Publié par Piotr Stammers le 1 juillet 2021

Des hommes armés musulmans fulanis ont assassiné un médecin chrétien dans l’État du Niger, dans le nord du Nigeria, peu après le meurtre de 17 autres chrétiens par ce groupe dans l’État du Plateau, dans la région.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Après avoir été enlevé par cinq bergers fulanis dans un hôpital privé qu’il gérait dans le village de Salka, dans le comté de Magama, le docteur Precious Emeka Chinedu a été mortellement touché.

« Son cadavre a été retrouvé par des vigiles locaux le lendemain matin dans la brousse où il avait été abattu par les bergers », a déclaré Emmanuel Ezeugo, un habitant de la région, à Morning Star News (MSN).

Un meurtre gratuit motivé par le coran

Baridueh Badon, ami de longue date du médecin, a été déconcerté par ce meurtre.

« Ses tueurs, qui sont des bergers, sont venus à l’hôpital, l’ont demandé spécifiquement, n’ont fait de mal à personne, ont collecté son argent, l’ont emmené et l’ont tué sans demander de rançon », a raconté Badon à MSN. « Qu’a-t-il fait de mal ? Votre sang continuera de pleurer jusqu’à ce que justice soit faite. »

« Tout le monde l’aimait, toujours souriant, et il était l’une des personnes les plus travailleuses que j’ai connues », se souvient Badon. « Son hôpital était en plein essor parce qu’il sauvait des vies. Si vous aviez le moindre problème, Emeka était là pour vous aider. »

Global Christian Missions rapporte que les attaques des bergers fulanis ont déplacé quelque 1 000 chrétiens dans le seul État du Niger, créant un besoin urgent de nourriture, d’abri et de soins de santé.

« L’ensemble des zones de gouvernement local de Sakaba et Wasagu de l’État du Niger ont été complètement mises à sac par les terroristes bergers fulanis », a informé le coordinateur de la vision de l’agence humanitaire, Moses Godspecial, à Morning Star News.

« Ces chrétiens ont couru vers divers villages de la zone de gouvernement local de Kamaia dans l’État de Kwara, également dans le centre-nord du Nigeria. »

Chasse aux chrétiens ignorée des médias qui ne parlent que d’islamophobie

La situation dans l’État du Plateau a été encore plus désastreuse ces derniers temps, puisque les bergers fulanis ont assassiné 17 chrétiens ce mois-ci, en tuant 14 rien que le 13 juin dans le petit village de Sabon Layi, dans le comté de Jos South.

« Jusqu’à présent, 14 cadavres de chrétiens tués ont été retrouvés à 1 heure du matin [le 14 juin] », a déclaré George Dung, un habitant de Sabon Layi, au Morning Star News, à propos de l’attaque qui a eu lieu tard dans la nuit et qui a blessé sept autres chrétiens.

Le sénateur de la région, Istifanus Gyang, membre du parlement nigérian, demande au gouvernement nigérian de mettre immédiatement fin aux attaques brutales des Fulanis.

« Nous avons besoin d’un plus grand renforcement des agents de sécurité dans nos différentes communautés pour mettre fin à cet acte odieux », a déclaré M. Gyang dans un communiqué. « Le gouvernement a une charge, qui est constitutionnelle, qui est de protéger les vies et les biens, donc le gouvernement doit prendre la responsabilité de ses citoyens. »

La police locale de l’État du Plateau a indiqué que les forces de l’ordre et l’armée ont été déployées dans la région alors que des enquêtes sont en cours. Cependant, le président de l’Association de développement Irigwe, Ezekiel Bini, est frustré que peu de progrès aient été faits pour mettre fin au meurtre insensé de chrétiens.

« Il est regrettable que nous ayons continué à enterrer notre peuple à chaque attaque de tireurs musulmans fulanis sans que rien ne soit fait pour mettre fin aux meurtres par les autorités », a proclamé Bini dans une déclaration publiée le 14 juin.

Alors que Bulus, un agriculteur chrétien, travaillait ses champs le 12 juin dans son village majoritairement chrétien, des bergers fulanis l’ont abattu.

« Les chrétiens du village de Dong sont en voie de disparition », a déclaré Beatrice Audu, une habitante locale, à MSN. « Bulus s’efforçait d’assurer une vie décente à sa famille. Pendant combien de temps devrons-nous continuer à vivre ainsi ? »

Rien de nouveau, ni au Nigeria, ni dans aucun pays musulman, une religion suprémaciste

Les meurtres de juin n’ont rien de nouveau au Nigéria.

  • La World Watch List 2021 d’Open Doors classe le pays comme ayant enregistré le plus de meurtres de chrétiens pour leur foi (3 530 de nov. 2019 à oct. 2020).
  • Il est également classé deuxième – seulement devancé par le Pakistan – pour la violence globale, seule la Chine le devance pour le nombre d’églises (270) attaquées ou fermées.
  • Le Nigeria, qui a presque triplé son nombre de chrétiens martyrs par rapport à l’année précédente, a également été classé par Portes Ouvertes au premier rang mondial pour les enlèvements de chrétiens (990),
  • Il est passé de la douzième place à la neuvième place des pays les plus dangereux pour les chrétiens en raison de la persécution.

Selon le groupe parlementaire multipartite pour la liberté de croyance internationale (APPG) du Royaume-Uni, le Nigeria compte des millions de musulmans fulanis issus de centaines de clans, et même si la plupart d’entre eux n’ont pas de croyances islamiques fondamentales, beaucoup adhèrent à l’esprit djihadiste de leur religion.

« Ils adoptent une stratégie comparable à celle de Boko Haram et de l’ISWAP [État islamique – Province d’Afrique de l’Ouest] et font preuve d’une intention claire de cibler les chrétiens et les puissants symboles de l’identité chrétienne », rapporte l’APPG.

Alors que la désertification de la Middle Belt du Nigeria rend la subsistance difficile dans la région, les bergers fulanis ont multiplié les attaques contre les communautés chrétiennes pour s’approprier par la force les terres des chrétiens et imposer l’islam.

« En 2015, Muhammadu Buhari, un Fulani, a été élu président du Nigeria », raconte l’APPG. « Il n’a pratiquement rien fait pour remédier au comportement de ses compatriotes tribaux dans la Middle Belt et dans le sud du pays. »

Au cours du dernier mois du mandat de l’ancien président Donald Trump, son département d’État a ajouté le Nigeria à sa liste de « pays particulièrement préoccupants » pour avoir commis ou toléré « des violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté de religion. » Parmi les neuf autres pays figurant sur cette liste figurent la Chine, l’Iran, la Corée du Nord, le Pakistan et l’Arabie saoudite.

En outre, le département d’État a récemment ajouté dix groupes terroristes islamiques à sa liste d' »acteurs non étatiques », dont les groupes nigérians Boko Haram et ISWAP, ainsi que d’autres groupes notoires comme ISIS, Al-Qaida et les Talibans, qui figurent tous sur la liste des « entités particulièrement préoccupantes » – tous sont musulmans, sans doute un hasard.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Piotr Stammers pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous