Publié par Magali Marc le 21 juillet 2021

Lors de la soi-disant « insurrection » du 6 janvier 2021, des gens non armés ont déambulé dans l’édifice du Capitole. Qu’il soit malhonnête ou stupide ou les deux à la fois, Joe Biden a voulu convaincre les Américains que c’était une attaque plus grave que la Guerre de Sécession ! Pourtant, le premier des nombreux individus que le FBI a traqué, a été condamné à huit mois de prison seulement. Après avoir chercher à se servir de l’invasion du Capitole, le 6 janvier comme d’une arme, pour faire taire ceux qui remettent en question l’élection présidentielle de novembre 2020, les Démocrates et leurs alliés se sont dégonflés et les condamnations des « insurgés » sont autant de pétards mouillés. Cela ne va pas passer inaperçu chez les Américains moyens.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 20 juillet.

**************************

Tandis qu’ils cherchent à faire condamner les détenus du 6 janvier, les Démocrates ont un problème…

Depuis le 6 janvier, les Démocrates ont fait de l’agitation au Capitole le pire événement de l’histoire américaine, sans tenir compte toutefois, des innombrables fois où les gauchistes ont envahi le Capitole de manière agressive.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Selon eux, cette fois-ci, c’est différent, et les fautifs doivent être punis. Le problème de ce narratif, cependant, a été révélé lundi lorsque la première personne accusée d’un crime pour le 6 janvier a été condamnée. La peine était-elle la prison à vie ? La décapitation ? Non. C’était 8 mois de prison. Tu parles d’un échec narratif.

Dans les minutes qui ont suivi le 6 janvier, les Démocrates, qui avaient fermé les yeux sur l’incroyable violence de 2020, dont une grande partie s’est déroulée sur des propriétés fédérales, ont mis en place leur narratif : lorsque des personnes âgées et non armées ont réclamé à cor et à cri d’entrer dans le Capitole – et que la police du Capitole a ouvert les portes pour les laisser entrer – c’était une «insurrection». Il fallait donc transformer le District of Columbia en un camp armé.

Il s’agissait d’un moyen commode de dissimuler le fait que, si la ville avait été ouverte comme d’habitude le jour de l’investiture, personne ne se serait dérangé pour voir le vieillard corrompu qu’est Joe Biden prêter faussement un serment qu’il a aussitôt trahi.

Depuis le 6 janvier, les Démocrates ont intensifié leur rhétorique. Steve Cohen, un Démocrate du Tennessee, a comparé le 6 janvier à l’Exode et à Pearl Harbor :

« Nous venons de célébrer la Pâque. À l’occasion de la Pâque, le peuple juif a reçu l’instruction de se souvenir de 2 000 ans, plus de 2 000 ans, de se souvenir que nous étions en esclavage et que nous nous sommes échappés », a déclaré M. Cohen. « Il faut se souvenir de ce jour, et l’enseigner aux gens. Le 6 janvier est un jour comme celui-là. C’est un jour dont on devrait se souvenir en Amérique parce que notre démocratie était en jeu. Elle était attaquée autant que Pearl Harbor était une attaque contre notre pays, malgré ceux qui suggèrent que ce n’était pas si grave. »

Arnold Schwarznegger, un Républicain mou, l’a comparé à la Nuit de Cristal.

Le Représentant Eric Swalwell, un homme trop stupide pour comprendre qu’une jolie Chinoise voulait coucher avec lui était parce qu’elle est une espionne; Nancy Pelosi et une myriade d’anciens responsables des services de renseignement ont tous décrit le 6 janvier comme une attaque semblable à celle du 11 septembre.

Le fait que lors de l’attaque du 11 septembre, des terroristes islamiques ont assassiné 2 996 personnes, alors que le 6 janvier, un agent de la police du Capitole a tué un ancien membre de l’armée de l’air, non armé, ne les a pas dérangés.

Joe Biden lit sans broncher les absurdités dont on le gave. (Il est manifestement capable de comprendre chacune de ses attaques contre l’Amérique et les Américains. Ce n’est qu’une autre de ses nombreuses trahisons de son pays au cours des 47 dernières années. Il avait l’habitude de le faire pour de l’argent. Maintenant, il le fait pour le prestige).

Le 29 avril, lorsqu’il s’est finalement présenté devant le Congrès, il a affirmé que le 6 janvier était « la pire attaque contre notre démocratie depuis la guerre civile ».

Encore une fois, le 6 janvier, une bande de personnes non armées, d’âge moyen et de personnes âgées ont envahi le Congrès, la police du Capitole les a laissés entrer. Les gens ont déambulé, la police a assassiné une femme non armée, et c’est tout. En comparaison, la Guerre Civile a duré quatre ans, a fait plus de 600 000 morts, a coûté 5,2 milliards de dollars (des années 1860) et a conduit à l’assassinat de Lincoln.

La semaine dernière, M. Biden est allé encore plus loin dans son effort pour empêcher les États de mettre en place des lois qui empêcheront le genre de fraude électorale qui l’a placé à la Maison Blanche.

Cette fois, le 6 janvier n’a pas été la pire attaque depuis la Guerre Civile ; elle a été pire que la Guerre Civile :

« L’assaut contre des élections libres et équitables est une telle menace, littéralement. Je l’ai déjà dit : Nous sommes confrontés au test le plus important de notre démocratie depuis la Guerre Civile. Ce n’est pas une hyperbole. Depuis la Guerre de Sécession. Les Confédérés de l’époque n’ont jamais ouvert une brèche dans le Capitole comme l’ont fait les insurgés le 6 janvier. »

Vous avez compris ? Ce que M. Biden a dit n’est pas une hyperbole. Des gens non armés déambulant dans le Capitole, c’est pire que la Guerre de Sécession !

M. Biden est soit l’homme le plus malhonnête qui ait jamais occupé la Maison Blanche, soit le plus stupide. Ou peut-être les deux. Les électeurs démocrates qui prennent ces affirmations pour argent comptant estiment que la sanction devrait être à la hauteur du crime. J’ai vu des gens sur mon fil d’actualité Facebook parler de la prison à vie comme d’une punition appropriée ou, au moins, de 25 ans. Personne n’a encore parlé de la peine de mort, mais je sais que certains la souhaitent.

Qu’est-il donc arrivé à Paul Allard Hodgkins, 38 ans, le premier des nombreux individus que le FBI a traqué avec la fureur vengeresse de l’inspecteur Javert chassant Jean Valjean ? Le gouvernement l’a accusé d’un méfait grave, plus grave que l’intrusion.

Pourtant Hodgkins a été condamné à huit mois de prison (soit huit de plus que ce qu’il aurait dû obtenir selon les normes établies par le traitement réservé par le gouvernement aux pillards et émeutiers violents d’Antifa et de BLM).

En d’autres termes, après avoir brandi le 6 janvier comme une arme, les Démocrates se sont dégonflés et n’ont pu tirer qu’un pétard mouillé. Les gens vont s’en rendre compte.

Les Démocrates ont menti… encore une fois.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

5
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz