Publié par Magali Marc le 25 juillet 2021

Le Département de la Justice des États-Unis a accusé Thomas Barrack, celui qui a dirigé le Comité d’investiture de Donald Trump en 2017, de lobbying illégal pour les Émirats Arabes Unis (ÉAU). M. Barrack a plaidé son innocence, mais afin de n’être pas jeté en prison, il a dû accepter de payer une caution de 250 000 000 $. Les Démocrates gauchistes ont décidé d’utiliser les enquêteurs et les tribunaux afin de persécuter toute personne ayant travaillé pour Donald Trump. Mais s’ils pensent qu’ils peuvent agir ainsi impunément, ils se trompent. Ils devront s’attendre à un retour du balancier lorsque les Républicains reprendront le pouvoir.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 24 juillet.

********************

Thomas Barrack, un allié de Trump, libéré sous caution de 250 000 000 $

Il y a tellement de choses qui clochent dans l’histoire de Thomas Barrack qu’il est difficile de savoir par où commencer.
En bref, le DOJ (le Département de la Justice des États-Unis ) de Joe Biden a accusé Thomas Barrack, le gestionnaire du Comité d’investiture de Donald Trump, de lobbying illégal pour les Émirats Arabes Unis (ÉAU). Puis, afin que M. Barrack, qui est âgé de 74 ans, puisse sortir de prison en attendant son procès, un magistrat fédéral lui a imposé une caution de 250 000 000 $, ainsi que d’autres restrictions sévères concernant ses déplacements.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

C’est une parodie de justice et une menace claire pour les alliés de Donald Trump, passés, présents et futurs. Comme toujours, le Daily Mail propose un bon résumé :

« L’allié milliardaire de Donald Trump, Thomas Barrack, est libéré sous caution pour 250 millions de dollars après avoir été accusé de faire illégalement pression sur l’Administration Trump au nom des Émirats Arabes Unis. L’homme de 74 ans a conclu un accord avec les procureurs vendredi qui le verra libéré de sa détention en attendant son procès pour lobbying illégal. Un juge fédéral de Los Angeles a approuvé les conditions de l’accord, qui prévoit la remise de son passeport, le respect d’un couvre-feu et le port d’un bracelet électronique avec surveillance GPS. »

L’accord prévoit donc que M. Barrack verse une caution de 250 millions de dollars, garantie par une somme de 5 millions de dollars versée en espèces, qui sera confisquée s’il ne se présente pas au tribunal.

« Thomas Barrack, qui a été le gestionnaire du Comité d’investiture de Donald Trump en 2017 et a fondé la société de capital-investissement Colony Capital, a renoncé à son droit de comparaître devant un tribunal fédéral. Il sera mis en accusation devant le tribunal fédéral de Brooklyn, à New York, lundi. »

Il y a plusieurs points à soulever :

1) Premièrement : Avant que les Démocrates ne l’utilisent comme une arme, peu de personnes avaient été poursuivies en tant qu’agents étrangers non enregistrés en vertu de la Loi sur l’enregistrement des agents étrangers, la FARA (Foreign Agents Registration Act).

Un article de 2010 révèle que cette loi était destinée à engager des poursuites contre des ressortissants étrangers clandestins :

« Le grand coup de filet contre 11 espions russes implique l’utilisation relativement rare du code pénal qui exige que les agents des puissances étrangères s’enregistrent auprès du ministère américain de la Justice – une disposition qui permet de poursuivre les agents étrangers clandestins travaillant sans immunité diplomatique. »

En 2010, lorsque des personnes ont été poursuivies en vertu de cette loi, elles travaillaient pour des gouvernements hostiles, comme ce fut le cas de Robert Cabelly, un ancien fonctionnaire du département d’État sous George H.W. Bush et Hillary Clinton, qui travaillait pour le Soudan, et de Frank Duran, un ressortissant vénézuélien qui travaillait pour Hugo Chávez.

En 2019, lorsque le magazine de gauche Foreign Policy a déclaré que cette loi était caduque, il a également noté que son objectif, lorsqu’elle a été promulguée en 1938, était de lutter contre la propagande fasciste et que, depuis lors, elle était devenue une « pièce de législation obscure ».

Le magazine a noté que c’est Robert Mueller qui l’a revitalisée dans le but de s’en prendre aux alliés de Donald Trump.

Afin de rappeler l’application inégale de cette loi, notons que le DOJ, qui a longtemps été un marécage gauchiste, l’a totalement ignorée lorsque Tony Podesta (un lobbyiste démocrate) représentait une banque liée aux agences d’espionnage russes.

2) Deuxièmement : Étant donné que la FARA était censée nous protéger contre les personnes représentant sournoisement des ennemis des États-Unis, il est révélateur que, dans le cas de M. Barrack, le DOJ ait porté plainte contre une personne travaillant avec les Émirats Arabes Unis.

Les ÉAU ont non seulement une relation amicale avec les États-Unis, mais ils ont adopté les Accords d’Abraham avec Israël.

Il semble probable que l’Administration Biden cherche à dissuader toute personne qui se montrerait trop amicale avec une nation que la gauche veut démolir.

La chaîne MSNBC veut certainement faire comprendre à tout le monde que toute nation du Moyen-Orient, amie de Donald Trump est une ennemie de Joe Biden.

3) Troisièmement : La tendance dans les villes et les États américains dirigés par les Démocrates est de supprimer les cautions.

Après tout, personne ne s’attendrait à ce qu’un délinquant violent récidiviste, libéré sans caution, commette un autre crime violent ou s’enfuie.

Toutefois, un homme âgé, portant un bracelet électronique et dont le passeport a été saisi doit verser une caution de 250 000 000 $ !

On ne changera jamais la vieille manie qui consiste à avoir une loi pour les riches et une autre pour les pauvres, en libérant les pauvres de toute obligation en vertu de la loi et en traitant les riches qui ne sont pas des alliés politiques, comme s’ils étaient aussi dangereux que Jack l’Éventreur.

4) Quatrièmement : Ce qui arrive à Thomas Barrack n’a rien à voir avec la loi ou la justice. Cela représente la persécution continue par la gauche de toute personne ayant travaillé avec Donald Trump. L’intention est claire: il s’agit de s’assurer que tout le monde comprenne bien que, si Donald Trump se représente, qu’il gagne ou qu’il perde, ceux qui travaillent pour lui seront complètement démolis – pas seulement évités et exclus des partys, mais réduits en cendres.

La transition pacifique et constitutionnelle du pouvoir en Amérique ne devrait pas inclure l’attaque de chaque allié de l’Administration précédente et la démolition de ces personnes.

Mais si c’est le cas – si c’est ce que les Démocrates ont établi comme nouvelle norme – la théorie des jeux indique que nous aurons des chances de gagner en y allant deux fois plus fort (et sur la base de bien meilleures preuves) lorsque les Républicains prendront le pouvoir à ces Démocrates corrompus et sans envergure.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz