Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 août 2021

Il existe plusieurs façons de regarder le pass sanitaire.

  • Façon Emmanuel Macron : « c’est cela ou la fermeture du pays ».

« La liberté n’existe au sein d’une nation qu’en tant qu’elle tient et respecte la liberté de tous, qu’elle permet de protéger le collectif de la nation », a déclaré Macron mardi 17 août, à Bormes-les-Mimosas. 

  • Façon gouverneur de Floride, Ron DeSantis, qui a signé le 4 mai 2021, une loi interdisant aux entreprises privées, aux écoles et aux administrations publiques d’exiger des citoyens qu’ils présentent la preuve qu’ils se sont fait vacciner, interdisant donc le passeport vaccinal.

« En Floride, votre choix personnel concernant les vaccinations sera protégé, et aucune entreprise ou entité gouvernementale ne pourra vous refuser des services en fonction de votre décision », a déclaré DeSantis.

  • Façon Jean-Patrick Grumberg : Il existe, parmi les gens favorables au pass, et parmi les gens qui y sont opposés, des gens parfaitement raisonnables. Il existe de solides arguments de part et d’autre. Comme tout dans la vie, rien n’est tout blanc ou tout noir.

Il y a une semaine, une amie japonaise qui pratique une méthode de massage facial issue de son pays, m’a expliqué que l’institut où elle travaille vient de limiter l’entrée aux seuls clients et employés qui ont le passeport vaccinal.

Je lui ai demandé comment elle prenait ça. Elle m’a répondu : « j’ai dit au directeur : “Il était temps, vous auriez pu le faire plus tôt” ». Vous vous doutez bien que sa réponse m’a pris de court et presque choqué, et c’est ce qui m’a inspiré cet article.

Floride, paradis de la liberté

Le gouverneur de Floride est ce qu’on appelle en français, un ultra-libéral. Les gens ne connaissent plus le sens du mot libéral, et l’emploient en dépit du bon sens, même pour décrire la politique du président socialiste français !

DeSantis s’est tellement engagé contre toute restriction autour du COVID, qu’il les a fait graver dans la loi, et pas seulement dans une réglementation.

En Floride, il est interdit d’obliger les gens à porter le masque. Il est interdit d’obliger, directement ou par voies détournées, de se faire vacciner. Il est interdit d’exiger de présenter un pass sanitaire, et aucun confinement n’est imposé.

Je parie que ça vous tente, ce genre de politique sanitaire, et que vous vous dites que si vous pouviez, vous iriez vivre dans ce paradis de liberté.

Mais attendez un peu…

La Floride, paradis de la liberté, oui, mais

En Floride, l’Etat n’a pas de Sécurité sociale. Pas de système de retraite. Pas de protection de l’emploi. Presque pas de compensation si vous êtes au chômage, et il n’y a pas de lois pour protéger les locataires contre les évictions, comme en France.

La Floride protège votre liberté concernant la pandémie, mais elle ne s’arrête pas à la pandémie.

  • Comme vous êtes libre, l’Etat ne prend pas une partie de votre argent pour vous assurer : c’est votre liberté de vous assurer pour votre santé, ou pas, auprès de l’assureur de votre choix.
  • Comme vous êtes libre, l’Etat ne prélève pas de l’argent sur votre salaire pour constituer votre retraite. C’est vous, et vous seul, qui décidez si vous voulez vous constituer une retraite, et de quelle façon vous voulez le faire.
  • Comme vous êtes libre, si vous êtes un employeur, et qu’un employé a une tête qui ne vous revient pas, vous pouvez le saquer. Si vous êtes salarié, et que votre employeur décide de se séparer de vous, pour quelque raison que ce soit, ou aucune raison, il vous donne congé, et vous devez partir, rapidement. Et ne comptez pas trop sur une indemnité chômage : le montant est minuscule, et limité à quelques mois : votre liberté impose que vous vous preniez en main, et ma liberté est que je n’ai pas à financer votre chômage.
  • Si vous ne payez pas votre loyer le 1er du mois, votre propriétaire peut résilier votre bail et engager les procédures pour vous mettre dehors. La règle est simple : si vous êtes propriétaire, plus vous attendez, plus vous aller perdre d’argent, alors agissez immédiatement quand votre locataire ne paye pas.

Je repose ma question : seriez-vous prêt à ce genre de liberté, en échange de laquelle vous n’auriez pas de pass sanitaire ?

Passe sanitaire pour les nuls

  • Le passe sanitaire n’est pas nécessaire pour prendre le métro. 16 millions de personnes chaque jour se mélangent sans limitation, mais en sortant du métro, si vous allez au bistro sans pass, où sont assis trois pelés et quatre tondus, vous mettez la France en danger. Il y a non seulement des imbéciles pour avoir concocté ça, mais aussi des caves pour avoir validé leurs stupidités.
  • Les lieux de cultes sont une autre exception à l’utilisation du pass. Pourquoi je le mentionne ? Parce que l’an dernier, pendant le confinement, plusieurs Etats américains ont interdit l’accès aux lieux de culte tout en autorisant l’entrée dans les supermarchés, au point qu’un pasteur a appelé ses fidèles à se réunir dans une grande surface pour faire la messe. Quelle est la logique ? Qui a raison ?
  • Le corps enseignant est dispensé de passe sanitaire et de vaccin. Un prof d’université peut donc faire son cours à ses étudiants, mais il ne peut pas traverser la rue et aller au café discuter avec eux après le cours. C’est lumineux.
  • Selon le ministre de la Santé Olivier Véran – ce qui montre que dans son administration, ceux qui prennent les décisions à sa place savent lire les statistiques, le coronavirus a de faibles risques sur les enfants. Mais il dit aux parents de les faire vacciner. Pour protéger ceux qui ne veulent pas se protéger. Cartésien.
  • Tout est question de timing : il y a quelques semaines, le président français affirmait que les « lieux de vie » (quel mot ampoulé pour désigner tout sauf les cimetières) resteraient ouverts à tous. Des abrutis l’ont cru. Ils ne se sont pas fait vacciner. Ils ont été piégés : trois semaines plus tard, Macron boucle tout, et c’est trop tard pour prendre rendez-vous – ça prend au moins trois semaines parce que Macron ne sait pas organiser son pays et l’ADN des fonctionnaires français, c’est l’immobilisme. De plus, il faut trois semaines entre les deux vaccins. Quel président !
  • Transformer les cafetiers et les restaurateurs en police sanitaire, c’est déjà magnifique. En faire des agents de l’Etat qui n’ont pas le droit de vérifier l’identité des gens – seulement le pass – qui n’ont aucune autorité, aucun droit et aucun moyen de bloquer l’accès d’un client agressif, c’est du grand art.
  • Des policiers non vaccinés doivent entrer dans des lieux réservés aux vaccinés pour s’assurer que les gens non vaccinés ne sont pas entrés. Elle est pas belle celle-là ?
  • Enfin, comment convaincre que la France affronte un pressant danger, si vous considérez, monsieur le président, que les clandestins et les migrants illégaux non-vaccinés, non-testés, non-masqués, ne représentent pas de danger sanitaire et doivent être acceptés sur le sol français. Le coronavirus n’atteint que les Français ? Il faut un passe, mais pas un passeport ?

Conclusion

Vous êtes sûr que votre objectif n’est que de contenir la pandémie, monsieur le président Macron ?

Je n’ai pas abordé l’aspect discriminatoire. Pourquoi ? Mes lecteurs citent constamment cette observation de De Gaulle, disant que les Français sont des veaux. Je ne le crois pas. Mais admettons que je me trompe, et que mes lecteurs aient raison, quelle mesure serait la mieux adaptée, avec des veaux ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

74
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz