Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 juin 2021
Banderole « Kamala Go Home » sur le passage de Kamala Harris au Guatemala

Quand CNN se déchaîne contre un élu démocrate, a fortiori contre la vice-présidente américaine, vous savez qu’il se passe quelque chose de grave dans les rangs de la gauche. Et Univision, le réseau hispanique qui arrose l’Amérique du Nord, s’est joint aux critiques, ce qui est encore plus préoccupant.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Un panel de CNN a vertement critiqué la réponse « minable » et non préparée de la vice-présidente aux questions sur le moment où elle se rendrait à la frontière et a révélé que ses « alliés » à la Maison-Blanche perdent confiance en elle.

Abby Phillip, présentatrice du dimanche sur CNN, a très mal vécu l’interview désormais tristement célèbre de la vice-présidente Kamala Harris, interrogée sur le fait qu’elle ne s’est jamais rendue à la frontière sud des États-Unis alors qu’elle a été nommée par le président Biden pour gérer la crise de l’immigration illégale à la frontière, que justement le président a fabriqué de toutes pièces.

« Je sais que ses alliés à la Maison-Blanche et ailleurs regardent cette interview et se demandent ce qui se passe », a déclaré Abby Phillip.

Le fait qu’elle n’ait rien trouvé de mieux à dire que « Je ne suis pas non plus allée en Europe » en réponse à « pourquoi n’êtes vous pas allée à la frontière sud », est assez incroyable, a déclaré un invité de l’émission.

Son commentaire fait référence à l’interview de Harris avec le présentateur de NBC Lester Holt. En début de semaine, M. Holt a interrogé la vice-présidente sur la crise des migrants.

Holt lui a fait remarquer qu’elle ne s’était pas encore rendue à la frontière sud.

Cette dernière a tergiversé, s’est tortillée, et a tenté de noyer le poisson, en répondant :

« À un moment donné, vous savez, nous allons aller à la frontière. Nous sommes allés à la frontière », a déclaré M. Harris.

« Donc tout ça, tout ça, toute cette histoire de frontière. Nous avons été à la frontière. Nous sommes allés à la frontière.

Mais, « vous n’êtes pas allée à la frontière », lui a répondu Holt.

« Et je ne suis non plus allée en Europe », a gloussé Harris. « Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. »

L’interview a été tournée en dérision autant chez les Démocrates que chez les Républicains, et a suscité des réactions négatives bipartites concernant la catastrophique gestion de la crise par l’administration.

Cette réponse de Harris était si mauvaise que Meghan McCain, de l’émission The View sur ABC, a déclaré que Harris avait « l’air d’un crétin ». Mme McCain a également noté que Harris semble rire chaque fois qu’on lui posait la question, et a fait remarquer que son « rire nerveux me fait craindre qu’elle ne sache pas ce qu’elle fait ».

Flop diplomatique

Comité d’accueil de Kamala Harris au Guatemala, avec leurs affiches « Trump a gagné » et « Kamala, mêle-toi de tes affaires »…

Dans le cadre de ses responsabilités dans la supervision de cette crise, Harris a effectué son premier voyage à l’étranger, au Guatemala et au Mexique. Au Guatemala, elle s’est pris une énorme gamelle, où elle a été accueillie avec des slogans « Kamala go Home » et des cris : « Trump est président, vous êtes un usurpateur ». Charmant.

Des résidents locaux en colère, mécontents que les politiques de l’administration Biden aient aggravé les problèmes de leur pays, affichaient des messages hostiles envers la vice-présidente.

La rencontre avec le président du Guatemala, Alejandro Giammattei, n’a guère été meilleure, et il n’a pas hésité à exprimer ses désaccords avec l’administration Biden sur la crise frontalière.

« Kamala, arrêtez de financer les criminels hors du Guatemala »

Le président Alejandro Giammattei a déclaré dans une interview à CBS News que l’administration Biden est à blâmer pour avoir déclenché la crise migratoire. Il a déclaré que lui et Harris « ne sont pas du même côté de la médaille » en matière de migration.

« Nous avons demandé au gouvernement des États-Unis d’envoyer un message plus clair afin d’empêcher davantage de personnes de partir », a déclaré M. Giammattei.

Lorsque Biden a pris ses fonctions, « le message a également changé : ‘Nous allons réunir les familles, nous allons réunir les enfants' », a dit Biden. « Dès le lendemain, les coyotes étaient là à organiser des groupes d’enfants pour les emmener aux États-Unis ».

Laura Barron-Lopez, analyste politique à CNN, a déclaré, dépitée, que l’entretien « ne s’est pas déroulé tout à fait comme prévu ».

« Elle ne s’est pas comportée comme la Maison-Blanche le souhaitait. L’immigration, comme vous l’avez dit, est une patate chaude que personne ne veut toucher, et Harris en a fait les frais. Elle doit maintenant gérer ce que Biden a dû gérer lorsqu’il était vice-président, à savoir les relations avec le triangle nord. »

En inversant de nombreuses politiques d’immigration de l’ère Trump, l’administration Biden a créé un drame humanitaire, et Biden est maintenant confronté à des critiques des deux bords politiques sur sa gestion de la crise des migrants illégaux. Les agents de la patrouille frontalière ainsi que les législateurs du Congrès des deux partis ont demandé au président et à la vice-présidente qu’ils se rendent à la frontière pour voir de leurs yeux le drame qu’ils ont créé, et Kamala ne veut pas y aller.

« Pour être clair, on allait lui poser cette question [quand irez-vous à la frontière voir ce qu’il se passe ?]. Et le fait qu’elle n’ait pas trouvé mieux que ‘je ne suis pas non plus allée en Europe’ est assez dément », a déclaré Olivier Knox, membre du panel de CNN et journaliste au Washington Post.

Puis ce fut au tour d’Univision, qui touche toute la communauté hispanique des Etats-Unis

La vice-présidente Kamala Harris a eu un échange tendu avec la présentatrice d’Univision Ilia Calderón sur la date à laquelle elle se rendrait à la frontière sud.

Au cours d’une interview, jeudi dernier, la journaliste a demandé à Harris d’expliquer pourquoi elle ne s’est pas encore rendue à la frontière entre les États-Unis et le Mexique pour constater de visu la crise des migrants.

« J’ai dit que j’allais aller à la frontière », a répondu Harris au présentateur. « Et je… »

« Quand allez-vous à la frontière, Vice-président ? » a demandé Calderón

« Je n’ai pas fini », a répondu vertement Harris, suivi d’un petit gloussement.

« J’ai dit que j’allais aller à la frontière. Et aussi, si nous devons traiter les problèmes à la frontière, nous devons traiter les problèmes qui poussent les gens à aller à la frontière, à fuir vers la frontière. Ainsi, mon premier voyage en tant que vice-président des États-Unis a été d’aller – en termes de voyage à l’étranger – au Guatemala, d’être sur le terrain là-bas pour aborder et être informé des causes profondes qui poussent les gens du Guatemala à partir. »

« Avez-vous une date pour votre voyage à la frontière ? » a insisté Calderón.

« Je vous tiendrai au courant », a répondu Harris.

La sèche réaction de Harris à l’égard de la journaliste d’Univision est devenue virale sur les médias sociaux.

Barack Obama, qui a forcé Joe Biden à accepter Harris comme vice-présidente alors que Jill et Joe la détestent, doit fulminer.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz