Publié par Albert Bertold le 19 juin 2021

Suite aux nombreux commentaires sous notre appel de dons, j’ai rédigé un certain nombre de réponses, ci-dessous.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Je veux vous dire que vos remarques m’emplissent de joie car je sens la passion, l’intérêt et l’attachement pour Dreuz, même dans les critiques les plus piquantes ou injustes, et sachez que cet attachement est réciproque. Dreuz aime ses lecteurs, et est très fier de considérer, à tort ou à raison – mais plutôt à raison – que le fil de commentaire, votre œuvre donc, est de la meilleure tenue qu’on puisse trouver sur le net. Ce n’est pas neutre, car plusieurs études ont été faites par des universitaires et des chercheurs sur l’impact des commentaires, négatif ou positif, sur la portée, la réputation et la crédibilité des articles publiés sur internet.

@oryx : «Ce que je reproche à Dreuz c’est de n’avoir aucun geste, aucune pensée, aucun remerciement (hormis celui automatique au moment de l’installation du don ponctuel ou automatique), aucun compte rendu.»

J’ai tardé à répondre car je voulais vérifier une information. C’est fait. Ce que vous dites, oryx, est inexact. Lors des appels aux dons, chaque lecteur qui laisse un commentaire indiquant avoir fait un don reçoit une réponse personnelle, des remerciements. De plus, pendant longtemps, Dreuz envoyait un email de remerciement non-automatique, personnel donc, quand nous recevions un don. Plus de la moitié revenaient avec «adresse inconnue» ou un terme technique voulant dire la même chose : beaucoup de nos lecteurs utilisent de fausses adresses email et nous ne les blâmons pas, c’est une mesure de protection contre les atteintes à leur liberté d’expression.

@oryx : «Les attentions qui coûtent le moins cher consistent à envoyer de temps en temps un e-mail aux seuls donateurs afin de renouveler, étalés dans le temps, les remerciements,»

Répondu ci-dessus : trop d’adresses email sont fausses. D’ailleurs, nous avons renoncé à ces envois après avoir été mis en garde par notre ingénieur réseau, car notre adresse email pourrait se retrouver dans une liste noire de spameurs si trop d’emails reviennent en erreur.

@oryx : «mes propos précédents d’immobilisme gravé dans le marbre de Dreuz étaient inexacts.»

Vous n’imaginez pas à quel point. Quand JPG a racheté Dreuz en 2010, qui s’appelait Drzz, ils avaient 40 000 lecteurs par mois. Quand il nous a revendu Dreuz en 2012, il avait fait monter le lectorat à 300 000. Depuis, nous sommes arrivés à 9 millions en pointe, avec une moyenne à 3 millions et des bas à 1,4 million. Malgré la censure de BigTech dont JPG n’a pas eu à souffrir. Je me souviens d’une conversation avec lui où il expliquait qu’ayant eu une formation au SEO (l’art de posséder les bons mots clefs dans des articles afin d’avoir un bon référencement dans Google), il a constaté que l’on était passé de «chercher à être référence dans la première page de Google», à «éviter d’être censuré Google». Globalement, nous avons perdu ce combat : Dreuz est en 12e page de recherche, là où personne ne nous trouve jamais.

@oryx : Tout le monde pourra lire les commentaires, mais seuls les donateurs pourront commenter». L’idée me paraît tout à fait excellente. 

Sauf que techniquement, nous nous heurtons momentanément à un mur, car Dreuz ne conserve pas les informations personnelles des commentateurs – c’est obligatoire en Europe et dans certains Etats américains, pas en Californie – ce qui vous protège énormément.

@oryx : «Il est évident qu’un article sur la gifle qu’a reçue Macron aura plus de lecteurs que celui d’un député LREM…. Ce type d’article comme la gifle aurait pu, par exemple, être réservé à vos donateurs (?)»

Faire payer une information qu’on trouve gratuitement partout ne me paraît pas très judicieux, mais je peux me tromper.

@oryx : «Je ne pense pas que des donateurs vous aient abandonnés suite à vos prises de position sur la vaccination.»

Vérification faite, -53 % de dons au premier trimestre 2021, et de nombreux emails de lecteurs furieux qui annoncent annuler leur abonnement.

@oryx : «Personnellement, je ne crois pas que votre initiative de «l’Amérique de Biden» soit un bon choix. Je suis très embêté de vous donner mon humble avis sur cela, mais la franchise est de mise sur Dreuz. Les articles qui consistent en des mises à jour quasi quotidienne sur du très long terme lacent très rapidement l’essentiel des lecteurs. Vous avez dans le support de WordPress le nombre de lecteurs de ces mises à jour. Sauf erreur de ma part, il ne doit pas être un très gros volume et doit probablement diminuer de semaine en semaine.»

L’article en question est le plus lu de Dreuz, toutes catégories, et ce depuis sa création. Hier, petite journée pourtant, 7406 vues. Je pense que toute la presse le suit.

@oryx : «Bon, ce n’est qu’un simple avis et rien d’autre, bien évidemment.»

Et je vous en remercie, même si vous avez beaucoup d’a priori, et qu’ils sont faux.

@Freddie : «Je me demande si c’est une blague mais je réponds quand même. Fermer les commentaires aux simples lecteurs priverait peut-être les débats de contradiction. D’un autre côté, la modération aurait moins de boulot. Est-ce son souhait ?

Non, ce n’est pas une blague mais une réflexion pour laquelle je voulais votre retour. Je l’ai eu. Si 80 % des commentateurs représentent 20 % des donateurs, la conclusion est la même que l’inverse et vous donne raison. Si la majorité des commentateurs est aussi donateurs, tout change. Nous tentons de le savoir, ce qui est difficile car que nous ne conservons pas longtemps les informations des commentateurs.

@Philippe Mercadal : «avec vos pubs de merde….donc chacun sa vengeance»

Sans pub et sans dons, pas de Dreuz. Comprenez-le. Nous avons atteint un équilibre – fragile quelques fois – avec ces deux composantes de nos revenus.

@Support 45 (Potus) : «Avez-vous pensé à faire une boutique pour vendre des t-shits, mugs, portes clés, etc. avec le logo de notre site d’information préféré ?»

Oui, et la logistique, depuis les Etats-Unis, est un cauchemar. De plus, l’investissement, stockage, manutention sont des frais importants pour un nombre de ventes inconnu mais que nous supposons limité. Commander 1000 mugs ou t-shirt (quelles tailles ?!) représente une dépense que nous ne pouvons assumer, et commander en petite quantité est prohibitif.

De plus, ici, les gens hésitent à porter des t-shirts ou casquettes MAGA. Pas au Texas. Nos lecteurs arboreraient-ils Dreuz et son slogan dans la rue ?

@Support 45 (Potus) : «Dreuz n’est pas seulement un site d’utilité publique, il devrait être prescrit par les médecins.»

Nous y travaillons d’arrache-pied. Fauci n’est pas contre.

@Support 45 (Potus) : «Si je peux aider d’une quelconque manière, je suis volontaire.»

Vous nous faites chaud au cœur.

@Pat : “‘nous sommes une communauté’

Personnellement, je ne le pense pas : Dreuz, combien de connections ? Et combien de commentateurs, une douzaine ?”

En ce moment, 1,7 million de visites sur 30 jours glissants. Commentateurs ? Peu, quelques fois, deux douzaines pour des articles vus par 50 000 personnes en une semaine. Au total, deux ou trois cents actifs. Mais c’est la crème de la crème, selon nos modérateurs. Et nous constatons avec intérêt que le blog de H16, qui a infiniment moins de visites que Dreuz, déclenche dix fois plus de commentaires.

@oryx : «C’est l’innovation qui attire des clientèles nouvelles. Sans innovation, la concurrence est telle, que tu es voué à la mort.»

Pas sur internet. Ce qui attire, c’est la qualité du contenu. Et Dreuz, question immobilisme, n’est pas un bon élève : il est passé de 40 000 lecteurs mensuels à 9 millions en pointe. Et pas un jour ne passe sans que nous ne soyons insultés sur les forums, sur Wikipédia ou dans les grands médias.

@oryx : «Autre proposition : l’ouverture de Dreuz à des auteurs passagers sur des sujets non traités. Dreuz publie de très rares articles, à dose ultra homéopathique, écrit hors de leur petit cercle ultra fermé d’auteurs. La publication de la quasi-totalité des articles de Dreuz repose à 99 % de quelques auteurs. Il y a la possibilité d’innovation.»

Vérification faite, il y a 6500 articles publiés par des auteurs passagers. Sur 38 000. 11 sur 157 pour le mois de juin. Et de nouveaux auteurs réguliers comme Michèle Mazel, dont nous sommes très fiers de la présence.

@oryx : «Autre proposition : établir l’existence d’une rubrique, ou deux, qui sortiraient du cadre stricto sensu politique ou géopolitique des articles de Dreuz. Innovation supplémentaire.»

Intéressante idée. Merci à vous.

@Freddie : “Je ne trouve pas que Dreuz se fout des lecteurs, au contraire, ils nous donnent beaucoup.”

J’en atteste, les auteurs, réguliers ou pas, de Dreuz, ont de nos lecteurs le plus grand respect et la plus grande reconnaissance : vous nous faites l’honneur de nous lire, alors que vous pourriez cliquer n’importe où et très rapidement, avec internet.

@Fox69 : «J’ai à maintes reprises posé la question : pourquoi ne proposez-vous pas un abonnement au prix raisonnable de quelques euros mensuels, voire même 1 euro ?

Je n’ai jamais été honorée d’une réponse.»

Je ne sais pas si vous n’avez pas eu personnellement de réponse, mais la question a très souvent été abordée, et très souvent répondue – peut-être par hasard sous la suggestion de quelqu’un d’autre, mais comprenez qu’à la même question venant de plusieurs personnes, nous ne voulions pas répondre plusieurs fois la même chose. Encore dans notre dernier article, je répondais à quelqu’un, à qui je disais que nous ne voulons pas passer en mode payant parce que nous voulons avant tout diffuser les idées que nous défendons – et que vous défendez – au plus grand nombre.

@Fox69 : «Tout est soi-disant gratuit, sauf que les appels de fonds tombent régulièrement. Donc la gratuité est là pour attirer le lecteur.»

Erreur, ce n’est pas «soi-disant gratuit» mais réellement gratuit, puisque les appels de fonds, tous les deux mois, ne vous obligent en rien. La gratuité n’attire pas le lecteur, c’est la qualité du contenu, et il est gratuit.

@Freddie : “Oryx, soyez indulgent. Dreuz travaille déjà beaucoup et les auteurs nous répondent souvent. C’est rare.”

Sauf erreur d’interprétation, Oryx veut recevoir plus d’égards que les autres, que les lecteurs qui ne contribuent pas financièrement. Le monde de l’informatique des années 90 avait constaté qu’un pays au monde avait une proportion très faible d’utilisateurs de shareware qui payaient, et c’était la France. Le taux le plus élevé était aux Etats-Unis. Etant américains, nous sommes probablement déformés par notre culture.

@Pat : «Ce que vous appelez «gentillesse face à ceux qui soutiennent» est en réalité du marketing pur et dur, de la manipulation. Dreuz n’infantilise pas ses lecteurs…»

Je rejoins JPG sur ce point, le marketing est une discipline formidable.

@Pat : «dès lors que l’on apparaisse dans un fichier de donateurs,»

Justement, nous ne maintenons pas de fichiers, parce que le droit californien ne nous y oblige pas, et que cela protège nos lecteurs.

@gigobleu : «Le marketing est essentiel, c’est la dernière étape d’un processus de fabrication pour la vente. Tout ce qui est fabriqué est, le plus souvent, destiné à être vendu. Encore faut-il convaincre l’acheteur potentiel. C’est le rôle du marketing.»

Exactement.

@oryx : «On ne compte pas le nombre d’inventions extraordinaires des Français, mais qui se sont terminées par des échecs commerciaux colossaux»

Deux raisons essentielles : le savoir-faire n’est pas le faire-savoir, et le coupable est votre gros gouvernement qui taxe tellement que vos produits ne sont pas compétitifs et vous ont dévoré. C’est pourquoi ils ont senti le besoin d’adhérer à l’UE, pour ne pas s’écrouler tout en continuant à hyper-taxer, hyper-réguler et hyper-limiter les entreprises françaises. J’ajoute que la défiance des Français pour le patron les a un temps placés sur un piédestal sur lequel ils pensaient qu’il suffisait de fabriquer un produit pour qu’il se vende. L’industrie textile du nord de la France, jadis fleurissante, a totalement disparu à cause de ce travers arrogant et nombriliste : «ils achèteront ce que nous leur fabriquons». Et bien ils ont acheté italien…

@Amos Zot : «Il arrive que je ne sois pas d’accord avec tel ou tel article ou partie d’article»

Dans le cas contraire, nous serions des zombis. 

@Jean-Loup Msika : «J’ai essayé de m’inscrire en payant sur Paypal mais ça ne marche pas.»

Contactez-nous en message privé, nous avons une solution alternative par chèque.

@PROF ET CIE : «Vous devriez rendre l’accès payant à 5 euros par mois.»

Répondu plusieurs fois : nous préférons la diffusion de nos idées, vos idées, au plus grand nombre. Cela fait, qu’on le veuille ou non, avancer le monde, même si nous prenons l’escalier et les autres l’ascenseur.

 @gigobleu : «Dreuz se veut chrétien mais, en matière de christianisme, je ne vois plus que des articles catholiques, les autres sensibilités chrétiennes semblant censurées ou absentes ?»

Des auteurs d’autres branches de la chrétienté ont été invités à intervenir, mais ils sont tous trop occupés pour publier régulièrement. Et Dreuz n’a pas vocation à entretenir d’éventuelles querelles, ce n’est pas notre ligne éditoriale.

@gigobleu : «Enfin, depuis un échange rugueux avec un contributeur de Dreuz, je constate que mes commentaires repassent systématiquement par la «censure» avant publication. Je croyais sans doute naïvement faire partie de la famille de Dreuz».

Vous faites partie intégrante de la famille de Dreuz. Vous en êtes un des membres importants. Mais vous le relevez vous-même, vous êtes le «turbulent» de la famille !

@Fleur de Lys : «Limiter la diffusion des articles à l’heure où les forces du mal ont déjà attaqué Trump et Bibi, c’est comme retirer la cavalerie de Murat à Eylau. Du suicide ! Je pense que faire payer le droit de commenter me paraît une bonne option.»

Bien vu !

@Vincent : «De toute manière votre programme est loufoque, mais il me plaît parce qu’il semble aimer la vérité.»

Vous avez parfaitement raison. C’est complètement loufoque, voire carrément débile, d’être un site conservateur, chrétien, pro-israélien, qui défend le capitalisme et le libéralisme, de ne pas défendre les partis politiques d’extrême droite, et de faire tout cela en langue française !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

44
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz