Publié par Guy Millière le 17 juillet 2021

Macron n’est pas tout à fait un dictateur, non, mais il a montré à plusieurs reprises qu’il était dans une dérive autoritaire.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Il l’a montré pendant le soulèvement des gilets jaunes. Il l’a montré à nouveau tout au long de la pandémie. L’interdiction du recours à l’hydroxychloroquine et l’interdiction faite aux médecins de la prescrire alors que c’était un médicament en vente libre quelques semaines plus tôt a été un geste arbitraire sans précédent depuis des décennies, voire sans précédent tout court. Des personnes malades ont été laissées chez elles sans soins et se sont vues demander d’attendre d’être plus gravement atteintes avant de se rendre à l’hôpital où le personnel soignant, débordé, confronté a une pénurie de moyens, a du procéder a un tri entre personnes à tenter de sauver et personnes qu’on a laissé mourir. Cela a été indigne d’un pays développé. S’est ajouté la décision de confinement la plus stricte du monde développé, les appartements et les maisons sont devenus des prisons, avec de minimes autorisations de sortie, et un système d’ausweis et de contrôles policiers jamais vu en France depuis le temps de l’occupation du pays par les nazis. Parce que les Français ont été pétrifiés par la peur de la mort, ils ont accepté : le maitre de cérémonie de pompes funèbres parlait à vingt heures tous les soirs, des images d’agonisants intubés suivaient. Les permissions de sortie ont été allongées, les distances de déplacement aussi. La population française a été placée en liberté surveillée. Commerces, cafés et restaurants ont pu à nouveau ouvrir leurs portes. Mais cela n’a été qu’un répit, et c’est le pays entier qui est devenu prison : il est resté très difficile d’entrer en France, et plus difficile encore d’en sortir. Les vaccinations se sont faites, avec retard. 

Craignant sans doute le mécontentement de la population à l’automne, et pensant qu’en juillet la population pense aux vacances, Macron a décidé de rajouter une dose d’autoritarisme. Il ne peut recourir à l’obligation pour les Français de se vacciner et d’avoir sur eux sans cesse un passeport vaccinal, mais il y recourt quand même par des moyens détournés. 

En décrétant que les personnes non vaccinées ne pourront plus prendre l’avion, le train, les transports en commun, ne pourront plus aller au restaurant, au café, dans un commerce ou un supermarché, et ne pourront pas non plus aller au cinéma, au concert ou au théâtre, il les transforme en paria et en pestiférés, et leur laisse juste le droit d’être chez eux et de respirer, pour le moment. En faisant du passeport vaccinal un document à présenter sans cesse à chaque instant, il fait de la France un pays de surveillance et de contrôle permanent digne de la Chine communiste. Il prétend suivre la science : il lui a tourné le dos depuis l’interdiction de l’hydroxychloroquine.

  1. Il est prouvé désormais que le traitement hydroxychloroquine plus azyhromycine, plus zinc est efficace. Ce traitement est utilisé avec succès sur une large part de la planète, et sauve des vies. Donald Trump a voulu l’utiliser aux Etats-Unis et y a renoncé en raison de la diabolisation du traitement. Cette diabolisation est née en France et la France porte une écrasante responsabilité sur ce plan. Macron porte une écrasante responsabilité, ainsi que les Diafoirus corrompus de son “comité scientifique”. Le professeur Raoult est l’un des plus grands épidémiologues mondiaux, et la façon dont il a été traité est absolument honteuse et en dit long sur l’état d’incompétence et d’imposture de la nomenklatura française. D’autres médicaments montrent une efficacité, l’ivermectine en particulier. 
  2. Il est prouvé depuis longtemps que le confinement généralisé est inefficace et délétère, médicalement, psychologiquement, économiquement. L’avoir imposé a créé des dégâts dont les effets seront durables. Macron porte une écrasante responsabilité sur ce plan aussi, ainsi que les Diafoirus corrompus de son “comité scientifique”. Le professeur Raoult a dit dès le début que le confinement était une solution moyenâgeuse. Il avait raison. Les dégâts médicaux, psychologiques, économiques infligés au pays sont de la faute de Macron et des Diafoirus susdits. 
  3. La logique utilisée pour ce qui concerne les vaccins est d’un arbitraire total. Les vaccins ont été développés en urgence grâce au President Donald Trump, pour éviter le cataclysme absolu que certains semblaient souhaiter (les démocrates américains en particulier). Les vaccins en sont au stade expérimental. Ils peuvent avoir des effets secondaires graves chez certaines personnes. Ils n’ont pas encore une autorisation de mise sur le marché pleine et entière : c’est pourquoi il n’est juridiquement pas possible de les rendre obligatoires. Les administrer devrait relever d’un calcul coût-avantage reposant sur la responsabilité et la liberté individuelles. Les personnes à risque élevé devraient être incitées à se vacciner, mais elles devraient garder la liberté de choisir, après qu’il leur soit dit qu’être non-vacciné et tomber malade peut les conduire à la mort. Les personnes à risque très faible ou nul ne devraient pas se voir dire qu’elles doivent se vacciner, parce qu’elles ne courent aucun ou quasiment aucun risque, sauf si elles le souhaitent. Une personne vaccinée est censée être protégée (c’est le rôle d’un vaccin). Une personne non vaccinée est une personne qui selon la logique vaccinale ne peut contaminer que les personnes non vaccinées, qui ont fait le choix d’être non vacciné, et qui ont pris leurs risques. Obliger à se vacciner avec un vaccin expérimental est contraindre toute une population à prendre le risque de se voir administrer un vaccin expérimental : c’est de la coercition arbitraire. Faire des non-vaccinés des parias est rajouter de l’arbitraire à l’arbitraire, d’autant plus que les vaccinés sont censés être protégés. L’arbitraire est d’autant plus arbitraire que des médicaments existent et ont montré leur efficacité (ce qu’on s’efforce de cacher).
  4. Les passeports vaccinaux s’ajoutant à l’obligation de fait de se vacciner font d’un pays un pays à régime policier. Les Français devaient avoir sans cesse leurs papiers d’identité sur eux et pouvaient être contrôlés à chaque instant, sans motif. Ils étaient déjà soumis à une présomption de culpabilité inadmissible dans un état de droit. Est venu ensuite le temps des ausweis. Macron entend faire passer les Français sous ausweis permanent. 

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes de France et le mot d’ordre a été “à bas la dictature”. Je crains que les manifestations s’achèvent comme le soulèvement des gilets jaunes. Macron dispose de la police et de l’armée. Si ceux qui contestent venaient des banlieues de l’islam, il serait prudent et craindrait des émeutes de grande ampleur. Mais dès lors que cela vient de pauvres Français, il n’hésitera pas à revenir à la brutalité et aux mutilations si besoin est. 

Ce que fait Macron est odieux, mais se retrouve chez d’autres dirigeants du monde occidental. Je ne peux m’empêcher de voir que d’autres nomenklaturas que la nomenklatura française sont au travail et veulent une nomenklatura mondiale et des populations réduites à l’état de plèbes soumises. Je ne peux m’empêcher de penser à la grande réinitialisation conçue à Davos. En parler en France conduit à se faire traiter de complotiste, je sais. Comme l’a dit Rudy Giuliani aux Etats-Unis : quelle est la différence entre une analyse déclarée complotiste et une vérité qu’on ne peut plus dissimuler ? Six mois environ, parfois un peu plus longtemps. 

Il y a déjà eu des épidémies avec des taux de létalité équivalents, ou plus élevés. Jamais dans le passé n’a été créée une peur panique équivalente à celle qui règne aujourd’hui. Jamais des décisions aussi ineptes, criminelles et liberticides n’ont été prises en France. La létalité de la maladie selon les estimations les plus fiables (celles de John Loannidis) se situe à 0,02 pour cent, et est inférieure à celui de la grippe saisonnière. Des études récentes aux Etats-Unis montrent qu’un peu plus de 99 pour cent des morts étaient des personnes de plus de 75 ans atteintes de comorbidités. 

Plus personne en France ne parle du fait que tout cela a commencé par une guerre biologique et psychologique venue de Chine. Mon ancien éditeur Jean Robin a publié sur le sujet une série de livres courageux, qui donne à penser, et que je recommande : Chroniques de la troisième guerre mondiale, disponibles sur Amazon. 

J’envisageais de revenir en France en septembre, pour quelques jours. J’ai renoncé. Je ne sais même pas si je pourrais revenir voir des amis et donner des conférences dans les mois à venir. Je suis révolté par ce que subissent les Français. Je disais dans une émission de radio diffusée aux Etats-Unis que j’ai choisi la liberté. 

Même sous Biden, les Etats-Unis restent un pays infiniment plus libre que la France (les démocrates voudraient des mesures similaires à celles qu’a prises Macron, mais les Etats-Unis sont composés de 50 états et les gouverneurs d’Etat ont des pouvoirs de décision importants, et l’état de droit américain, bien qu’attaqué, subsiste, et à la différence de la France, les Etats-Unis sont encore un état de droit). 

Si les Français ne se révoltent pas, la France pourrait finir par ressembler à une vaste prison politique. Un sondage récent semble montrer que 61 pour cent des Français approuvent les décisions de Macron. Si c’est vrai, je peux être inquiet pour le futur du pays où je suis né. Face aux décisions de Macron, des milliers de Français ont pris rendez-vous dans des centres de vaccination. Je n’oublie pas que les Français ont été pétainistes sous Pétain, et gaullistes dès l’éviction de Pétain (les résistants ont été une infime minorité, et si les premiers résistants ont été des gens de droite, plus de la moitié d’entre eux en 1944-45 étaient communistes et voulaient une France soviétique) j’aimerais penser que les mots de Benjamin Franklin ne s’appliquent pas à la France : “Ceux qui peuvent renoncer à la liberté essentielle pour obtenir un peu de sécurité temporaire, ne méritent ni la liberté ni la sécurité“.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

PS Un article de Kamel Daoud disant que parler de dictature concernant Macron est excessif et exonère Macron implique une réponse brève. Il y a des degrés dans la dictature. Tous les dictateurs ne se conduisent pas comme Pol Pot ou Idi Amin Dada. Des dictateurs mettent en place des régimes autoritaires et respectent tous les droits, sauf la liberté de choix politique et la contestation du régime. Macron respecte la liberté de choix politique et le droit de contester le régime, mais il a commis des écarts graves, et il porte désormais atteinte à des droits auxquels nombre de dictateurs n’ont jamais porté atteinte.

67
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz