Publié par Bernard Martoia le 5 août 2021

Préambule : le COVID revenant constamment dans l’Actualité en tête des nouvelles importantes, Dreuz ne peut pas éviter de couvrir le sujet. Concernant les informations, Dreuz affiche sa neutralité et ne publie que celles provenant de sources fiables et réputées. A l’inverse, les articles d’opinion reflètent le point de vue des auteurs de Dreuz et non celui de la rédaction.

Steve McCann «Why I refuse to be vaccinated», sur le site American Thinker.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

On m’a vilipendé pour avoir refusé de me faire piquer avec un vaccin expérimental. On m’a dit que je faisais partie des pires personnes de la planète car ce refus mettait un nombre démesuré de personnes en danger de mort quasi certaine.

Que c’est mon devoir civique et mon obligation d’être emporté par l’hystérie et de marcher docilement au pas cadencé avec tout ce que les bureaucrates omniscients du gouvernement nous disent de faire. Que je dois sacrifier mes choix personnels et ma liberté au profit de la collectivité. Qu’en fait, le choix de se faire vacciner et de porter un masque est l’expression de la liberté d’être un citoyen moral et de protéger sa famille, sa communauté et son pays. Joe Biden m’a dit que je n’étais pas patriote et que je suis stupide de ne pas être vacciné et de ne pas croire à son credo : « Vous n’allez pas attraper le Covid si vous avez ces vaccins ». [C’est un mensonge éhonté !]

J’ai presque 80 ans. Au cours de ma vie, j’ai été exposé à des personnes dans des camps de réfugiés souffrant de tuberculose, de choléra, d’hépatite B et de diphtérie et, après mon arrivée aux États-Unis, de la poliomyélite. J’ai réussi à traverser la pandémie de la grippe asiatique en 1957-1958, la pandémie de la grippe de Hong Kong en 1968-1969, la pandémie du VIH/sida dans les années 1980 et la pandémie de la grippe porcine en 2009-2010.

Je suis donc bien conscient des risques et des réalités médicales, en particulier lorsqu’il s’agit de ma santé. J’ai été vacciné contre la tuberculose, la diphtérie, la variole, la polio et la grippe annuelle. On m’a informé de manière fiable que j’ai un système immunitaire très robuste et, heureusement, je n’ai jamais été gravement malade à cause d’une infection virale ou bactérienne.

J’ai fait des recherches, à partir de sources non gouvernementales crédibles, sur l’évolution et le développement des vaccins à ARNm (Pfizer et Moderna), leurs effets secondaires possibles et le processus d’approbation. Après avoir pris en compte les inconnues à court et à long terme d’un nouveau type de vaccin contenant un virus atténué basé sur le code génétique du Covid-19 fourni par la Chine, ainsi que les réalités des infections liées au Covid, j’ai conclu que je n’étais pas disposé à courir le risque de compromettre un système immunitaire qui m’a maintenu en bonne santé pendant près de huit décennies.

Mes antécédents médicaux et les décisions qui en découlent en matière de santé me sont propres. Chaque personne aux États-Unis a des antécédents médicaux qui lui sont propres et, selon les circonstances, l’hérédité et l’accès antérieur aux médicaments, un système immunitaire capable ou non de repousser diverses maladies.

Un vaccin unique, en particulier un vaccin approuvé dans l’urgence et dont les effets secondaires à court et à long terme sont inconnus, doit permettre aux citoyens d’évaluer eux-mêmes les risques

Au lieu de cela, ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner sont traités de tous les noms et sont menacés, intimidés et contraints par des politiciens et des bureaucrates gouvernementaux. En outre, les vaccins sont imposés comme condition d’emploi dans de nombreuses entreprises privées et au sein du gouvernement fédéral, sous la direction de l’administration Biden.

Certains tentent de comparer l’approbation par la Cour suprême de la vaccination antivariolique imposée par certains États en réponse à une épidémie virulente au début du 20e siècle à une justification légale de l’imposition de facto des vaccins Covid.

Mais les différences ne pourraient pas être plus marquées. Près de 30 000 personnes sur 100 000 ayant contracté la variole en sont mortes. Moins de 110 sur 100 000 de ceux qui ont contracté le Covid-19 sont morts du Covid-19. De plus, le vaccin antivariolique avait été développé avant 1900 et ses avantages et effets secondaires étaient bien connus.

Pour confirmer que les vaccins Covid ont été approuvés sans que les effets à court ou long terme aient été évalués, le professeur Luc Montagnier, virologue français et lauréat du prix Nobel, a prédit en mai dernier les conséquences possibles des vaccinations de masse. Il a déclaré :

Les vaccinations de masse sont une erreur scientifique aussi bien qu’une erreur médicale. C’est une erreur inacceptable. Les livres d’histoire le montreront car c’est la vaccination qui crée les variants.
…il y a des anticorps créés par le vaccin qui obligent le virus à trouver une autre solution ou à mourir. [C’est ainsi que les variants tels que le Delta sont créés] Ces variants sont une production et un résultat de la vaccination
.

Tous les pays qui ont encouragé la vaccination de masse ont connu une augmentation considérable des cas de Covid, ainsi qu’une augmentation des hospitalisations et des taux de mortalité chez les personnes vaccinées et non vaccinées à cause de ces variants [NDLR Aucune donnée fiable ne confirme ces affirmations, les pays très tôt vaccinés comme Israël ont un taux de mortalité faible, et il n’existe aucune relation de cause à effet entre la vaccination et l’augmentation du nombre de cas de COVID]. Heureusement, les variants à ce jour, bien que très contagieux, ne semblent pas provoquer le même taux d’hospitalisation et de mortalité que le virus lui-même.

Mais cela n’empêche pas les démocrates d’inspiration marxiste et l’administration Biden d’utiliser la croissance des cas pour menacer à nouveau de vaccinations obligatoires, de mandats de masques et de confinements potentiels, conformément à la stratégie mise en place au début de la pandémie pour dépouiller les Américains de leurs droits et transformer la populace en une population qui acquiescera docilement à tous les édits spécieux du gouvernement.

Il m’est apparu clairement, en mars 2020, que le coronavirus chinois serait utilisé pour faire battre le président Trump aux élections de 2020 et lancer la création d’une version américaine hybride d’un État policier. Et que tous les édits des politiciens étaient politiquement motivés.

En outre, les approbations ou désapprobations de médicaments, comme dans le cas de l’Ivermectin et de l’Hydroxychloroquine, émanant de la bureaucratie médicale fédérale dominée par le parti démocrate, devaient également être considérées à travers le prisme des motivations politiques et financières.

La liberté individuelle est une denrée de plus en plus rare dans le monde d’aujourd’hui

Elle est assiégée partout et maintenant dans le seul pays qui incarnait autrefois la liberté. Décider en toute connaissance de cause de se faire vacciner ou non fait partie intégrante de la plus fondamentale de toutes les libertés.

Les marxistes américains qui contrôlent actuellement le parti démocrate et une myriade d’institutions estiment que non seulement les programmes de santé publique, mais aussi toutes les politiques publiques doivent être fondées sur la force et la coercition. En forçant les citoyens américains à compromettre leurs droits par des faux-fuyants et en appliquant des décrets malavisés, toute la structure de la liberté individuelle est érodée et la confiance dans le gouvernement est compromise de façon permanente.

Ces collectivistes ne comprennent pas que la protection des droits constitutionnels encourage la solidarité. La moitié des gens fait confiance aux fonctionnaires pour protéger leur liberté individuelle. Mais si la confiance disparaît, les fonctionnaires ne seront pas en mesure de persuader le public de prendre les précautions les plus raisonnables lors de futures urgences.

La santé publique du 21e siècle dépend d’une bonne science, d’une bonne communication et de la confiance dans les responsables publics pour dire la vérité.

En refusant de succomber à la pression pour se faire vacciner contre le Covid, ces Américains disent aux responsables gouvernementaux que la préservation de la santé publique au XXIe siècle passe par le respect de la liberté individuelle.

Commentaire

  • Le professeur Luc Montagnier a démontré avec le bio-mathématicien Jean-Claude Perez que le covid a été fabriqué dans le laboratoire de Wuhan.

    Il a prédit que la structure complexe de l’ADN du covid allait se désintégrer au fil du temps car la nature rejette les corps étrangers.
  • Le professeur Didier Raoult ne croit pas que le covid ait été bricolé dans un laboratoire chinois. Néanmoins, il rejoint Luc Montagnier en ce qui concerne la moindre létalité des variants dans sa dernière émission enregistrée.
  • Bill Gates, premier sponsor de l’Organisation mondiale de la santé, veut lutter contre la surpopulation qui menace la planète. Il est un fervent défenseur de la vaccination.

Comme Steve McCann, je refuse de me faire vacciner pour les mêmes raisons.

Si je contracte le covid, je voudrais être traité avec le plaquénil dont la boîte de 30 comprimés ne coûte que 5 € mais le gouvernement français a interdit la vente de ce générique dans toutes les pharmacies.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Bernard Martoia pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.




48
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz