Publié par Magali Marc le 6 août 2021

Pour les lecteurs de Dreuz, particulièrement ceux qui ont réagi à mon dernier article concernant la défaite quasi inévitable des Démocrates lors des élections de mi-mandat en novembre 2022, j’ai décidé de traduire un article de Tom Keltner en dépit du fait qu’il ait été publié sur le site d‘American Thinker, le 2 janvier dernier. L’auteur explique comment il était plus facile pour les Démocrates d’empêcher la réélection de Donald Trump que de frauder au niveau des deux Chambres. Il propose une stratégie pour corriger le tir que Donald Trump et ses alliés ont déjà mise en marche.

****************

Comment stopper les Démocrates

L’élection présidentielle, bien que la plus importante, n’a été que l’une des 469 élections qui ont eu lieu le 3 novembre 2020. Il y a eu 435 élections pour la Chambre des Représentants et 33 élections au niveau du Sénat.

Il semble qu’il n’y ait eu des fraudes et des inexactitudes que dans les limites de variation normale pour la majeure partie de ces 468 élections.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Tenter de frauder les élections au niveau des deux Chambres était quasi impossible. En revanche, les résultats légitimes des élections à ce niveau reflètent le véritable statut des résultats frauduleux au niveau présidentiel.

Il était certainement plus facile de corrompre l’élection présidentielle que les 468 autres, étant donné la possibilité de cibler, de planifier et d’exécuter la fraude pendant de nombreux mois, grâce à la pandémie du coronavirus, et en se concentrant uniquement sur les États charnière pour réussir.

Les Démocrates ne manquent jamais de tirer profit d’une crise et ils l’ont fait avec le coronavirus, le vote par correspondance et la corruption des logiciels.

Pourront-ils voler les deux élections en Géorgie ? C’est possible. Ils pourront se concentrer sur ces deux élections seulement et tenter de commettre davantage de fraudes et de corruption – mais seulement grâce à leur capacité à se concentrer sur ces élections et rien d’autre, comme ils l’ont fait pour l’élection présidentielle de 2020 ( NdT: en effet, les deux candidats démocrates ont été élus alors que l’élection partielle de Géorgie n’a été tenue que parce que les candidats républicains avaient une majorité insuffisante selon les règles électorales géorgiennes) .

Quand on examine les résultats des 468 élections de 2020 autres que l’élection présidentielle et leurs implications possibles, on constate que :

À la Chambre des Représentants – 14 ou 15 Républicains élus de plus, ont réduit l’avantage des Démocrates de 37 sièges à 11 ou 9 sièges.

Au Sénat – Les Démocrates ont remporté 3 sièges supplémentaires (pour un total de 50/50) ce qui permet d’obtenir un bris d’égalité avec le vote de la vice-présidence, mais n’autorise aucune défection de Sénateurs Démocrates sur une éventuelle législation.

Bien sûr, l’unité des Républicains n’est pas toujours assurée (à cause des RINOS anti-Trump).

Le meilleur scénario pour les Démocrates à la Chambre et au Sénat est le contrôle des Démocrates qui, s’ils demeurent solidaires, leur permettraient de faire passer tout ce qu’ils veulent : augmentation des impôts, «paquetage» de la Cour suprême, suppression du filibuster, ajout d’États.

Mais même les Démocrates les moins intelligents savent que leur position sera précaire en 2022 s’ils adoptent une approche agressive. Ils devront affronter un sentiment public négatif et se résoudre à une capacité très limitée de frauder lors des élections de mi-mandat de 2022 afin d’atténuer leurs pertes éventuelles lors des 468 élections.

Avec des marges aussi minces à la Chambre et au Sénat, il serait peut-être sage de se montrer prudents. ( NdT: on sait que ce n’est pas ce qu’ont fait Nancy Pelosi et Chuck Schummer qui ont peut-être ruiné les chances de réélection en 2022 de nombreux Démocrates vulnérables).

À la Maison Blanche, comment Joe et Jill Biden vont-ils être perçus au cours des deux prochaines années ? Même les médias de masse complices pourraient ne pas être en mesure de garder le voile de crédibilité sur Joe Biden pendant 24 mois. (NdT: C’est ce qui s’est produit).

Imaginez alors qu’un énorme scandale concernant Hunter Biden, éclate et finisse par pénétrer les médias de masse et menacer le résident de la Maison Blanche. De plus, il semble qu’un nombre croissant de médias conservateurs remettent en question les médias de masse complices des Démocrates. Ensuite, il y aura Donald Trump qui organisera des rassemblements périodiques très fréquentés pour influencer le narratif. ( NdT: Cela s’est bien produit)

Le rouleau compresseur des Démocrates lors des élections de mi-mandat en 2022 sera encore plus limité par la domination des législatures républicaines dans tout le pays et par les conséquences du redécoupage électoral.
(…)

Mais dans quelles conditions pouvez-vous rédiger, examiner et adopter une législation unilatérale ayant un impact, alors que de nombreux législateurs démocrates se sentent surveillés et que Joe Biden risque d’être exposé ? À moins que les Démocrates ne commettent un suicide politique en 2022 et ouvrent une large porte à la prochaine administration républicaine, ils ne feront pas grand-chose.

Les Démocrates feront-ils des dégâts avant les élections de mi-mandat de 2022 ? Bien sûr. Joe Biden fera-t-il des dégâts avant les élections de mi-mandat de 2022 ? C’est certain. Ces dommages seront-ils irréparables ? Probablement pas.

Pour en revenir à la fraude électorale, et l’élection présidentielle étant le principal facteur de risque, il existe une fenêtre de quatre ans pour mettre en place les conditions permettant de ramener les fraudes et les inexactitudes à des niveaux nominaux.

Qui en porte la responsabilité ?

Il semble y avoir suffisamment d’informations sur les irrégularités, les problèmes de logiciels, les problèmes de vote par correspondance et les problèmes de vérification des identités pour que les bonnes personnes fassent ce qu’il faut pour maîtriser la situation.

Mais qui sont ces personnes ?

Les remèdes recherchés par l’équipe de Donald Trump et ses alliés afin de récupérer l’élection présidentielle de 2020 par le biais de litiges étaient condamnés dès le départ, même avec des déclarations sous serment et des preuves convaincantes. Le cheval était déjà sorti de l’étable et il n’appartenait pas au système judiciaire, y compris à la Cour suprême, de le remettre en place. Les recours juridiques demandés, à savoir l’annulation de résultats sans avoir le nombre précis de faux votes donnant un résultat différent, ne seront pas examinés par les tribunaux. Cela nécessiterait de jeter les votes légitimes, ou le bébé avec l’eau du bain. Cela n’arrivera pas. ( NdT: en effet, les audits prouvent les fraudes mais ne reportent pas Donald Trump à la Maison Blanche).

La prévention des fraudes

Au cours des quatre prochaines années, la responsabilité d’empêcher les fraudes électorales incombe principalement aux assemblées législatives des États.

À l’heure actuelle, les Républicains détiennent la majorité à la Chambre et au Sénat dans les États suivants : Alabama, Arizona, Arkansas, Floride, Géorgie, Idaho, Indiana, Iowa, Kansas, Kentucky, Louisiane, Michigan, Minnesota, Mississippi, Missouri, Montana, Nebraska, New Hampshire, Caroline du Nord, Dakota du Nord, Ohio, Oklahoma, Pennsylvanie, Caroline du Sud, Dakota du Sud, Tennessee, Texas, Utah, Virginie occidentale, Wisconsin, Wyoming.

Cela fait 31 États qui n’auront qu’eux à blâmer s’ils laissent faire les procédures électorales frauduleuses qui sont la responsabilité de ces législatures républicaines, y compris les États charnière de l’Arizona, la Floride, la Géorgie, le Michigan, le Minnesota, le New Hampshire, la Caroline du Nord, l’Ohio et la Pennsylvanie.

Ces législatures ont quatre ans pour se mettre d’accord et adopter des procédures, des pratiques et des outils de vote appropriés qui permettront d’éviter que la fraude électorale de 2020 ne se répète au niveau présidentiel en 2024.

Ce n’est pas à la Cour suprême, à la Chambre des Représentants ou au Sénat américain qu’il appartient de corriger le tir, mais aux assemblées législatives des États, qui sont en mesure de s’occuper de la question.

Il va falloir que les Républicains se transforment de gentils petits minous en lions rugissants.

Alors, que faisons-nous tous en attendant ?

Tout d’abord, nous devons reconnaître l’importance et la légitimité probable des prochaines élections de mi-mandat de 2022 et l’importance qu’elles revêtent pour bloquer l’agenda démocrate. Oubliez le boycott, sortez et votez.

Il faut faire pression sur les assemblées législatives des États au cours des quatre prochaines années pour qu’elles adoptent les réglementations électorales nécessaires (identification des électeurs, vote par correspondance limité, bulletins de vote en papier, interaction logicielle limitée, etc.) afin de garantir une élection présidentielle équitable en 2024.

(…) Souffrira-t-on peut-être pendant quatre ans du même dégoût que celui que nous avons connu pendant les 20 ans des présidents Carter, Clinton et Obama ? Oui. Beaucoup d’entre nous ont vécu tout cela. Telle est la nature des choses lorsque votre parti est minoritaire, que ce soit légitimement ou non.

Notre pays survivra-t-il à ce dernier revers et continuera-t-il à connaître l’alternance du pouvoir ?
Oui, si nous restons forts et si les assemblées législatives des États républicains se battent avec énergie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Americanthinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading