Publié par Pierre Rehov le 25 août 2021

Moins d’un mois après le début de la campagne de rappel du vaccin COVID-19, les autorités et les scientifiques israéliens constatent maintenant des signes d’impact positifs sur les taux élevés d’infections et de maladies graves alimentés par la variante Delta.

Préambule : le COVID revenant constamment dans l’Actualité en tête des nouvelles importantes, Dreuz ne peut pas éviter de couvrir le sujet. Concernant les informations, Dreuz affiche sa neutralité et ne publie que celles provenant de sources fiables et réputées. A l’inverse, les articles d’opinion reflètent le point de vue des auteurs de Dreuz et non celui de la rédaction.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Le variant Delta a atteint Israël en juin, au moment où le pays commençait à récolter les fruits de l’un des déploiements de vaccins les plus rapides au monde.

Avec l’économie ouverte, et la suppression de la plupart des restrictions, Israël est passé en une seule semaine d’un nombre d’infections quotidiennes à un chiffre, et d’un taux de mortalité nul, à environ 7 500 cas quotidiens la semaine dernière, 600 personnes hospitalisées dans un état grave, et plus de 150 personnes décédées. Oui, au cours de cette seule semaine.

  • Le 30 juillet, Israël a commencé à administrer une troisième dose du vaccin Pfizer/BioNtech aux personnes de plus de 60 ans, devenant ainsi le premier pays au monde à le faire.
  • Jeudi, elle a étendu l’éligibilité aux personnes de 40 ans et plus, dont la deuxième dose a été administrée au moins cinq mois auparavant.
  • Et Israël a précisé que l’âge pourrait encore baisser.

Au cours des dix derniers jours, la pandémie s’atténue dans le premier groupe d’âge, dont plus d’un million ont reçu une troisième dose de vaccin, selon les données du ministère israélien de la santé et les scientifiques.

  • Le taux de propagation de la maladie parmi les personnes vaccinées âgées de 60 ans et plus – appelé taux de reproduction – a commencé à baisser régulièrement vers le 13 août, et est passé sous la barre de 1, ce qui indique que chaque personne infectée transmet le virus à moins d’une autre personne. Un taux de reproduction inférieur à 1 signifie que l’épidémie se calme.
  • Les scientifiques ont déclaré que les injections de rappel ont un impact sur les infections, mais que d’autres facteurs contribuent probablement aussi à ce déclin.

« Les chiffres sont toujours très élevés, mais ce qui a changé, c’est que la très forte augmentation du taux d’infections et de cas graves s’est calmée, tout comme le rythme auquel la pandémie se propage », a déclaré Eran Segal, spécialiste des données à l’Institut Weizmann des sciences et conseiller du gouvernement.

« Cela est probablement dû aux troisièmes rappels, à une augmentation de personnes ayant pris la première dose de vaccin, et au nombre élevé de personnes infectées par semaine, peut-être jusqu’à 100 000, qui ont maintenant une immunité naturelle », a déclaré Segal.

3e dose contre confinement

Après avoir atteint ce mois-ci l’un des taux d’infection par habitant les plus élevés au monde, la question est maintenant de savoir si Israël peut se sortir d’une quatrième épidémie sans imposer un nouveau confinement qui nuirait à son économie.

  • Des données ont montré que si le vaccin est toujours très efficace pour prévenir les maladies graves, sa protection diminue avec le temps.
  • Mais il n’y a pas de consensus parmi les scientifiques et les agences de Santé sur la nécessité d’une troisième dose.
  • Et la semaine passée, les responsables de la Santé ont déclaré avoir identifié une baisse de l’immunité chez les personnes de moins de 40 ans, bien que relativement peu d’entre elles soient tombées gravement malades.

Selon Doron Gazit, membre de l’équipe d’experts COVID-19 de l’Université hébraïque qui conseille le gouvernement, l’augmentation des cas de personnes vaccinées gravement malades dans le groupe des 60 ans et plus s’est cependant progressivement ralentie, pour s’arrêter totalement au cours des dix derniers jours.

« Nous attribuons ce phénomène aux injections de rappel et à un comportement plus prudent ces derniers temps », a déclaré M. Gazit.

Sur les 9,3 millions d’habitants d’Israël, environ un million ont jusqu’à présent choisi de ne pas se faire vacciner du tout et les enfants de moins de 12 ans ne peuvent toujours pas recevoir les vaccins.

Plus de la moitié des personnes de plus de 60 ans ont reçu un troisième vaccin, selon le ministère de la Santé.

Sept fois plus de cas graves chez les non-vaccinés que chez les vaccinés

  • Le taux de nouveaux cas graves chez les patients non vaccinés de 70 ans et plus est sept fois supérieur à celui des patients vaccinés, selon M. Gazit.
  • Chez les plus de 50 ans, cet écart est de quatre pour un.

« Nous sommes optimistes, mais très prudents », a déclaré le ministre israélien de la Santé, Nitzan Horowitz, au radiodiffuseur public Kan.

« Cela nous donne plus de temps, ralentit la propagation et nous nous éloignons du confinement ».

Pas de solution miracle

Même si la 3e dose de vaccin ralentit le rythme de la pandémie, il est peu probable qu’il permette de repousser complètement Delta.

Dvir Aran, chercheur en données biomédicales au Technion – l’Institut de technologie israélien, a déclaré que si les cas reculent, d’autres mesures sont nécessaires, en plus des 3e doses, pour arrêter la pandémie.

« Il faudra beaucoup de temps jusqu’à ce qu’un nombre suffisant de personnes reçoivent une troisième dose et d’ici là, des milliers de personnes tomberont gravement malades. »

Depuis la flambée de Delta, Israël a réimposé le port de masques à l’intérieur, la limitation du nombre de personnes dans les rassemblements et l’intensification des tests rapides.

Le prochain stress test : la rentrée des classes

La politique israélienne de « vivre avec le COVID » sera mise à l’épreuve en septembre, lorsque les écoles rouvriront après les vacances d’été, et que la saison des fêtes juives commencera, période où les familles se réunissent pour célébrer et que les synagogues se remplissent de personnes dans un espace réduit et fermé.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Source : https://www.jpost.com/health-science/israels-covid-19-vaccine-boosters-show-signs-of-taming-delta-677556

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

11
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz