Publié par Jean-Patrick Grumberg le 26 juin 2021

Peu de tambours et pas de trompettes – car les médias sont essentiellement hostiles à Israël – pour l’inauguration, ce jeudi 24 juin, de l’ambassade du Honduras dans la capitale israélien par le Premier ministre Naftali Bennet et le président hondurien Juan Orlando Hernandez.

Embed from Getty Images

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le président hondurien Juan Orlando Hernandez ont procédé, jeudi, à l’inauguration de l’ambassade du Honduras à Jérusalem. Il s’agit de la quatrième représentation diplomatique inaugurée à Jérusalem, après les États-Unis d’Amérique, le Kosovo et le Guatemala.

Pour marquer l’occasion, Hernandez et Bennett ont signé jeudi à Jérusalem plusieurs accords de coopération bilatérale concernant des projets dans les domaines de l’agriculture, de la gestion des ressources hydrauliques, de la santé, de l’éducation, de la science, ainsi que dans le domaine du développement de l’innovation.

Les États-Unis ont inauguré leur ambassade dans la capitale juive en 2018, puis le Guatemala, le Kosovo et le Honduras leur ont emboîté le pas. Le Paraguay a ouvert son ambassade à Jérusalem en 2018, mais a fait marche arrière quelques mois plus tard. La plupart des pays maintiennent des ambassades à Tel-Aviv en raison du statut contesté de Jérusalem.

M. Bennett a déclaré que l’ouverture de l’ambassade du Honduras à Jérusalem, et la réouverture prévue de l’ambassade d’Israël à Tegucigalpa, était “une autre démonstration de la profonde amitié et du lien profond” entre les deux pays. Israël a eu une ambassade au Honduras jusque dans les années 1990.

Hernandez, qui a visité une première fois la ville sainte en 2019, s’était engagé à déplacer l’ambassade de son pays à Jérusalem. Benjamin Netanyahu s’était à son tour engagé à rouvrir l’ambassade de Tegucigalpa.

Jeudi, Juan Orlando Hernandez a tenu à inaugurer en personne les locaux de l’ambassade, dans un immeuble du Parc technologique, dans le sud de Jérusalem, il a fait cette déclaration, occultée par tous les médias (si un média a mentionné cela, merci de me le signaler, et je corrigerais) :

“Je suis ici aujourd’hui avec notre délégation pour inaugurer l’ambassade du Honduras à Jérusalem, la capitale éternelle d’Israël”

Un statut juridique compliqué par la propagande médiatique

  • Jérusalem abrite le parlement israélien, la Cour suprême et de nombreux bureaux gouvernementaux. En 1967, Israël a libéré lors d’une guerre défensive, Jérusalem et la Judée Samarie qui étaient illégalement occupés par la Jordanie depuis 1949, et Gaza, qui était occupé par l’Egypte. Israël a ensuite établi officiellement la ville comme sa capitale. La vieille ville se trouve dans la partie Est de Jérusalem qu’Obama avait demandé de céder aux Palestiniens pour la création d’un Etat. Et si vous vous demandez pourquoi ni Obama, ni l’ONU, ni l’UE ni la France, qui le réclament à cor et à cri n’ont pu le créer jusqu’à présent, c’est parce contrairement à leurs déclarations mensongères, ils n’ont pas le droit international pour eux, et ils le savent : personne ne peut créer un Etat palestinien sans l’accord d’Israël sur ces terres disputées.
  • La décision de l’administration Trump a rempli une promesse juridique américaine de longue date de déplacer l’ambassade à Jérusalem.
  • Même si l’État de Palestine existait, ce qui n’est pas le cas, le Conseil législatif palestinien est élu par les résidents palestiniens des territoires palestiniens disputés, il n’est même pas le parlement de ce que les médias appellent à tort “État de Palestine”.

    Par conséquent, l’Autorité palestinienne n’est pas le gouvernement de cet “État de Palestine” fictif, mais le gouvernement autonome des habitants des territoires contestés. Au contraire, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est reconnue par les Nations unies comme le gouvernement des territoires disputés. Et L’OLP dispose de son propre parlement, le Conseil national palestinien (CNP).
  • Lorsque les diplomates internationaux rencontrent les dirigeants israéliens, ils se rendent à Jérusalem. Pour rencontrer les dirigeants palestiniens, ils se rendent à Ramallah, car l’Autorité palestinienne ne semble pas reconnaître Jérusalem comme important pour eux, contrairement à ce qu’elle prétend :

    L’Autorité palestinienne a ses bâtiments à Ramallah dans le ministère de l’Education, où se trouvent également les chambres de l’assemblée et le principal bureau administratif du CLP à al-Bireh, adjacent à Ramallah, et un à Rimal, dans la ville de Gaza.
  • En 2000, la construction d’un bâtiment du Parlement pour abriter le CLP a été lancée à Abu Dis, un quartier de Jérusalem-Est, mais le projet n’a jamais été achevé.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous