Publié par Guy Millière le 27 juillet 2021

Joe Biden a participé à une réunion publique télévisée mercredi soir dernier. Le spectacle fut pathétique, car les dommages de la sénilité qui ronge le cerveau de Joe Biden sont de plus en plus évidents. Joe Biden a multiplié les phrases qui n’avaient aucun sens, les moments de silence au milieu d’une phrase qu’il ne savait plus comment terminer, les affirmations absurdes (“je l’ai fait il y a cent cinquante ans”). Les rares phrases cohérentes qu’il a prononcées et qui lui étaient dictées par une oreillette étaient des mensonges flagrants.

Les journalistes gauchistes enragés qui ont demandé pendant quatre ans un examen de la santé mentale de Trump, qui est en pleine possession de ses moyens, trouvent aujourd’hui Biden très lucide, bien sûr.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Comme la chaine diffusant la réunion était CNN, le journaliste chargé de servir la soupe à Biden (le raciste anti-blanc Don Lemon) a adoré jouer ce rôle lamentable, et a lui-même dit que Biden avait été “remarquable”.

Il y avait une trentaine de personnes dans la salle, ce qui, pour une réunion publique de Biden représente une foule immense.

Je me suis demandé plusieurs fois pourquoi les Démocrates ont choisi Biden et l’ont installé à la Maison Blanche. Je n’ai pas la réponse. Juste des hypothèses.

Les Démocrates avaient des candidats tellement nuls pendant les élections primaires qu’il ne leur restait à la fin que le communiste Bernie Sanders et le sénile et crapuleux Joe Biden. Ils n’ont pas choisi le communiste : ils sont gauchistes, donc à la gauche des communistes, et ils auraient pu s’accommoder d’un communiste, même s’il est plus modéré qu’eux, mais ils pensaient qu’installer un communiste à la Maison Blanche serait trop voyant. Ils ont présenté Biden, en le dépeignant comme un “modéré” (ce qu’il n’est pas).

Ils ont profité de la pandémie pour le garder à la cave et pour qu’il parle le moins possible, et vu l’état de Biden, ils ont pu le garder à la cave sans qu’il soit réticent.

Ils l’utilisent depuis comme un pantin dont ils tirent les ficelles.

Ils ne craignaient pas que les actes de corruption de Biden fassent scandale, car ils savaient que tous les grands médias étoufferaient tout début de scandale et occulteraient tout document compromettant: les Américains qui regardent CNN et les chaines mainstream ne savent rien de Hunter Biden et de son ordinateur, et ignorent que Joe Biden est à la tête d’une famille criminelle.

Ils ont choisi Kamala Harris parce que c’est une femme non blanche et parce qu’elle ne comprend rien à rien et se contente de répéter des insanités marxistes en ricanant, et parce que si elle se retrouve à la Maison Blanche à la place de Biden, ils pourront l’utiliser elle-même comme un pantin.

Ils ont fraudé massivement, compté sur des juges de gauche installés par Obama pour que les plaintes soient rejetées, et sur tous les médias mainstream pour que soit dit que l’élection avait été “impeccable”. Ils ont fait peur à la Cour Suprême, qui s’est couchée. Et cela a conduit le pays à la situation actuelle.

Cela fait six mois que Joe Biden est à la Maison Blanche et que l’équipe de gauchistes qui l’y a installé a le pouvoir. Et une entreprise de destruction gauchiste des Etats-Unis est à l’oeuvre. Elle détruit si frénétiquement et si systématiquement qu’à ce rythme, on peut craindre que le pays soit très délabré quand viendront les élections de 2022, qui seront sans doute les élections de la dernière chance.

Toutes les institutions sont atteintes. Les juges fédéraux nommés sous Obama, inamovibles, continuent à piétiner le droit, la Constitution et le Bill of Rights, et le plus souvent, la Cour Suprême ne réagit pas. Des procureurs ont été élus dans tout le pays grâce à des campagnes financées par George Soros, et ils relachent des criminels et incriminent des policiers. Dans des villes où les maires sont démocrates, cela conduit a une véritable explosion de la criminalité. Portland, Seattle, San Francisco, Los Angeles, Chicago, Washington, New York, Atlanta, sont particulièrement touchées. A San Francisco et Los Angeles des arrêtés municipaux pris en accord avec ces procureurs stipulent que tout vol d’un montant inférieur à 950 dollars n’est pas puni par la loi, et des magasins sont dévalisés et ferment. Les polices de toutes les villes démocrates subissent des coupes budgétaires et des démisisons en masse.

L’armée n’est pas du tout épargnée. Un endoctrinement raciste anti-blanc a été mis en place par Loyd Austin, Secrétaire à la défense et approuvé par le Général Milley, chef des armées. Des purges visent les officiers conservateurs.

La Chambre des représentants est dirigée par une folle furieuse d’extrême gauche, Nancy Pelosi, quatre-vingt-un ans, Démocrate de San Francisco, qui fait voter des lois plus délirantes et dangereuses les unes que les autres (en France, elle ferait passer Mélenchon pour un centriste). Son compère au Senat, Chuck Schumer, qui fut modéré mais est maintenant un gauchiste enragé, tente de faire adopter par le Sénat les lois délirantes et dangereuses votées à la Chambre des représentants. Il n’y parvient pas toujours, car deux sénateurs democrates qui savent que s’ils votaient pour certaines lois, ils perdraient leur siège (Kyrsten Sinema, Joe Manchin), parviennent régulièrement à éviter le pire, mais pas toujours, car des Républicains en position de traitres, tels Mitt Romney (devenu un personage infect), apportent parfois aux Démocrates les voix manquantes.

Les décisions de sabotage de l’économie prises par executive order présidentiel ou votées par le Congres font leur effet. Une vague d’inflation sans précédent depuis plusieurs décennies s’est emparée du pays. La hausse des prix de l’énergie continue: 45 pour cent en six mois. Tous les biens de consommation augmentent aussi. Le chômage remonte: de manière délibéree, l’administration Biden offre à ceux qui ne travaillent pas des allocations mensuelles plus élevées que les salaires que des entreprises pourraient leur verser (les allocations versées correspondent à un salaire de 15 dollars de l’heure). Et des gens préfèrent rester chomeurs. Ils passent ainsi sous la dépendance du gouvernement et feront, espere l’administration Biden, de bons électeurs démocrates.

L’invasion du pays par la frontière Sud se poursuit. En six mois, plus de de six-cent-mille immigrants illégaux sont entrés dans le pays. Des avions militaires les ont dispersés dans divers Etats. Le but est de changer la population des Etats concernés, et de les faire basculer dans le camp démocrate lorsque ces gens auront la nationalité américaine. Le but etant de faire des Etats-Unis un pays à parti unique, dote d’un parti d’opposition soumis et toujours minoritaire.

Le FBI est désormais clairement une police politique au service du régime. Plus de cinq cent personnes ont été arrêtées pour avoir été présentes devant le Capitole ou pour y être entrées le six Janvier, à l’incitation de la police du Capitole. Les arrestations ont été effectuées au domicile des personnes concernées par des escouades d’une quinzaines d’hommes en armes et des véhicules blindés. Certaines personnes (plus d’une centaine) sont détenues dans des prisons de haute sécurité et n’ont accès à aucun avocat. Des avocats engagés par les familles ont recueilli des témoignages sortis secrètement des prisons par des policiers gardant l’anonymat, et les témoignages font état de sévices et de tortures. Les avocats veulent saisir des organisations Internationales… Les gens arrêtés se voient demander de faire leur autocritique, façon révolution culturelle maoïste. Deux d’entre eux ont été jugés par des juges nommés par Obama, et condamnés à de lourdes peines de prison.

Des documents et des témoignages recueillis par des avocats conservateurs montrent que des liens très troubles ont été tissés entre le FBI et des groupes antifa, et presque tout indique désormais que l’irruption de quelques centaines de personnes dans le Capitole le 6 janvier a été un coup monté par le FBI, avec coopération de la police du Capitole, aux fins de permettre à l’administration Biden et aux Démocrates de dire qu’une “tentative de coup d’Etat” a eu lieu. Une pseudo commission d’enquête a été mise en place par Nancy Pelosi, qui a d’ores et déjà violé les règles constitutionnelles en refusant que soient membres de la commission les représentants choisis par les Républicains (représentants qui voulaient que l’enquête s’intéresse au rôle du FBI, d’Antifa et de la police du Capitole). Nancy Pelosi a annoncé son but explicitement: dire que Trump a voulu renverser les institutions et devenir dictateur ! Tout dans ses propos est odieusement faux, mais les mainstream media vont dire que c’est absolument vrai.

L’audit de l’élection de novembre 2020 mené en Arizona n’est pas achevé, car des Démocrates et des Never Trumpers en Arizona bloquent l’accès à des documents importants et à des pièces à conviction, mais les éléments déjà disponibles montrent ce que chacun savait depuis longtemps : une fraude massive a eu lieu. Les Démocrates disent, cela va de soi, que les audits font partie de la tentative de coup d’Etat des Républicains. D’autres audits s’enclenchent en Georgia et en Pennsylvanie. Les Démocrates s’évertuent à bloquer les audits et à les discréditer, car ils savent qu’ils sont coupables.

Donald Trump se bat. Il a prononcé samedi dernier un discours remarquable et puissant, deux heures durant, devant une foule enthousiaste, à Phoenix, Arizona. Il a exposé en détail toutes les procédures de fraude utilisées en novembre 2020. Il dit clairement que l’élection de novembre 2020 a été volée et que ce fut un coup d’Etat, ce qui est exact. Il appuie les lois votées ou sur le point de l’être dans les Etats républicains, destinées à ce que les prochaines élections soient exemptes de fraudes. Il dit qu’une tentative d’installation du communisme aux Etats-Unis est enclenchée.

Comme je l’écris, ce qui se passe est pire encore, car le gauchisme veut tout détruire et semer le chaos.

Les Démocrates ont infiltré tous les rouages de la société et les ont transformés en rouages destinés a tout ravager : je devrais parler de l’éducation, de la volonté d’attiser les tensions raciales, de la promotion de la transsexualité chez les mineurs. Ils appliquent les leçons du maître à penser des gauchistes américains, Saul Alinsky. Ils ajoutent à tout ce que je viens de dire des propos accusant sans cesse leurs ennemis des crimes qu’ils sont, eux, en train de commettre.

Les mois à venir vont être turbulents. Si rien n’arrête les Démocrates, les Etats-Unis ressembleront au Venezuela dans quatre ou cinq ans.

Arrêter les Démocrates ne se fera pas sans une confrontation majeure, et les Etats-Unis vont vraisemblablement vers une confrontation majeure. Je l’ai déjà dit, et Trump l’a dit: les élections de novembre 2022 seront décisives. Si les Démocrates les gagnaient (en fraudant encore), ce seraient les dernières élections pluralistes aux Etats-Unis.

Il reste des médias d’information aux Etats-Unis. Les Démocrates veulent les détruire et les accusant de désinformation.

En France et dans d’autres pays d’Europe, aucune information sur ce qui se passe aux Etats-Unis n’est diffusée qui ne soit biaisée et falsifiée. Aucune! C’est la même chose dans d’autres pays d’Europe et au Canada. C’est absolument effroyable et donne l’impression qu’une chape de plomb totalitaire est en train de fondre sur le monde occidental aux fins de le mener vers un communisme planétaire.

Je n’ai pas parlé de la pandémie et des vaccins. Les Démocrates voudraient employer des méthodes semblables à celles que veut Macron en France et s’emploient à faire peur à la population et à tenter de rendre le vaccin et le passeport sanitaire obligatoires. Les républicains et Trump s’y opposent résolument. Les gouverneurs républicains sont, avec Trump, à la tête du mouvement de refus. La personne qui dirige le Center for Disease Control est nommée par le Président, et la directrice actuelle, Rochelle Walensky, est démocrate, et dit ce que l’administration Biden lui demande de dire. Les gouverneurs républicains sont présentés par elle comme des irresponsables. Le variant delta est décrit par elle comme s’il était la peste bubonique : la réalité est qu’il est contagieux, mais transmet une maladie très atténuée pour les vaccinés. Le nombre de cas augmente, le nombre de morts est en chute. Les Démocrates insistent sur le nombre de cas, cela va de soi. Le docteur Fauci, dont l’institut a financé les activités criminelles de l’institut P4 de Wuhan, est toujours le principal conseiller “scientifique” de l’administration et tient des discours apocalyptiques, et dit que le pire est à venir …

Je ne serai pas surpris s’ils déclarent une “très forte recrudescence” de la maladie en 2022 pour peu qu’ils voient qu’ils ne pourront pas frauder et vont donc subir une défaite cuisante lors des élections de mi-mandat. Ces gens sont été prêts à tout pour prendre le pouvoir. Ils seront prêts à tout pour le garder et sont bien décidés à ne pas s’arrêter tant qu’ils n’auront pas ravagé intégralement le pays. S’ils y parviennent, vu l’etat de l’Europe, ce sera la fin de la civilisation occidentale telle que nous l’avons connue.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

44
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz