Publié par Magali Marc le 25 août 2021

Le fiasco afghan de Joe Biden influence les Démocrates de la Chambre des Représentants. Certains commencent à se réveiller. Ils savent qu’une vague rouge se prépare pour les élections de mi-mandat en 2022, et ils souhaitent conserver leurs sièges. Au grand dam de Nancy Pelosi, certains ont remis en question leur appui au projet de loi budgétaire socialiste. Aux dernières nouvelles, un compromis a été accepté selon lequel le projet d’infrastructures déjà adopté par le Sénat sera examiné par la Chambre séparément du projet de 3.5 trillions, le 27 septembre. Entre-temps, Joe Biden a cédé à l’exigence des Talibans de ne pas aller au delà du 31 août, le délai d’évacuation des Américains d’Afghanistan.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Monica Showalter, paru sur le site d’American Thinker, le 24 août.

***************

L’Afghanistan bouffe l’assiette au beurre de Joe et Nancy

La nuit précédant l’effondrement de l’Afghanistan, Joe Biden, Nancy Pelosi et les leaders démocrates étaient bien à l’aise, en position de force. Leur plan de relance de 4 500 milliards de dollars était dans la poche. Ils étaient sûrs que les deux Chambres du Congrès allaient l’adopter.

Maintenant, les choses ont changé.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

La nuit dernière au Congrès (selon l’agence Associated Press, lundi le 23 août) :

« La tension est montée alors que les législateurs revenaient pour la session du soir et qu’un groupe de législateurs démocrates modérés menaçait de ne pas adopter le plan de dépenses de 3,5 trillions de dollars. Ils exigeaient que la Chambre approuve d’abord le plan de dépenses de 1 000 milliards de dollars pour des projets d’infrastructures routières, de réseaux électriques, de large bande et autres, déjà adoptés par le Sénat.
Mais alors que la soirée s’éternisait, la Chambre s’est retrouvée paralysée et les plans ont été bouleversés alors que les dirigeants et les législateurs se sont réunis en privé au Capitole pour tenter de négocier un accord.
La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a imploré les Démocrates, lors d’un caucus privé, de ne pas s’enliser et de ne pas laisser passer cette chance de tenir les promesses que M. Biden et le parti ont faites aux Américains.
»

Le projet de loi sur les « infrastructures » d’un billion de dollars, ainsi que le projet de loi de « réconciliation » de 3,5 trillions de dollars élaboré par Bernie Sanders, sont en train de s’effondrer rapidement.

L’Associated Press ne s’en cache pas.

Nancy Pelosi supplie ses propres modérés de jouer le jeu car le temps presse. Neuf Représentants démocrates se sont engagés à ne pas adopter les deux projets de loi, probablement parce qu’ils ont reçu des nouvelles de leurs électeurs. Mme Pelosi ne peut se permettre d’en perdre que trois.

Ces Démocrates semblent d’accord pour adopter le plan de relance «infrastructurel» de 1 000 milliards de dollars, mais rechignent à l’idée de joindre l’annexe de 3 500 milliards de dollars, qui n’est qu’une affaire d’assiette au beurre : éducation gratuite, Nouveau Plan Vert, amnistie pour les clandestins, trucage des élections et installation de compteurs sur les voitures afin de taxer les conducteurs en fonction de la distance qu’ils parcourent, et ce sont les contribuables ou les planches à billets qui paieront les factures.

Cette soudaine hésitation pourrait-elle être due à l’échec de Joe Biden en Afghanistan ? C’est une hypothèse qui en vaut une autre.

Personne n’aime être associé à un perdant et la popularité de Joe Biden auprès du public est en train de prendre l’eau. La ferveur des médias à son égard disparaît.

Pourquoi attacher votre nom à ce projet de loi pourri alors que les électeurs rejettent Joe Biden pour son incompétence ?

Les Démocrates récalcitrants de la Chambre des Représentants, au nombre de neuf, entendent très probablement des électeurs qui en ont assez et qui voient ce que réserve à l’économie et au mode de vie américain, ce projet de loi d’assiette au beurre, véritable missile guidé.

D’une part, le projet de loi dépensier mettrait les États-Unis en faillite à un moment où l’inflation est élevée, laissant baigner le pays dans une mer de dettes semblables à celles de l’Argentine, sans conserver des fonds à utiliser en cas d’urgence de sécurité nationale, comme l’a souligné le Sénateur Joe Manchin.

Pensez-vous que nous pourrions avoir des problèmes de sécurité nationale maintenant que des dizaines de milliers de réfugiés afghans sont accueillis sans véritable vérification de leur identité, et que la Chine et la Russie se lèchent les babines ? En outre, l’amnistie devrait encourager des millions d’autres personnes à franchir les frontières, comme s’il n’y en avait pas déjà assez avec la frontière ouverte de Joe Biden.

Ce ne sont là que quelques exemples, et le potentiel de corruption des «entreprises vertes» dans ce projet de loi ne devrait pas nous étonner.

Les Démocrates se sont montré dociles sous la coupe de Nancy Pelosi, jusqu’à la catastrophe de l’Afghanistan.
Apparemment, certains commencent à se réveiller, non pas par un soudain souci de discipline fiscale, mais plus probablement par le désir de conserver leurs sièges au Congrès. Ils savent qu’une vague rouge se prépare avec ce fiasco de l’Afghanistan et qu’elle va bientôt prendre de l’ampleur.

Les Démocrates dits modérés ressemblent maintenant à des rats, fuyant le navire en perdition, même si, pour être juste, les gros «rats» restent sur le pont.

Nancy Pelosi organise des collectes de fonds où seuls les domestiques à la peau sombre portent des masques, dans le comté de Napa, en Californie.

Du côté du Sénat, Chuck Schumer fait quelques pas de danse maladroits sur une musique «gangsta rap» avec Stephen Colbert dans Central Park à New York, tous deux s’amusant pendant que l’Afghanistan brûle.

Il semble que la réalité est en train de rattraper Joe Biden et Nancy Pelosi, qui ne cessent de nous dire que tout va bien en Afghanistan et que Joe est un héros.

Les Talibans ont comme effet de clarifier les choses pour les électeurs.

Le projet de loi sur les réalisations de Joe est en train de tomber en pièces.

Le désastre afghan est en train de bouffer l’assiette au beurre de Joe et Nancy.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source :

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz