Publié par Magali Marc le 20 juin 2021

Les Américains moyens sont paisibles et équilibrés et ne s’intéressent à la politique que lorsqu’ils n’ont pas le choix.
Ces gens ne veulent pas entendre parler de la Théorie critique de la race, des transgenres ou du définancement de la police. Ils souhaitent vivre en paix, s’occuper de leur famille, préparer de bons petits plats et jouir de la vie. Pendant ce temps, les gauchistes radicaux qui veulent détruire la capitalisme et soumettre la société à leur idéologie socialiste, sont ceux qui se lancent en politique.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Robert J. Hutchinson, paru sur le site d’American Thinker, le 19 juin.

**************************

Les gauchistes sont une minorité… alors pourquoi dominent-ils l’opinion publique ?

Tandis que les Américains s’apprêtent à célébrer le 4 juillet ( NdT: Le Jour de l’Indépendance des États-Unis ) post pandémie, le moment est venu de se demander pourquoi les éléments les plus extrêmes de l’extrême gauche ont pu prendre le contrôle des institutions américaines si rapidement – malgré les sondages qui montrent que l’écrasante majorité des citoyens s’oppose à l’agenda «woke» dans sa quasi-totalité.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Durant la fête du 4 juillet, la cause profonde de ce cauchemar national sera exposée aux yeux de tous.

Je parle des barbecues traditionnels dans les arrière-cours.

Le barbecue est la clé herméneutique pour comprendre l’effondrement progressif de la société occidentale – pas seulement aux États-Unis, mais aussi en Australie, au Canada et dans de nombreux autres pays.

Il explique pourquoi les citoyens normaux assistent, impuissants, à la prise de contrôle des principaux ministères, des chefs d’état-major interarmées, des services de renseignement, de la quasi-totalité des universités, de nombreuses entreprises et d’une grande partie du système judiciaire par des hommes aux cheveux bleus, habillés en robe.

Tout se résume à l’influence.

La vérité est que les gens normaux, heureux et équilibrés ne s’intéressent pas vraiment à la politique – ou seulement lorsqu’ils y sont contraints par des émeutes dans leurs villes.

Les gens normaux de toutes les couleurs ne veulent pas vous dire leurs pronoms, castrer chimiquement leurs fils avec des médicaments bloquant la puberté, ou définancer la police. Ils ne sont ni oppresseurs ni opprimés.

Ils veulent simplement vivre en paix, assister aux matchs de foot ou de baseball de leurs enfants, et profiter des après-midi d’été pour faire des grillades…

C’est là que réside le problème : il s’avère qu’à de très rares exceptions près, les pires personnes de la planète – le genre de personnes qui étaient surveillantes au lycée et qui aiment créer et imposer des règlements mesquins à leurs camarades – se lancent en politique.

Ce sont les quelques privilégiés qui pensent que les lois et les règlements sont pour les autres, jamais pour eux-mêmes – les escrocs, les fraudeurs et les adultères qui se présentent aux élections au lieu de travailler pour gagner leur vie. Ce sont les Bill Clinton et les Gavin Newsom de ce monde. Nous disposons désormais de données scientifiques pour étayer cette intuition pleine de bon sens.

Dans un article fascinant de Substack ( NdT: une plateforme en ligne ), le politologue Richard Hanania fournit une montagne de preuves expliquant pourquoi, comme il le dit, « tout est gauchisé » – malgré le fait que, statistiquement parlant, il y a relativement peu de gauchistes et encore moins de progressistes «éveillés».

La raison la plus fondamentale est le barbecue – le fait que les gens normaux préfèrent faire des grillades plutôt que de protester, préfèrent s’amuser à lancer des ballons d’eau plutôt que des cocktails Molotov.

Il s’avère que manifester – crier, hurler, brûler des bâtiments – attire l’attention. Cela donne à la petite poignée de fanatiques une influence largement disproportionnée par rapport à leur nombre.

Un exemple frappant : Les lâches dirigeants de Target Corporation ont retiré de leurs magasins tous les exemplaires d’un livre critiquant les traitements « d’affirmation du genre » pour les enfants mineurs, en particulier les jeunes filles, lorsqu’une seule personne anonyme a tweeté pour protester.

Il a suffi d’un seul tweet pour que tous les exemplaires soient retirés.

Ce que Richard Hanania démontre, c’est que la gauche déjantée est pleine de fanatiques hurlants qui veulent désespérément « changer le monde » et sont prêts à tout pour atteindre leurs objectifs.

« La démocratie ne reflète pas la volonté des citoyens, elle reflète la volonté de la classe militante, qui n’est pas représentative de la population générale », explique-t-il.

Statistiquement, cela se voit dans le plus grand nombre de gauchistes qui font des dons à des causes politiques et se présentent aux marches, protestations et manifestations politiques. Ils se sentent tout simplement plus concernés.
M. Hanania souligne que si 74,2 millions d’Américains ont voté pour Donald Trump aux élections de 2020, mais seulement 3,7 millions ont fait des dons à sa campagne, contre 5,9 millions pour Joe Biden.

Ce fossé est encore plus important lorsqu’il s’agit de manifestations.

Si une université oblige ses étudiantes de première année à partager les douches avec des hommes plus âgés, comme le dicte apparemment le décret de Joe Biden, elle n’a pas à s’inquiéter de voir des armées de parents en colère venir occuper le bâtiment administratif.

Mais si elle ose maintenir ses politiques centenaires de «trans-exclusion», c’est précisément ce à quoi elle peut s’attendre de la part de phalanges d’hommes en robes aux cheveux bleus, encouragés par des gens comme Chris Cuomo et Don Lemon de CNN.

Quel groupe obtiendra ce qu’il veut ? Comme Yeats l’a dit : « Les meilleurs manquent de conviction, tandis que les pires / Sont pleins d’intensité passionnée. »

« Les conservateurs peuvent se dire qu’ils sont le parti des gens normaux, trop satisfaits et contents pour consacrer beaucoup de temps ou d’énergie à changer le monde », écrit M. Hanania. « Mais au final, le monde dans lequel ils vivent sera le reflet des préférences et des valeurs de leurs ennemis. »

Tout n’est pas perdu cependant.

Alors que l’extrême-gauche tente de plus en plus d’imposer ses politiques totalitaires à l’ensemble de la population, les Américains normaux et les boomers MAGA (les partisans de Donald Trump: Make America Great Again) commencent lentement à ouvrir les yeux sur la réalité de ce qui arrive à leur pays.

La récente explosion de protestations lors des réunions des conseils scolaires – menées par des parents en colère contre les programmes d’équité «antiraciste» imposés aux enfants dans les écoles – montre que l’activisme conservateur peut faire la différence.

Cela explique aussi pourquoi l’oligarchie américaine met tout en œuvre contre les manifestants du 6 janvier et les partisans de Donald Trump en général, prête à tout pour signaler à la moitié du pays qu’elle ne tolérera pas que des Américains normaux agissent de la même manière que les gauchistes – en faisant du grabuge, en vandalisant des bâtiments gouvernementaux, en luttant contre la police, etc.

Si les Américains ordinaires commençaient à faire autant de bruit que les gauchistes, alors l’agenda politique des oligarques se trouveraient menacé.

Et cela, ils ne peuvent pas le tolérer.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

14
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz