Publié par Guy Millière le 17 août 2021

Le désastre Biden s’accélère, et en sept mois l’administration Biden s’est d’ores et déjà révélée aussi catastrophique que l’administration Carter l’avait été en quatre années.

L’inflation s’emballe aux Etats-Unis et des signes montrant que la stagflation (stagnation accompagnée d’inflation) menace se dessinent. Des files interminables se forment devant les stations-service où l’essence coûte un peu moins cher.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Saisie d’une volonté de ruiner le pays, l’administration Biden gaspille des milliers de milliards de dollars et saborde la défense du pays en disant que les deux ennemis principaux du pays sont le réchauffement global et le suprématisme blanc.

En politique étrangère, les signes d’apaisement vis-à vis de l’Iran se multiplient : retrait des batteries anti-missiles américaines de tout le Proche-Orient, suspension des fournitures de matériel militaire américain à l’Arabie Saoudite et aux monarchies du Golfe signataires des accords d’Abraham, aide “humanitaire” aux milices Houthi qui attaquent l’Arabie Saoudite pour le compte de l’Iran et mettent le Yémen à feu et à sang, pressions sur Israël aux fins d’obtenir la création d’un Etat “palestinien” dont personne ne veut, y compris les dirigeants “palestiniens” dont le seul but est de tuer des Juifs et de détruire Israël, envoi pour négocier cette reconstruction d’Hady Amr, un islamiste d’origine libanaise passé par l’administration Obama qui “comprend” le désespoir des auteurs d’attentats suicides anti-israéliens et veut intégrer le Hamas aux négociations, et envoi maintenant de William Burns, nommé à la tête de la CIA par l’administration Biden et qui, sans être islamiste, a un passé aussi lourd qu’Hady Amr et a négocié avec les Frères Musulmans au moment de l’hiver islamique (appelé faussement “printemps arabe”) aux fins de leur apporter le soutien de l’administration Obama.

L’organisation terroriste islamique Hezbollah, qui a fait du Liban une satrapie iranienne dévastée, a tiré des missiles sur le Nord d’Israël voici quelques jours, et l’administration Biden a fait pression sur Israël pour que la riposte israélienne soit minime et a décidé d’envoyer cent millions de dollars au ministère de la santé libanais tenu par le Hezbollah, ce qui signifie que l’administration Biden va envoyer cent millions de dollars au Hezbollah.

Vu qu’Israël a un gouvernement faible, incompétent et otage des Frères Musulmans, couché devant l’administration Biden, le gouvernement israélien a procédé à une riposte minime et, pour le reste, a acquiescé (ceux qui disaient qu’en renversant Binyamin Netanyahou Israël aurait un gouvernement fort et efficace doivent être satisfaits, et on peut se fier à leurs analyses !), Benny Gantz a même dit qu’il fallait sauver le Liban : ce qui équivaut à dire qu’il faut aider le Hezbollah : remarquable !).

Comme si tout cela ne suffisait pas, vient maintenant la catastrophe afghane.

L’administration Biden voulait une “défaite américaine” en Afghanistan et avait prévu un retrait complet d’Afghanistan pour le vingtième anniversaire du 11 septembre 2001. Vingt ans après l’action terroriste le plus terrible subie par les Etats-Unis dans leur histoire, restituer le pouvoir en Afghanistan aux Taliban grâce auxquels al Qaida avait pu disposer de bases arrière et organiser les attentats du 11 septembre qui a fait trois mille morts semblait seyant pour l’administration Biden. Il se trouve simplement que les Talibans n’ont pas respecté le calendrier prévu par l’administration Biden : les crétins gauchistes qui peuplent l’administration Biden ne comprennent rien à ce que sont des fanatiques totalitaires et les prennent obstinément pour des gens avec qui on peut s’entendre. La principale base militaire américaine en Afghanistan, Bagram, a été abandonnée par l’administration Biden il y a un mois, sans que le gouvernement afghan soit prévenu, et presque tout le matériel militaire américain a été laissé sur place, ce qui fait que l’administration Biden a fourni aux Taliban un véritable arsenal. L’armée afghane voyant que les Etats-Unis l’abandonnait totalement a pratiqué la reddition préventive et n’a pas même cherché à se battre, et le matériel militaire que les Etats-Unis lui avaient donné a été pris et utilisé par les Taliban. Kaboul est tombée en quelques jours. Le Président afghan s’est enfui du pays.

A l’ambassade des Etats-Unis à Kaboul, on a détruit des documents à une vitesse frénétique, on a brulé tous les drapeaux américains qu’on pouvait trouver (l’administration Biden n’a jamais rien eu contre le fait qu’ont brûlé des drapeaux américains : c’est l’une des activités favorites des gauchises américains), en en gardant un seul, emporté par l’ambassadeur des Etats-Unis dans sa fuite. L’administration Biden a préféré brûler les drapeaux elle-même plutôt que laisser les Talibans les brûler. Les Afghans qui ont travaillé avec les Américains qui ne réussiront pas à s’enfuir vont sans doute se faire massacrer. Les viols de femmes et de petites filles se multiplient et prennent le nom de “mariages temporaires”.

Les Talibans avaient promis à l’administration Biden de partager le pouvoir avec le gouvernement afghan en place : il était évident que cela ne se passerait pas ainsi, et que l’administration Biden ait imaginé que des terroristes fanatiques respecteraient leur parole implique d’être bien au-delà du crétinisme, et tout au bord de la complicité.

L’administration Biden a déclaré par la voix de sa porte-parole que les Talibans devraient définir leur place dans la “communauté internationale”. Ils l’ont fait : l’un de leurs dirigeants a déclaré qu’ils allaient mener le djihad jusqu’à ce que l’islam règne partout sur terre. Ils ont donné un nom à l’Afghanistan : l’émirat islamique d’Afghanistan.

C’est une immense victoire pour le terrorisme islamique, et tous les adeptes du terrorisme islamique se réjouissent en cet instant, et un certain nombre d’entre eux envisagent sans doute d’ores et déjà de passer à l’action.

C’est une immense victoire pour l’Iran des mollahs, qui a noué des liens avec les Talibans il y a plusieurs mois (ceux qui pensent que le clivage sunnites-chiites est plus important que le clivage djihadistes-adeptes musulmans du statu quo ne comprennent rien. Les mollahs s’entendaient très bien avec al Qaida et ni les Talibans ni les dirigeants d’al Qaida n’ont fait l’erreur fatale commise par Abou Bakr al Baghdadi : s’en prendre à l’Iran. Le Hamas, sunnite, s’entend avec l’Iran qui le finance).

C’est une immense victoire pour la Chine, qui va s’entendre avec les Talibans et s’intéresser aux richesses du sous-sol afghan, et la Chine se réjouit du retour au pouvoir des Taliban. Des diplomates chinois ont rencontré des chefs Taliban il y a quelques jours.

C’est une victoire pour Erdogan, en Turquie, qui prend en charge l’aéroport de Kaboul, et l’ambassade des Etats-Unis ayant été abandonnée au saccage, l’aéroport est l’ultime lieu où des soldats américains sont encore présents : l’administration Biden veut y renvoyer 7000 soldats, qui pourraient servir de cibles à des attentats.

C’est une catastrophe pour le monde occidental, car le renforcement de l’Iran des mollahs et de la Chine est un renforcement des ennemis de la civilisation occidentale.

Un nouvel afflux de migrants musulmans vers l’Europe est probable. Des attentats islamistes sont probables eux aussi, et al Qaida et les membres de ce qui reste de l’Etat Islamique vont trouver asile en Afghanistan (nombre d’entre eux l’ont déjà fait).

Le Département of Homeland Security a. publié un communiqué disant que le risque terroriste islamique aux Etats-Unis était désormais élevé : communiqué étonnant de la part d’une branche de l’administration Biden qui jusque-là concentrait ses efforts sur le ”risque terroriste intérieur” (inexistant) censé venir des partisans de Donald Trump.

Le Pakistan, qui soutient et arme les Talibans, va se trouver renforcé et l’Inde va devoir faire preuve d’une vigilance plus intense. La Russie, alliée de l’Iran et de la Chine a elle-même noué des liens avec les Talibans, et espère disposer d’une part des richesses du sous-sol afghan, part que la Chine lui concèdera sans doute.  

Donald Trump voulait quitter l’Afghanistan, car il avait compris que transformer l’Afghanistan en une démocratie occidentale était impossible (l’Afghanistan est un pays féodal, tribal, profondément arriéré et enlisé dans l’islam strict) et que le néo-conservatisme avait échoué, mais il entendait le faire en préservant l’essentiel des acquis ayant résulté de vingt ans de présence américaine. Il avait organisé en février 2020 une conférence à Doha, et parlé aux dirigeants du mouvement Taliban. Il leur avait dit que les Etats-Unis exigeaient qu’ils respectent un partage du pouvoir avec le gouvernement en place à Kaboul, qu’ils ne s’allient pas aux ennemis des Etats-Unis, qu’ils n’abritent aucune organisation terroriste, ne soutiennent pas le terrorisme et n’attaquent pas l’armée afghane. Il avait ajouté un peu plus tard, en employant le seul langage que des gens de ce genre comprennent : “si vous ne respectez pas un seul de ces points, sachez que nous savons à chaque instant exactement où vous et vos proches se trouvent et que nous pouvons vous éliminer vous et vos proches en quelques minutes, sachez aussi que nous disposons de bombes à même de détruire tous vos repaires”. Les Talibans avaient aussitôt après attaqué une position de l’armée afghane, des avions de chasse américains avaient aussitôt détruit les attaquants. Les Talibans n’avaient plus lancé une seule attaque, jusqu’au 20 janvier 2021.

Trump n’aurait jamais fait ce que l’administration Biden a fait.

Ce que l’administration Biden a fait est une insulte criminelle à tous les soldats américains qui se sont battus en Afghanistan et à tous ceux d’entre eux qui sont morts (plus de 2200), et c’est une insulte aussi envers tout ce qu’incarnent les Etats-Unis depuis 1776. Tous les alliés des Etats-Unis (et je ne parle pas des dirigeants d’Europe occidentale qui sont des alliés en papier mâché et se conduisent souvent comme des traitres) ne peuvent que perdre confiance en la parole américaine.

Sept mois à peine se sont écoulés depuis que ceux qui ont volé l’élection à Donald Trump sont au pouvoir. Les ravages qu’ils ont infligés aux Etats Unis et au monde sont dès à présent immenses. Je n’ose imaginer où les Etats-Unis et le monde en seront en novembre 2022.

La catastrophe afghane est pour l’heure le plus grand crime qu’ait commis l’administration Biden, et il risque d’y en avoir d’autres.

Un article récent du journal de gauche Le Figaro dit : “Biden et Trump, même lâcheté” : c’est un article stupide, écrit par quelqu’un qui ne comprend rien à l’échec du néo-conservatisme et à ce qui sépare radicalement Biden de Trump (dans un journal où Trump n’a cessé d’être trainé dans la fange de manière ignoble et où on a tressé des lauriers à Joe Biden jusqu’à ces derniers jours, ce n’est pas surprenant). Un autre article du même journal dit que “l’Amérique de Biden cherche sa place dans le monde” : c’est inexact (comme quasiment tout ce que la presse française publie sur le sujet). L’administration Biden suit une ligne politique très définie, celle du gauchisme américain crétin, et elle a trouvé sa place dans le monde depuis longtemps : celle de grand exterminateur de la liberté et de la décence humaine la plus élémentaire et celle du gouvernement gauchiste occidental le plus destructeur à avoir vu le jour.

Un dernier point : l’administration Biden voulait une “défaite américaine”. Ce n’est pas une défaite, c’est une trahison des Etats-Unis, du monde libre et de la civilisation occidentale. Les Démocrates sont des spécialistes de ce genre de trahison: ce sont eux qui ont coupé les livraisons d’armes au Sud Vietnam en 1975 et qui ont donné la victoire aux communistes nord-vietnamiens et, dès lors, à Pol Pot au Cambodge, eux qui qui organisé l’arrivée au pouvoir du fanatique Ruhollah Khomeiny en Iran en 1979 (avec la coopération de la France), eux qui ont contribué à renverser Zine ben Ali, Hosni Moubarak, Mouammar Kadhafi et quelques autres en 2011, pour les remplacer tous par des islamistes. Je pourrais allonger la liste. Le Parti Démocrate américain est une abomination, et si je devais décrire toutes les facettes de cette abomination, il me faudrait remonter aux années 1850, parler du Ku Klux Klan, mouvement démocrate, et écrire tout un livre.

Il y a une semaine encore, le drapeau arc-en-ciel de la gay pride flottait sur l’ambassade des Etats-Unis à Kaboul, juste au-dessous du Drapeau américain. Faire cela dans un pays très musulman était une idée de génie, et sans doute un message adressé aux Talibans pour leur montrer ce que sont les valeurs essentielles de l’administration Biden….

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

75
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz