Publié par Manuel Gomez le 28 août 2021

Les Pays-Bas, et sa capitale Amsterdam, sont très souvent cités en exemple par des tas de chroniqueurs sur nos chaînes de télévision. 

Il est vrai que ces « essayistes », « éditorialistes », « politologues » et « journalistes » n’y ont probablement jamais habité et se basent donc sur ce qu’ils lisent. 

Or, les Pays-Bas, comme bien d’autres pays membres de l’Union Européenne, sont également gangrenés par la politique migratoire prônée et organisée par Bruxelles, tout comme la Belgique, et sa place est loin d’être la plus enviable, comme vous allez le comprendre : 

Mercredi 18 septembre 2019 Maître Derk Wiersum, avocat de la Couronne, quittait son domicile vers 7 h 30 du matin. 

Il était abattu en pleine rue par un individu, revêtu d’une veste à capuche, qui s’est enfui à pied. 

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Maître Wiersum était l’avocat d’un trafiquant de drogue repenti, Nabil B., dont le propre frère avait été assassiné il y a tout juste une année, en représailles justement des indications fournies à la police par Nabil. 

Ces indications concernaient une affaire de meurtre et de trafic de stupéfiants impliquant deux marocains, Ridouan Taghi et Saïd Razzouki, deux des criminels les plus recherchés des Pays-Bas. 

Des mandats d’arrêts internationaux avaient été lancés contre eux et si la reconnaissance faciale avait été programmée, au moins par « Interpol », ils ne seraient plus en liberté. 

« Un avocat liquidé aux Pays-Bas, c’est du jamais vu. C’est la confirmation que nous vivons dans un narco-Etat. C’est une attaque violente contre l’Etat de droit. Il existe un grave problème de drogue à Amsterdam. Le crime organisé, lié à la drogue, exerce une influence notable sur la ville. Le gouvernement et la classe politique sous-estiment la criminalité rampante au sein de la société néerlandaise. » et c’est le patron du plus important syndicat de police des Pays-Bas qui le dénonce. 

Autre pays européen cité en exemple, et souvent pour de très bonnes raisons, c’est la Suisse. 

Pourtant elle est confrontée, tout comme les autres nations européennes (bien que ne faisant pas partie de l’Union) par les problèmes liés à l’immigration. 

Il est vrai que l’on peut y pénétrer très facilement par certains itinéraires peu surveillés. 

Cependant, c’est officiellement que les demandes d’asile formulées par les Turcs ont augmenté de 130% depuis 2016. 

2800 turcs ont sollicité l’asile politique afin de se soustraire à la répression organisée par le dictateur Recep Tayyip Erdogan, selon le Secrétariat d’Etat suisseaux migrations. 

Ils arrivent parfaitement documentés sur la procédure d’asile et cela explique un taux d’acceptation supérieur à la moyenne. 

Mais ce n’est pas tout : la Suisse, tout comme l’Union Européenne, tout comme la France, se fait « gruger » par des soi-disant migrants venus d’Erythrée et qui ont vu leurs demandes d’asile rejetées. Mais ils ne peuvent pas être expulsés car « ils étaient persécutés et leurs vies étaient en danger ». 

Or, et cela malgré les aides sociales minimales qu’ils perçoivent, ils peuvent se permettre de s’offrir un billet d’avion « aller/retour », pour eux et leurs familles, afin de partir en « vacances » justement en Erythrée, dans le pays qu’ils ont dû fuir. 

Ces menaces nous viennent aussi de l’Espagne, par la très grande faute de son gouvernement socialiste (qui, on l’espère, prendra fin lors des prochaines élections, si son leader, Pedro Sanchez, ne parvient pas à former un gouvernement, après la disparition presque totale du parti d’extrême gauche « Podemos »). 

La police espagnole et « Europol » viennent de démanteler un réseau international de passeurs de migrants clandestins entre l’Espagne et la France. 

Après avoir franchi les « barbelés », qui sont censés clôturer les villes de Melilla et Ceuta, en territoire marocain, des centaines de « sans papier » clandestins partent des villes d’Andalousie, notamment d’Alméria, dans des autocars réservés par les passeurs. 

Arrivés près de la frontière, ils la franchissent dans des taxis, évitant ainsi le contrôle des forces de l’ordre, puis reprennent un bus dès la plus proche station-service, dans les Pyrénées Orientales, pour poursuivre leur « promenade » vers le nord de la France et la Belgique. 

Cela leur coûte une petite fortune, représentant des années de salaire, pour ceux qui avaient un travail, ce qui n’est pas le cas de la très grande majorité. 

Alors qui paie ces passeurs ? Probablement la même organisation qui paie les ONG complices ? 

La très grande majorité de ces clandestins sont d’origine marocaine, algérienne et malienne. 

Dans l’un des autocars interceptés, 22 clandestins ont été interpellés, dont 6 mineurs possibles. 

Les policiers ont appréhendé une trentaine de passeurs, dont trois du côté français, et saisis, au cours de la même opération, 200 kilos de haschich. 

Parmi ces clandestins, nombreux sont ceux qui ont pour destination la Grande Bretagne. 

Depuis début 2019 plus de 2500 migrants sans papier ont été interceptés alors qu’ils tentaient de rejoindre les côtes anglaises par la mer, à bord de hors-bords pneumatiques surchargés, soit trois fois plus qu’en 2018. 

Chaque semaine des hors-bords pneumatiques sont stoppés en pleine mer, en plein milieu de l’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, surchargés par des dizaines de migrants clandestins, dont de nombreux d’enfants. 

Puisque l’Italie, hélas, s’ouvre à nouveau aux migrants clandestins, espérons que l’Espagne, et un nouveau gouvernement plus soucieux du bien-être et de la sécurité des espagnols, mettra un frein à cet envahissement programmé par l’Union Européenne et qui ne cessera pas de sitôt ! 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

23
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz