Publié par Guy Millière le 24 juillet 2021

Yves Mamou vient de publier un livre* essentiel sur un sujet crucial et, hélas, d’actualité. L’antisémitisme remonte dans tout le monde occidental et a conduit à des crimes atroces, en France, en Belgique. Le seul Etat juif sur la surface de la terre, le pays cense être l’ultime refuge des Juifs persécutés et menacés, se trouve décrit sur un mode monstrueux.

Yves Mamou souligne ce qui ne se dit pas ou trop peu : l’antisémitisme qui aggresse et tue aujourd’hui est l’antisémitisme musulman, et il s’est implanté sur le sol européen en résultat des flux migratoires qui ont amené vers l’Europe des milliers, puis des millions de Musulmans. Il souligne aussi que l’immigration musulmane elle-même a été peu à peu acceptée, voulue et légitimée par les dirigeants d’Europe occidentale en raison d’une volonté de “gérer le souvenir de la Shoah” en faisant preuve de xénophilie vis-à-vis de populations censées être opprimées, et cette volonté s’est faite particulièrement nette lors de l’arrivée massive d’immigrants musulmans décrits comme “réfugiés” : l’Allemagne s’est particulièrement illustrée sur ce plan et a prétendu compenser ce que les Allemands ont fait aux Juifs sous le nazisme en accueillant des milliers de Musulmans, sans prêter attention au fait que les Musulmans accueillis sont antisémites.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Yves Mamou explique que l’antisémitisme musulman est imprégné d’une haine d’Israël, et que les gauches européennes, en soutenant les immigrants musulmans se sont peu à peu aveuglées sur l’antisémitisme dont ceux-ci étaient imprégnés, s’en sont peu à peu imprégnées elles mêmes, et ont adopté aussi peu à peu la haine d’Israël dont les immigrants musulmans étaient porteurs. Les éléments de propagande anti-israélienne venus du monde musulman ont fait mouche: le discours musulman affirmant que les Juifs se comportaient en nazis face aux Palestiniens s’est répandu et, outre la diabolisation d’Israël qu’il inclut, il a permis à un nombre croissant d’Européens de trouver une bonne raison de détester Israël, de se délivrer de leur culpabilité vis-à-vis des Juifs, et même de détester les Juifs pour peu qu’ils soient “sionistes”.

Yves Mamou expose en détail les mensonges qui ont peu à peu structuré la détestation d’Israël qui règne largement en Europe aujourd’hui. Et il en dénombre dix.

Israël, dit-il, est sans cesse accusé de violer le droit international : c’est inexact, et cette accusation repose sur les organisations internationales (ONU, UNESCO, OMS, OIT) qui sont devenues de véritables machines de guerre contre Israël.

Israël est accusé de n’avoir pas de légitimité parce que le judaisme lui-même n’a pas de légitimité au Proche-Orient, et là, Yves Mamou expose minutieusement le travail de délégitimation accompli par l’UNESCO, qui falsifie l’histoire et transforme des lieux juifs en lieux “musulmans”, et tente d’effacer ainsi, sur un mode totalitaire, l’histoire juive.

Israël est sans cesse accusé aussi de violer les droits de l’homme : c’est scandaleusement inexact, dit Yves Mamou, et cette accusation est due au travail totalement biaisé de prétendues organisations de défense des droits de l’homme, Amnesty International, Human Rights Watch, Ligue des droits de l’homme, qui incriminent les mesures de sécurité prises par Israël pour se préserver du terrorisme en omettant de parler du terrorisme (ce qui en fait, à mes yeux, des organisations au service du terrorisme). S’ajoute au travail biaisé de ces organisations, continue Yves Mamou, le travail pervers des Organisations non gouvernementales anti-israéliennes et maintenant celui de la Cour Pénale Internationale.

Israël est accusé d’être un “Etat colonial”, c’est à nouveau inexact, dit Yves Mamou, et l’accusation repose là, ajoute-t-il, sur une falsification de l’histoire élaborée par de prétendus historiens qui réinventent l’histoire de la région et font d’Israël tout entier une colonie occidentale en terre musulmane: Israël a plus de trois mille ans d’histoire et des royaumes juifs existaient sur la terre d’Israël des siècles avant que l’islam voie le jour.

Les Juifs sont accusés d’user abusivement de la shoah pour se victimiser, dit Yves Mamou, ce qui conduit à l’accusation portée contre Israël de s’être construit sur la mise en avant du malheur juif et du génocide : là, Yves Mamou souligne que c’est non seulement inexact, mais obscène, et il explique comment s’est mise en place l’identité nationale israélienne.

Autres mensonges exposés : la “Nakba”, censée être la Shoah des Palestiniens, et là c’est plus obscène encore, puisqu’il n’y a pas même eu de massacre d’Arabes qui en 1948-49 n’étaient pas encore appelés Palestiniens ; la description des Palestiniens comme les “Juifs du Proche-Orient”, l’invention du “peuple palestinien”, dont on ne trouve nulle trace dans l’histoire avant la fin des années 1960 (j’ai écrit un livre sur le sujet, avec mon ami David Horowitz, Comment le peuple palestinien fut inventé) ; s’ajoute l’accusation faisant d’Israël un pays tueur d’enfants, et Yves Mamou revient sur l’affaire Mohamed al Dura et sur la culpabilité accablante du journaliste Charles Enderlin.

Le dernier mensonge, qui rassemble tous les autres est celui disant que les médias rendent compte objectivement du conflit israélo-arabe, et Yves Mamou souligne que quasiment tous les reportages sur Israël diffusés en Occident sont diffamatoires et relèvent d’opération de guerre médiatique: un narratif radicalement anti-israélien a été imposé, et il n’a pu l’être, souligne Yves Mamou, que par adhésion des journalistes au narratif.

Yves Mamou conclut son livre en disant qu’aucun pays sur terre n’a subi autant d’accusations fausses et vicieuses qu’Israël, mais que des changements se produisent qui vont placer le monde arabe et le monde occidental face aux conséquences de la haine anti-israélienne et de l’antisémitisme musulman qu’ils ont laissé se disséminer. La cause palestinienne, dit-il, est une “bombe politique et morale” que le monde arabe a utilisé contre Israël pendant des décennies. Cette bombe a été prise au monde arabe par l’Iran, principal ennemi régional du monde arabe (et d’Israël), et est désormais un facteur de déstabilisation des pays du monde arabe sunnite, et nuit à la possibilité des pays arabes sunnites de se rapprocher pleinement d’Israël, dont la puissance militaire leur serait utile face au régime des mollahs (les pays arabes sunnites se sont rapprochés d’Israël parce qu’ils ont compris ce qu’explique Yves Mamou, et Donald Trump l’a remarquablement compris lui aussi, ce qui a conduit aux accords d’Abraham).

Le monde occidental, l’Europe tout particulièrement, ajoute Yves Mamou, s’est efforcée de combattre le nationalisme et en est venue à combattre Israël Etat-nation du peuple juif, parce qu’Israël est un Etat nation. Ce combat contre le nationalisme a rendu le monde occidental particulièrement vulnérable. L’accusation de colonialisme portée contre Israël et le discours résolument anticolonialiste tenu en Europe, continue Yves Mamou, vaut de plus en plus aux puissances européennes de se voir rappeler leur passé colonial et leur vaut maintenant de se voir accusées de colonialisme sur leur propre sol par des immigrés venus de pays anciennement colonisés, qui demandent aux puissances européennes d’expier leurs fautes passées en se soumettant aux demandes énoncées par eux, immigrés. Les islamistes installés en Europe occidentale osent désormais se définir, dit Yves Mamou, comme les nouveaux juifs persécutés par les Européens, et dès lors que les Européens sont définis comme persécuteurs par les islamistes, la violence contre eux devient légitime aux yeux des islamistes, qui justifient ainsi leurs crimes. Les ONG prétendant défendre les droits de l’homme reprennent à leur compte le discours anticolonisaliste tenu par des immigrés et des islamistes, et érodent les lois limitant l’immigration, mutilent la liberté d’expression, font monter une hostilité envers les classes populaires blanches qui craignent pour la survie de leur civilisation, et qui craignent de se retrouver étrangères dans leur propre pays.

Le livre compte plus de trois cent pages denses, et demande à être lu et relu. Il constituera un livre de référence sur le sujet.

Je ne peux ici rendre compte de la richesse foisonnante de son contenu. Je le recommande très vivement à tous ceux qui veulent comprendre l’antisémitisme et la haine d’Israël qui règnent en Europe, la montée des discours anti-occidentaux qui menacent l’ensemble du monde occidental, le rôle effroyable des médias dans tout cela.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Yves Mamou, Dix petits mensonges et leurs grandes conséquences*, L’artilleur, 2021, 336p., 20 €

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz