Publié par Jean-Patrick Grumberg le 27 juillet 2021

En mentionnant dans ses gros titres son t-shirt, les médias et les autorités évoquent l’attaque comme si cette femme l’avait mérité, parce qu’elle portait un t-shirt Charlie Hebdo avec la caricature, considérée comme une agression contre l’islam. Ils cachent surtout qu’Hautin Tash, qui a été poignardée au visage et au cou, est une activiste chrétienne qui tente de convertir les musulmans.

Dimanche dernier, il pleuvait comme d’habitude à Londres. La prédicatrice de rue chrétienne Hatun Tash a été poignardée à deux reprises, la lame de l’agresseur l’a frappée une fois au front, au-dessus de l’œil droit, puis au poignet quand elle a eu le réflexe de lever les bras pour se protéger. Les faits se sont déroulés à Speaker’s Corner, dans Hyde Park.

Le Speaker’s Corner est un endroit où tout le monde peut se présenter, monter sur un podium de fortune et délivrer un message à qui veut bien l’entendre.

Hatun Tash, directrice du DCCI (Defend Christ, Critique Islam), est une habituée de cet endroit, où elle relève le défi de chercher à convertir des musulmans.

Être une prédicatrice chrétienne auprès des musulmans n’est pas une vocation facile ou légère. Au fil des ans, Tash a été menacée de mort et battue, a subi des fractures. Elle a même été arrêtée par la police de Londres.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Contrairement à ce que rapportent les médias, qui parlent d’un « parc de Londres » comme s’il s’agissait d’une attaque contre une touriste en goguette, l’attaque s’est donc produite dans ce lieu hautement symbolique de Londres, où l’islam et le christianisme s’affrontent : l’historique Speakers’ Corner, où les gens se réunissent pour parler et débattre depuis plus de 150 ans. Tash y prêchait pour le christianisme et contre l’islam.

Les gros titres, s’il existait encore des médias qui cherchent à informer et non à vous influencer, devraient lire : « la prédicatrice chrétienne Hatun Tash a été poignardée pendant un prêche dans le Speaker’s Corner, haut lieu de la liberté d’expression ». Là, tout le monde comprendrait de quoi il s’agit. Au lieu de ça, ils choisissent soigneusement des mots qui réduisent l’incident à la dimension qu’ils souhaitent lui donner. De la malhonnêteté à l’état pur.

Tash est une critique publique de l’islam. Sa liberté de parole au Royaume-Uni a été une fois de plus mise en danger, ce qui me fait soupçonner qu’un islamiste a tenté de l’assassiner pour terroriser toute critique de l’islam. Peu à peu, l’un après l’autre, tout le monde cède contre les musulmans qui censurent et intimident parce que les gouvernements ont été dépassés, débordés, et que la situation, en Europe a l’air vraiment inextricable. Sauf que Tash, en tant que chrétienne, sait ce que souffrir de l’islam veut dire, dans sa Turquie natale.

Hatum Tash est une prédicatrice chrétienne et une critique éminente de l’islam. Dans la vidéo, on la voit en train d’être poignardée à plusieurs reprises par un fanatique cagoulé.

Amener les musulmans à la repentance

La prédicatrice évangélique est directrice du ministère Defend Christ, Critique Islam (DCCI) qui « cherche à prêcher l’Évangile aux musulmans en utilisant l’apologétique et la polémique. » Sur le site internet de DCCI, on peut lire que leur « motivation est l’amour des musulmans pour les amener à la repentance et à la foi en Jésus-Christ afin d’obtenir la vie éternelle. »

En raison de ses critiques argumentées de l’islam, notamment en montrant les différences textuelles entre les différents Corans, Tash est devenue une figure de la lutte contre la dimension suprémaciste et colonialiste de l’islam, certains militants musulmans demandant même qu’elle soit bannie du Speakers’ Corner.

L’année dernière, la police londonienne l’a retirée de cet endroit, pourtant considéré comme le foyer de la liberté d’expression, et avait prétexté que son t-shirt Charlie Hebdo avait déplu à une foule d’hommes musulmans. C’était plutôt ses arguments, que les musulmans ne savaient pas contrer autrement que par la violence, qui déplaisaient.

Des images partagées sur les médias sociaux dimanche ont montré un homme encapuchonné s’approchant de Tash et la poignardant à plusieurs reprises, le sang coulant de son visage. A cet endroit précis de Londres, avec les incidents précédents, et l’habitude des musulmans d’utiliser des couteaux pour commettre leurs crimes, les soupçons vont bien entendu dans le sens d’une attaque terroriste motivée par la haine, mais il convient de ne pas faire le travail de la police à leur place, sur Internet : il se peut qu’il s’agisse d’une personne mentalement fragile, froissée à qui elle a refusé une cigarette, quelqu’un qui s’appellerait Vladimir.

Dans son communiqué, le service de la police métropolitaine a déclaré :

« La police a été appelée par le London Ambulance Service à 15 h 34 le dimanche 25 juillet pour des rapports d’une agression à Speakers’ Corner, W1.

Les officiers se sont rendus sur place et ont trouvé une femme souffrant d’une blessure mineure par entaille. Elle a été soignée par le London Ambulance Service avant d’être emmenée dans un hôpital du centre de Londres. Un couteau a été retrouvé à proximité.

Les agents de Westminster travaillent aux côtés du Royal Parks OCU pour enquêter et identifier l’homme responsable. Il n’y a pas eu d’arrestation et l’enquête se poursuit. »

Des vidéos partagées sur les médias sociaux montrent l’individu habillé en noir s’approchant de la femme à Hyde Park dimanche.

« Je demande aux gens de ne pas spéculer sur le motif de l’attaque jusqu’à ce que nous ayons établi tous les faits » a déclaré le responsable de la police.

Dans une autre vidéo, on entend quelqu’un rappeler cette tragique et indestructible réalité, peu après l’attaque :

« Voilà ce que l’islam a apporté à la Grande-Bretagne, la violence et la destruction. »

Depuis les années 1860, des personnes se réunissent à cet endroit pour exercer leur droit à la liberté d’expression, notamment des personnalités telles que Karl Marx, Vladimir Lénine et George Orwell. Ces dernières années, des sujets tels que le fondamentalisme islamique ont souvent fait l’objet de débats.

Hatum Tash est d’origine turque. La voilà en 2020, au même endroit, face à des musulmans désarmés par ses arguments :

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz