Publié par Pierre Rehov le 25 juillet 2021

Les anti-vaxx sont peut-être bruyants, mais leurs affirmations frisent la folie. Les vaccins ne protègent pas aussi bien contre la variante Delta, mais ils jouent certainement un rôle clé dans la protection des Israéliens.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

La secte anti-vaccination se réjouit de l’augmentation des cas de COVID-19 en Israël. Ces dernières semaines, les médias sociaux – et même certains médias plus grand public – ont été envahis par des affirmations selon lesquelles les plus de 1 000 cas quotidiens en Israël sont la preuve que les vaccins ne fonctionnent pas ou – pire encore – que les vaccins sont peut-être le catalyseur de la variante Delta.

« La plupart des nouveaux cas de COVID en Israël sont des personnes qui ont été entièrement vaccinées. Cela a été imputé à la nouvelle variante Delta. Et si le vaccin avait généré ou activé d’une manière ou d’une autre cette nouvelle variante ? Cela n’expliquerait-il pas cette nouvelle réalité ? », a écrit sur Facebook un journaliste d’un média alternatif. « Les preuves et la logique sont trop convaincantes pour être ignorées ».

La semaine dernière, un médecin interviewé dans l’émission Ingraham Angle sur Fox a même déclaré à l’animateur qu’il n’y avait « aucune raison clinique d’aller se faire vacciner », citant des données israéliennes. La situation est devenue encore plus volatile après que le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré vendredi que non seulement Israël « ne sait pas exactement dans quelle mesure le vaccin aide, mais que c’est nettement moins. »

Bennett, qui a fait pression pour que davantage de personnes soient vaccinées, ne faisait pas une déclaration générale sur les vaccins mais comparait plutôt l’efficacité du vaccin contre la variante Delta aux mutations précédentes.

Le ministère de la santé avait indiqué au début du mois que le vaccin Pfizer n’était efficace qu’à environ 64 % pour stopper l’infection par le coronavirus avec la variante Delta, contre 95 % contre la souche originale – et peut-être même moins. En outre, des études ont montré que le vaccin est plus proche de 90 % – et non de 97 % – pour stopper une maladie grave. Il est donc vrai que les cas quotidiens de coronavirus et les hospitalisations dues au virus ont connu un pic ces dernières semaines.

  • Selon les données du ministère de la santé de mardi dernier, quelque 124 personnes ont été hospitalisées, dont 62 dans un état grave.
  • Plus de 65 % des personnes traitées à l’hôpital étaient entièrement vaccinées et
  • près de 70 % des patients graves.
  • Les chiffres ont légèrement changé dans la soirée qui suivait.

Mais regarder le nombre total de nouveaux cas, ou le pourcentage total de personnes vaccinées qui sont hospitalisées, est « totalement trompeur », selon le professeur Eyal Leshem, directeur du Centre de médecine des voyages et des maladies tropicales du Centre médical Sheba.

Selon lui, le chiffre à examiner n’est pas le nombre absolu de patients vaccinés qui sont infectés par le COVID, mais plutôt le taux.

« Le vaccin réduit-il le risque d’être infecté et de contracter une maladie grave ? La réponse aux deux questions est oui – le vaccin réduit le risque d’être infecté et il réduit significativement le risque de développer une maladie grave », a déclaré M. Leshem.

Les données partagées par le professeur Eran Segal, un biologiste informaticien de l’Institut Weizmann des sciences qui conseille le gouvernement, montrent que dans cette vague par rapport à la vague précédente :

  • seulement 1,2 % à 1,6 % des personnes infectées développent une maladie grave, contre 3,9 % à 4,3 %.
  • En ce qui concerne la population plus âgée, dans cette vague, entre 4,8 % et 6,8 % des personnes de plus de 60 ans développent une maladie grave, contre 28,1 % et 31 % auparavant.

Pour faciliter les calculs, disons qu’un million d’Israéliens (contre plus de 5 millions) ont été vaccinés et que 100 d’entre eux ont contracté une maladie grave. Dans le même temps, il y a 100 000 Israéliens non vaccinés et 100 d’entre eux ont également contracté une maladie grave. Environ 50 % des cas graves seraient vaccinés. Cependant, seulement 0,01% des personnes vaccinées auraient développé une maladie grave, contre 0,1% de la population non vaccinée.

« C’est vraiment déroutant », a admis Leshem. « Vous pouvez avoir deux tiers de patients vaccinés et un tiers non vaccinés, et un vaccin efficace à 90 %, tout en ayant plus de patients vaccinés. Personne ne prend le temps d’en parler. On se contente de montrer les tableaux et les gens paniquent ».

  • En Israël, 88%, soit plus de 2m. de personnes de plus de 50 ans, sont inoculées, contre environ 230 000 qui ne le sont pas.
  • En outre, la plupart des personnes qui développent des cas graves de la maladie sont âgées de plus de 60 ans, parmi lesquelles il existe déjà une plus grande tendance à être immunodéprimées et donc à être sujettes à une infection percée.
  • En outre, les personnes de plus de 60 ans ont généralement tendance à souffrir de maladies plus graves, contrairement aux personnes plus jeunes qui, lors de toutes les vagues précédentes, étaient plus susceptibles de développer des cas bénins ou asymptomatiques du virus.
  • Enfin, des recherches sont encore en cours pour déterminer dans quelle mesure la protection offerte par le vaccin s’estompe après six mois ou plus. Il se pourrait que les Israéliens les plus âgés soient moins immunisés puisqu’ils ont été parmi les premiers à se faire vacciner.

La variante Delta n’est pas apparue en Israël. Elle a débuté en Inde, où la majorité des citoyens ne sont pas vaccinés, et où la plupart de ceux qui le sont n’ont pas eu accès au vaccin Pfizer.

Ainsi, comme cette leçon de mathématiques de base permet de l’expliquer, les anti-vax sont peut-être bruyants mais leurs affirmations frisent la folie. Les vaccins ne protègent pas aussi bien contre la variante Delta, mais ils jouent certainement un rôle clé dans la protection des Israéliens.

Dans la bataille entre la réalité et la fiction, les données devraient toujours l’emporter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Source : https://www.jpost.com/health-science/anti-vaxxers-hijacking-israels-covid-data-heres-why-they-are-wrong-674444

87
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz