Publié par Jean-Patrick Grumberg le 28 juillet 2021

Suite à mon article (1) sur le rejet, par une école de journalisme, des règles de la déontologie journalistique (objectivité, impartialité et recherche de la vérité), un lecteur évoque les subventions à la presse.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Ce lecteur me dit : « En France, beaucoup de gens ignorent que la presse est subventionnée :
autrement dit : achetée ( avec nos impôts), et reflète donc l’idéologie au pouvoir. Je n’adhère pas à cette hypothèse qui a l’apparence de la logique, mais ne tient pas compte du tissu que forme le milieu journalistique.

Il existe comme ça des idées reçues tellement ancrées, qu’on n’y prête plus attention et qu’on ne les remet plus en cause.

L’année 2022 sera une année électorale : secondaire en France parce qu’elle sera présidentielle, et que le prochain président est presque déjà annoncé (si Macron perdait, son successeur serait un Macron-bis), et importante aux Etats-Unis parce qu’elle annoncera – ou pas – le retour à la raison, le ras-le-bol du peuple américain de la Cancel culture, de l’idéologie progressiste, et des dégâts causés par les gens qui dirigent le pays (non, ce n’est pas Biden, ce président de comptoir de bistro, avec ses « je raconte pas des blagues !”, ses « écoute mec !” qui ponctuent ses phrases, et ses bafouillages sans queue ni tête qui dirige : il ne comprend pas ce qui se passe autour de lui).

Et comme l’année électorale vous fera légitimement pester contre les médias parce qu’il n’existe aucune diversité de pensée, je veux que les choses soient claires, et espère que vous les garderez à l’esprit.

Cette hypothèse que la presse reflète l’idéologie au pouvoir parce qu’elle est subventionnée ne résiste pas à l’examen.

  • Il suffit, pour s’en convaincre, de constater que la même tendance médiatique de fond, la prééminence des idées de gauche, des idées européistes, progressistes et internationalistes, est à l’œuvre partout dans les pays qui n’offrent aucune subvention aux médias.
  • Il suffit d’avoir présent à l’esprit que l’idéologie de gauche, les journalistes de gauche, les salles de rédaction de gauche dominent la presse – subvention ou pas.
  • Autrement dit, s’il n’y avait aucune subvention, la presse ne serait pas moins à gauche. Elle serait totalement identique à ce qu’elle est aujourd’hui. Vous ne pourriez pas observer la moindre variation de ton, le moindre changement de ligne éditoriale.

Ce ne sont pas les subventions à la presse qui garantissent sa soumission au pouvoir, c’est son biais idéologique. La presse n’est pas soumise au pouvoir, elle aime le pouvoir centralisé. La base du socialo-communisme, c’est un pouvoir fort, très puissant, centralisé, qui dicte la conduite de l’économie, domine la marche de la société, et réglemente la vie des gens. Que le pouvoir, en France soit de droite ou de gauche, l’Etat est très puissant, c’est un Etat maman qui se substitue à la liberté individuelle pour subvenir aux besoins des citoyens.

Sans les subventions, sans les abattements fiscaux offerts aux journalistes, certains médias sous perfusion disparaîtraient. Mais ils sont déjà marginaux, suivis par des lecteurs incurables, irrécupérables. Ils ne représentent rien comparé à France télévision, qui n’est pas subventionnée par l’Etat, mais financée par lui, directement par vos impôts (et indirectement par les investissements publicitaires des grandes entreprises à la tête desquelles les amis du pouvoir ont été installés).

En accusant les journalistes d’être corrompus par les subventions, vous leur apportez un alibi qu’ils n’ont rien fait pour mériter : leur corruption va bien au-delà de l’argent, elle est dans chaque cervelle de chaque pigiste, journaliste, éditorial et directeur de rédaction.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

  1. https://www.dreuz.info/2021/07/lecole-de-journalisme-chapel-hill-reclame-la-suppression-des-valeurs-dobjectivite-dimpartialite-et-de-recherche-de-la-verite-248577.html
31
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz