, certains amis que nous avons en commun ayant été impliqués dans cet échange, j’ai dû édulcorer le texte, sans bien sûr en changer le sens ni l’humeur.

Chère Natacha Polony,

Permettez-moi de réagir après la lecture de votre billet d’opinion consécutif à la guerre que nous venons de subir, en Israël, contre le Hamas. J’ai eu le plaisir de participer plusieurs fois à vos émissions en tant que romancier ou reporter, et c’est parce que j’ai beaucoup de respect à votre égard, que je m’autorise à vous adresser ce mot depuis Tel-Aviv, après avoir vécu sous les roquettes pendant plus d’une semaine.

Tout d’abord, contrairement à d’autres articles publiés par des médias qui ne cachent pas leur antisionisme, voire leur antisémitisme, et leur sympathie pour l’islamogauchisme, votre texte semblait a priori vouloir manifester une volonté d’équilibre et d’impartialité qui n’est, malheureusement, que fumée verte. En effet, il est particulièrement regrettable que vous ayez omis des faits essentiels, sans lesquels votre article dérive vers la désinformation.


1 – En tant que reporter, je puis vous assurer qu’il est impossible de faire son métier d’informateur dans les territoires Palestiniens. Ou vous diffusez leur point de vue, leur propagande, leurs chiffres ou vous êtes interdit d’entrée, au risque de votre vie. Vous imaginez donc bien qu’une partie des informations parvenant du terrain sont tronquées.

2 – Le Hamas est une organisation terroriste. Vous ne pouvez pas les mettre sur le même plan qu’Israël. D’une part, leurs chiffres sont souvent faux, leurs combattants déguisés en civils et, de plus, ils se servent régulièrement de femmes et d’enfants comme boucliers humains. Mais le plus important et le plus grave, vous avez oublié de préciser ( peut-être l’ignorez-vous ? ) que 500 de leurs roquettes défectueuses à destination d’Israël ( soit 7% ) sont retombées dans la bande de Gaza, faisant des dégâts et tuant des civils. Vous ne pouvez pas, vous n’avez pas le droit, de mettre ces victimes sur le compte d’Israël.

3 – De l’avis des experts militaires du monde entier, l’armée israélienne prend des précautions uniques au monde pour protéger les civils de l’ennemi. Lorsqu’ils bombardent une zone civile où se terrent les terroristes du Hamas et de PIJ, ils appellent d’abord pour laisser le temps aux civils d’évacuer. Souvent, ils envoient une première bombe inoffensive pour faire peur et les inviter à se mettre à l’abri. Je vous en donne pour preuve un chiffre spectaculaire : plus de 1500 raids de bombardement… et seulement quelques 200 victimes. N’importe quelle autre armée utilisant une telle puissance de feu aurait fait au moins 2 à 3000 morts. Les chiffres ne mentent pas.


4 – Vous mettez le tort sur les gouvernements d’Extrême Droite d’Israël et allez jusqu’à critiquer les accords d’Abraham qui sont avant toute chose, et, quels que soient les intérêts en jeu, des accords de paix. Quelle extrême droite, tout d’abord ? Le nationalisme serait-il désormais étiqueté comme tel, sans autre forme de procès ? Pourquoi passer sous silence les refus répétés des Palestiniens de parvenir à un accord de paix avec Israël, qui leur garantirait la fondation d’un pays dans des frontières reconnues ? Vérifiez les évènements liés aux dates exposées ci-dessous.

En 1948, les Arabes ont tenté d’effacer Israël de la carte. En 1967, après la guerre des 6 jours, ils ont refusé la restitution des Territoires en échange de la paix (Les fameux 3 non de Khartoum), en 1973 ils ont de nouveau tenté d’éliminer Israël par une attaque surprise le jour le plus sacré du judaïsme. En 2000, Arafat s’est enfui de Camp David alors que Barak lui accordait 90% des Territoires et la moitié de Jérusalem. Le vieux chef terroriste a préféré lancer la 2ème intifada avec son cortège d’attentats suicides et de représailles.  En 2005, Israël s’est retiré de Gaza ( ma femme, immigrée indienne, y vivait avec sa famille… comme 10.000 Juifs du « Gush Katif » au sud de la Bande, ils ont été expulsés, et ont mis des années à refaire leur vie ) pour recevoir, en récompense, 4 guerres et des milliers de roquettes après que le Hamas ait pris le pouvoir. En 2008, Mahmud Abbas a refusé 95% des Territoires et la moitié de Jérusalem que lui offrait Ehud Olmert. En 2014, les Palestiniens ont fui la table de négociations malgré les pressions d’Obama.

La réalité que vous occultez est la suivante : les dirigeants palestiniens ne veulent qu’une chose, une Palestine de la rivière Jourdain jusqu’à la mer, et renvoyer les Juifs à leur statut de dhimmis. Ils n’accepteront jamais rien d’autre. Ils le disent tellement fort qu’ils ont fini par rendre sourde la moitié de la planète. Seriez-vous partisane de notre suicide collectif ?

5 – Enfin –  et je ne vous ennuierai pas plus longtemps, même si je pouvais passer des heures à vous expliquer une réalité du terrain et une réalité historique que je connais par cœur – Vous affirmez que les Palestiniens sont « un peuple sans espoir ». Seriez-vous, comme tout le monde, tombé dans le panneau du politiquement correct qui voudrait que ce conflit soit la faute des colons et de l’occupation, sans savoir qu’avant 67 il y avait davantage de désespoir, alors que la Cisjordanie était occupée par la Jordanie et Gaza par l’Egypte. Pour la majorité des Palestiniens, Tel-Aviv, Jaffa, Haïfa et toutes les villes israéliennes sont occupées.

Vous avez un grand talent et vous êtes dotée d’une curiosité qui manque à nombre d’intervenants des médias. Me ferez-vous l’honneur de consacrer 15 minutes au visionnage d’un documentaire court que j’ai réalisé il y a 2 ans, en donnant la parole à des Palestiniens de la rue à Gaza, Ramallah et Hébron ? Vous découvrirez une « Palestine » authentique que l’AFP se garde bien de vous montrer. 

En vous remerciant d’avoir pris la peine de me lire jusqu’ici, je vous prie d’accepter mes salutations les plus respectueuses.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

19
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz