Publié par Magali Marc le 12 août 2021

Le chef de la minorité du Sénat, Mitch McConnell a prouvé mardi qu’il est incapable de diriger l’opposition au programme radical des Démocrates. Avec un Sénat divisé à 50-50, le mieux qu’il ait pu faire concernant le projet de loi d’«infrastructure» de Joe Biden est une capitulation totale. Les électeurs républicains sont horrifiés par cette trahison. Le seul espoir qui reste est que des Démocrates «modérés» comme les Sénateurs Joe Manchin ou Kirsten Sinema cherchent à ménager les électeurs dans leurs États respectifs; ou que le «Squad» trouve une raison quelconque de s’opposer au projet de loi à la Chambre des Représentants.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 11 août.

***************

Dix-neuf sénateurs républicains viennent de montrer qu’ils devraient être virés par leurs électeurs

Le Sénat était saisi d’un projet de loi de 2 700 pages qui prétend allouer 1 200 milliards de dollars de fonds publics à la réparation des infrastructures américaines. Bien entendu, ce n’est pas le cas. Alors qu’une bonne partie servira à réparer les routes et les ponts, de vastes sommes d’argent seront utilisées pour une variété de projets gauchistes, y compris de grands pans du Green New Deal (le Nouveau Projet Vert des gauchistes). Un projet de loi aussi mauvais aurait dû être rejeté avec dérision par le Sénat. Au lieu de cela, non seulement tous les Démocrates ont voté en sa faveur, mais aussi 19 Républicains collabos.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Il est tout à fait certain qu’aucun sénateur démocrate et aucun des traîtres républicains n’a lu le projet de loi. Tout comme pour l’Obamacare, ils devaient d’abord l’adopter avant de voir ce qu’il contenait. Néanmoins, nous connaissons une partie du contenu du projet de loi et ce n’est pas bon.

Voici quelques exemples :

Le projet de loi entame un processus d’installation de dispositifs dans toutes les nouvelles voitures, transformant chaque voiture en un éthylotest. Il se trouve que je déteste les conducteurs ivres autant que n’importe qui, mais avoir ce degré de présence gouvernementale dans son véhicule est inquiétant.

Le projet de loi met en place un système de test qui permet au gouvernement de suivre chaque kilomètre que vous parcourez en temps réel. Ensuite, vous serez taxé sur les kilomètres. Il s’agit, bien entendu, d’une taxe régressive, car elle frappera plus durement les personnes à faible revenu que les riches.

Le projet de loi prévoit que les contribuables verseront des subventions massives pour les véhicules électriques. Les gauchistes adorent les véhicules électriques. Le problème, c’est qu’ils n’ont rien de propre ou d’écologique. Les batteries sont fabriquées à l’aide de procédés miniers polluants en Afrique et, surtout, en Chine. En d’autres termes, la Chine va contrôler un composant essentiel des voitures américaines. Lorsque les batteries meurent, elles ne peuvent pas être recyclées, elles pourrissent. De plus, notre réseau électrique n’est pas assez grand pour supporter les voitures que les écolos imaginent – et, bien sûr, le réseau n’a pas encore été renforcé. Le projet de loi prétend qu’il va étendre le réseau et le renforcer mais j’en doute.

Ensuite, il y a le fait que toutes ces voitures électriques ne font que déplacer la pollution. Vous avez toujours besoin d’énergie pour les faire rouler ; le sous-produit polluant de l’énergie n’est simplement pas émis par le véhicule.
Enfin, il y a le fait que, même avec une recharge ultra-rapide, il faut plus de 30 minutes pour «faire le plein» de ce réservoir électrique. Si vous pensiez que les files d’attente aux stations-service étaient pénibles en cas de pénurie de carburant, attendez que les gens fassent le plein de leur voiture électrique pour rentrer chez eux après le travail. Le projet de loi prévoit davantage de stations de recharge électrique mais, à raison de 30 minutes à une heure par recharge, rien ne sera jamais suffisant.

D’énormes sommes d’argent seront investies dans les transports publics, même si peu d’Américains y ont recours – et, en dehors des villes densément peuplées, ce n’est tout simplement pas un moyen de transport raisonnable pour eux. Il suffit de traverser l’Amérique en voiture (ce que les gauchistes font rarement) pour se rendre compte que les transports publics n’ont pas leur place dans les grands espaces américains.

L’activisme climatique est un élément majeur du projet de loi car il oblige les États à réduire les émissions de CO2 (dioxyde de carbone) – et à préparer des plans que le gouvernement fédéral devra approuver. Cela est coûteux, délétère pour les citoyens, et ne fait le bonheur que des personnes qui croient au mythe du changement climatique anthropique.

Preuve que personne n’a appris quoi que ce soit du projet de création d’emplois prétendument prêts à démarrer d’Obama, qui n’a été qu’un énorme gaspillage destiné à financer les entreprises donatrices du Parti Démocrate, il y a beaucoup de gaspillage dans ce projet de loi – y compris l’octroi d’un milliard environ à la commission dirigée par l’épouse de Joe Manchin. Si Joe Manchin se tenait au coin d’une rue sous un lampadaire, portant une robe décolletée et faisant des avances à des marins, nous saurions exactement comment l’appeler.

Le projet de loi introduit également un mandat contre la discrimination fondée sur «l’identité de genre» dans le cadre de l’amélioration du haut débit d’Internet. Vous pouvez prévoir qu’il y aura des dérives de ce mandat. Lorsqu’un homme barbu en robe se présentera un beau matin en tant que nounou envoyée par l’agence pour s’occuper de votre fille de cinq ans, vous feriez mieux de dire oui ou de vous préparer à être accusé de discrimination fondée sur l’identité sexuelle.

Pour couronner le tout, le projet de loi ment en ce qui a trait au financement. Le Daily Signal explique que l’argent est censé apparaître comme par magie afin d’assurer l’énorme fardeau du projet de loi sur notre dette fédérale déjà surchargée. Il n’y a pas d’argent pour payer tout cela – à moins que le gouvernement n’imprime plus d’argent, créant ainsi une inflation encore plus rapide.

Naturellement, tous les Démocrates ont voté pour cette monstruosité. Mais 19 Républicains l’ont fait aussi. Je les appelle les Républicains collabos parce qu’ils me rappellent ces Français qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont collaboré avec les nazis. Je ne traite pas les Républicains ou les Démocrates de nazis ; je qualifie simplement les Républicains de collaborateurs qui abandonnent volontiers leurs électeurs afin de rendre leur propre vie plus confortable.

Je pourrais tout aussi bien les appeler des Quisling, comme les Norvégiens qui ont collaboré avec les nazis.

Voici les noms des 19 Sénateurs Républicains collabos, qui devraient être remplacés :

  • Roy Blunt, du Missouri
  • Richard Burr, de la Caroline du Nord
  • Shelley Moore Capito, de la Virginie occidentale
  • Bill Cassidy, de la Louisiane
  • Susan Collins, du Maine
  • Kevin Cramer, du Dakota du Nord
  • Mike Crapo, de l’Idaho
  • Deb Fischer, du Nebraska
  • Lindsey Graham, de la Caroline du Sud
  • Chuck Grassley, de l’Iowa
  • John Hoeven, du Dakota du Nord
  • Mitch McConnell, du Kentucky
  • Lisa Murkowski, de l’Alaska
  • Rob Portman, de l’Ohio
  • James Risch, de l’Idaho
  • Mitt Romney, de l’Utah
  • Dan Sullivan, de l’Alaska
  • Thom Tillis, de la Caroline du Nord
  • Roger Wicker, du Mississippi

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz