Publié par Sidney Touati le 19 juillet 2021

L’intervention télévisée du chef de l’Etat ce 13 juillet 2021, dessine les ultimes contours d’un nouveau régime en son fond dictatorial : la biocratie, stade ultime de l’hygiénisme bureaucratique.

Ce régime se caractérise par la prise en charge par les bureaucraties proliférante de la santé individuelle de chacun. Les citoyens sont dépossédés du droit fondamental de choisir librement ce qui est bon pour eux et sont soumis à d’incessants contrôles diligentés non seulement par les fonctionnaires publics mais par quantité de civils qui se voient investis de l’autorité de la puissance publique : cafetiers, tenanciers de boites de nuits, vigiles, agents de la SNCF, personnel des centres commerciaux, femmes de menage…une milice informelle, ptotéiforme possède tout à coup le droit de contrôler, réprimer, exclure, dénoncer ceux que le pouvoir désigne comme de dangereux malfaisants. La moindre caissière de supermarché exerce des prérogatives de puissance publique.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Cette tendance à octroyer aux civils des pouvoirs de police, est propre à tous les totalitarismes. Le stade de la délation généralisée est ici dépassée. Avec le corpus de règles préconisées par le président Macron, n’importe quelle personne qui partage le point de vue de l’exécutif peut et doit exercer une fonction répressive. Le cafetier qui refuserait d’exercer une telle fonction, sera durement sanctionné. Nous constatons que E.Macron veut imposer à la société toute entière la « doctrine Benalla » à laquelle il été contraint de renoncer et qui autorise un civil qui plait au « prince »à commander aux préfets de la République.

Le processus de la « benallisation » de la société, opère à tous les niveaux et dans tous les domaines de la société.

Le pouvoir exécutif règne sur les autres pouvoirs et secteurs d’activité. Cinémas, centres commerciaux, théâtres, opéras, terrain de sport… sont appelés à coopérer à la chasse aux non-vaccinés.Liberté de circuler librement, liberté de se divertir, de faire du sport, liberté du commerce, liberté de culte, de reunion…toutes les libertés sont sévèrement encadrées, voire supprimées pour les non-vaccinés.

La société civile est enrôlée malgré elle dans cette croisade hygiéniste.Public et privé sont soumis directement aux ordres de l’exécutif. La tyrannie envahit toutes les sphères de la vie sociale aussi bien horizontalement que verticalement. Les relais de la tyrannie macronienne au quotidien, sont les modestes employés, des « benalla ».

Même enrôlement-soumission au sommet de l’Etat. L’Assemblée Nationale fonctionne comme une simple caisse d’enregistrement. Son attitude est d’autant plus choquante, que le pouvoir exécutif n’a cessé de dire la même chose et son contraire. Cela est frappant lorsque l’on examine sa relation aux masques et à l’hydroxychloroquine…« Les masques ne servent à rien » répète la porte-parole de l’Élysée. Puis, le gouvernement décrète que le port du masque est obligatoire y compris dans l’espace public, y compris pour les enfants.

En janvier 2020, l’hydroxychloroquine est classée dans la catégorie des substances toxiques. Puis elle est partiellement autorisée, puis interdite sur la base d’un faux rapport, puis autorisée…L’Assemblée Nationale mécaniquement valide, enregistre, transformant en « loi » n’importe quelles bizarreries de l’exécutif, y compris celles qui sont contraires aux principes fondamentaux du droit, qui créent des centaines de milliers de chômeurs supplémentaires, qui précipitent dans la pauvreté un million de français supplémentaires, qui accroissent de manière vertigineuse l’endettement public, qui désorganisent des pans entiers de l’économie…

Résultat : les élus sont totalement discrédités. L’abstention aux élections en 2021 bat tous les records.

En ce 13 juillet 2021, le President transgresse les limites imposées à son statut, en faisant basculer la France dans la dictature hygiéniste et sanitaire, en annulant dans les faits la séparation des pouvoirs ; en étendant à n’importe quel « benalla » des prérogatives de puissance publique. L’Histoire montre que le processus de non-différenciation, la « caporalisation » de la société, est la source de la violence primordiale. Pour éviter la guerre de tous contre tous provoqué par la politique du tyran, celui-ci réactive le mécanisme de la victime émissaire qui permet de reconstruire l’unité perdue par la désignation d’une victime.Le lynchage des non-vaccinés requiert la participation active du plus grand nombre.

Surtout ne pas soigner les Français.

Il y a cependant une logique dans cette déconstruction gouvernementale. Une volonté têtue, obstinée, absurde sous-tend toutes les décisions de l’exécutif dont la devise constante semble être : ne pas faire usage des moyens dont on dispose pour soigner la grippe chinoise Covid-19. Faire comme si ces moyens n’existent pas.

Ne pas soigner est donc la règle du pouvoir.

Le corollaire de ce surprenant théorème est de livrer les français aux virus, sans soin, hormis le Doliprane. Attendre, puis aller aux urgences, en réanimation, à la morgue. Ça marche. Le meurtre organisé à ses adeptes.

Tous les corps constitués suivent. Certains voudraient plus de répression, plus d’interdits. Le mépris, la haine du peuple sont présents dans toutes les décisions officielles. On ne s’adresse plus à des citoyens libres et éclairés, disposant d’un libre-arbitre, mais à un troupeau apeuré.

La peur est sciemment entretenue, orchestrée. Mais Internet est là. L’information circule malgré l’auto-censure pratiquée par les grands médias. Et puis les médecins, à la suite du Professeur Raoult, soignent. La stratégie mortifère du pouvoir s’enraye. L’hécatombe annoncée (espérée ?) n’aura pas lieu.

Le second corollaire du « pas de soin » conduit au tout vaccinal. Une course de vitesse s’engage. Il faut vacciner vite et fort. Alors que la létalité du Covid-19 est au plus bas (0,5% à l’IHU de Marseille), que les jeunes et les enfants sont épargnés, on persiste à répandre la terreur avec les « variants ».

On décrète l’urgence vaccinale. On appelle les français à s’injecter dans le corps une substance qui n’a reçu qu’une autorisation provisoire de mise sur le marché, d’une durée d’un an. Une substance dont on ne sait pas grand chose et qui est officiellement dans une phase expérimentale.

Les vaccinés sont donc, de facto, des cobayes. Les Français sont les « malgré nous » de cette étrange croisade vaccinale. Il faut aller vite, écouler les stocks existants car le vrai vaccin est annoncé pour la fin de l’année.

Les reniements du Président.

Ce 13 juillet 2021, la ligne rouge est franchie. Le pouvoir se renie, devient ouvertement parjure. Il avait déclaré solennellement que le passe sanitaire ne serait pas imposé dans les actes concernant la vie au quotidien. Sans motif de santé sérieux, le président Macron fait souffler le vent mauvais de la discorde. Il oppose deux catégories de citoyens que rien a priori ne distinguent et pour supprimer cette « gémellité » appelle, comme dans les mythes anciens, au lynchage des non-vaccinés. Cain tue Abel tout comme Romulus tue Remus. Rien ne distingue un vacciné en bonne santé d’un non vacciné en bonne santé. Pourtant, l’un est appelé à « tuer socialement » l’autre.

La stratégie de la victime émissaire, propre à tous les régimes livrés a la violence destructrice, se met en place. Face à l’énormité de la manœuvre, on se dit : le President bluffe. C’est un coup de poker destiné à faire plier une grande partie des « résistants ».

Effectivement, si l’on en croit les chiffres officiels communiqués, des millions de Français se rendent, abdiquent. Cette soumission est le signe d’un effondrement de la démocratie. Les Français opposés à la vaccination expérimentale forcée, savent qu’ils ne peuvent compter ni sur les élus, ni sur les Institutions, ni sur les partis politiques et les syndicats.

L’opposition légale au pouvoir, n’existe plus en France. Si elle existe, elle demeure marginale et n’est pas visible médiatiquement. Cependant, une minorité que l’on peut évaluer à 20% ne cédera pas au chantage. C’est une constante dans l’Histoire étudiée scientifiquement par Stanley Millgram.

Le pouvoir affrontera-t-il cette minorité d’irréductibles au risque d’entrainer le pays dans la spirale d’une très grave crise ?

Le Conseil d’Etat, la Cour de cassation, le Conseil Constitutionnel…vont-ils une nouvelle fois se soumettre à la dictature hygiéniste ou vont-ils remplir leur mission qui est de protéger et garantir les libertés fondamentales ?

Ironie de l’histoire : les non-vaccinés, stigmatisés, ostracisés, brimés…seront-ils les seuls à sortir indemnes, de la folle entreprise de la vaccination expérimentale forcée ?

Que vont devenir les cobayes vaccinés ?

Combien de morts, de malades, de dépendants à vie cette politique va-t-elle engendrer ?

E. Macron et sa « bande » devront répondre devant l’Histoire, peut-être devant les juges (si la Justice survit à cette épreuve) des maux incalculables infligés aux Français.

Il est clair que le motif « défense de la santé », ne résiste pas à un examen sérieux. L’option pour un vaccin expérimental ne peut être exercée qu’à titre individuel étant précisé que cette maladie se soigne plutôt bien. Je peux en témoigner.

Le choix n’est pas entre le « vaccin » ou rien mais entre le ou les vaccins et différents traitements qui ont prouvé leur efficacité.

Pour quels motifs le pouvoir a-t -l pris la décision d’hystériser la société, allant dans le sens d’une industrie pharmaceutique peu scrupuleuse ?

Tout citoyen est en droit de se poser la question :

Y a t il conflit d’intérêts au plus haut sommet de l’Etat ?

Le Chef de l’Etat, tous les membres du gouvernement et tous ceux qui interviennent directement dans cette crise sanitaire doivent clairement faire savoir s’ils ont un conflit d’intérêts.

Le Chef de l’Etat a-t-il des liens directs ou indirects avec l’industrie pharmaceutique et les géants qui dominent l’économie mondiale ?

Ont-ils soutenu ou financé sa campagne électorale ?

Ont-ils, d’une manière pu d’une autre, favoriser son élection surprise ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

22
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz