Publié par Manuel Gomez le 10 août 2021

Préambule : le COVID revenant constamment dans l’Actualité en tête des nouvelles importantes, Dreuz ne peut pas éviter de couvrir le sujet. Concernant les informations, Dreuz affiche sa neutralité et ne publie que celles provenant de sources fiables et réputées. A l’inverse, les articles d’opinion reflètent le point de vue des auteurs de Dreuz et non celui de la rédaction.

Le « Pass sanitaire » c’est bien, la vaccination c’est bien (Même obligatoire, si nécessaire !) les contrôles et les test c’est bien (surtout si les tests sont payants, par exemple entre 90 et 120 euros en Espagne.

Il est vrai qu’il n’y a aucune raison valable pour que nous, les vaccinés, payons le déficit de la « Sécu », plus de 5 milliards, à la place des réfractaires qui refusent cette « obligation qui devrait être volontaire ») tout cela est bien, mais qui contrôle les migrants clandestins qui échappent à l’internement et aux contrôles des autorités et pénètrent en France par milliers, en provenance directe des côtes algériennes, via l’Espagne, et tunisiennes, via l’Italie et, pour une grande majorité, contaminés par le « Covid » dans leurs pays d’origines où, malheureusement, ils sont dans l’impossibilité d’être soignés, depuis que la « colonisation » n’est plus présente pour s’occuper d’eux  ? 

Ne nous accusez pas de chercher à créer une psychose européenne, voir mondiale, mais bien au contraire, vous devez considérer qu’il s’agit d’une mise en garde préventive absolument nécessaire puisque les « contrôles sanitaires » officiels sont aujourd’hui contournés par une immigration illégale et incontrôlée. 

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Il est indéniable que les cas de tuberculose, de gale, de teigne et de prolifération des poux, se sont multipliés depuis quelques années et cela est constaté par les services officiels aussi bien en Italie, en Allemagne, en Espagne, en Suisse, en France, etc. le nier serait mentir aux populations. 

Ces maladies infectieuses se propagent à grande vitesse, notamment la « gale », très contagieuse et impossible à éradiquer dans les conditions actuelles de haute promiscuité. 

Elle existait déjà à Calais et elle existe actuellement à Paris et dans toutes les villes de concentration de « migrants ». 

Le risque sera autrement plus élevé si un jour prochain cela concerne des épidémies mortelles, tels la peste, le sida et des virus encore inconnus ou incontrôlables, tel celui baptisé « Ebola », qui refait des apparitions saisonnières notamment en République Démocratique du Congo où une centaine de cas avaient été signalés il y a quelques mois. 

Apparu en décembre 2013, dans le sud-est de l’Afrique de l’ouest, en Guinée tout d’abord avant de s’étendre au Mali, au Sénégal, puis au Nigeria, etc. 28.000 cas avaient été diagnostiqués entrainant plus de 12.000 décès et une dizaine de milliers de survivants avec séquelle, dont les risques de résurgence perdurent puisque ce virus peut demeurer plus d’une année dans l’organisme des survivants rétablis ! 

Quelques rares cas, malgré le « cordon sanitaire », avaient été signalés même aux USA, en Angleterre, en Espagne et en Italie, dans une moindre mesure. 

L’OMS avait qualifié l’épidémie « D’urgence de santé publique de portée mondiale » et pour plusieurs chefs d’Etat occidentaux, l’épidémie représentait « La plus grave urgence sanitaire de ces dernières années » 

Si l’Afrique sub-Saharienne représente le plus grave danger, il est nécessaire de rappeler que de très nombreux migrants illégaux sont originaires de l’Afrique du Nord qui a connu, hélas ! de nombreuses épidémies au cours des décennies passées (Peste au Maroc et à Oran, Typhus et choléra en Algérie, etc.) 

D’ailleurs l’Algérie, par la voix de l’Institut Pasteur algérien, avait signalé un nouveau démarrage de « choléra », plus d’une centaine de cas, il y a quelques mois, qui, déjà, affolaient les services sanitaires du pays, si l’on en croit la presse nationale (Source : médias algériens). 

Parmi ces dizaines de milliers de « migrants » qui débarquent sur nos côtes européennes et pour le plus grand nombre actuellement en Espagne et en Italie, originaires justement du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie et de l’Afrique sub-Saharienne, sans aucun « cordon sanitaire », qui peut assurer que certains n’y introduisent pas l’un de ces maux, le sachant ou l’ignorant ? 

Quel humain se supposant atteint par l’un de ces maux et promis à une mort certaine ne chercherait pas par tous les moyens à quitter son pays d’origine pour rejoindre un pays plus à même de le soigner, voir même de le guérir ? 

Un « cordon sanitaire » devrait être installé dans tous les lieux de débarquement désignés de « migrants » illégaux et même à bord des navires des ONG, complices ou non. J’espère que cela est le cas ! 

Pour les milliers d’illégaux débarquant sur des plages et des côtes non surveillées, et donc non contrôlées, nous sommes à la merci de ce danger de contagion ! Il nous faut en prendre conscience puisque nos gouvernements ne prennent aucune mesure afin de les stopper !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

35
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz