Publié par Gaia - Dreuz le 23 août 2021

Source : Lesobservateurs

« C’est dur pour le monde d’imaginer ce que nous avons construit au cours des vingt dernières années. Nous avons construit des rêves. Qui sont maintenant partis en fumée. Tout est fini pour nous. Les femmes qui travaillent pour le gouvernement ou la police ont été chassées et menacées avant même que les talibans ne prennent le pouvoir », a déclaré Khatera au journal indien News 18. « Maintenant, l’inquiétude ne se limite plus au travail des femmes. À ce stade, j’ai peur pour la vie même de ces femmes. Ils ne se contentent pas de tuer des femmes. Ils font en sorte que des animaux viennent ensuite dévorer leurs corps. Les talibans sont une tache sur l’islam. »

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

« Ils commencent par nous torturer [les femmes], puis ils jettent nos corps pour les montrer comme un exemple de punition. Parfois, ils donnent nos corps à manger aux chiens. J’ai eu de la chance d’y échapper », a-t-elle dit. « Il faut avoir vécu en Afghanistan sous les talibans pour imaginer l’enfer qui s’est abattu sur les femmes, les enfants et les minorités du pays. »

« Aux yeux des talibans, les femmes ne sont pas des êtres humains, mais juste de la viande bonne à battre. »

Trois talibans ont tiré huit fois sur Khatera, 33 ans, dans le torse, alors qu’elle rentrait chez elle après le travail, puis ils lui ont sorti les yeux des orbites avec un couteau après qu’elle eut perdu connaissance, en octobre 2020, selon le journal indien News 18. La victime, qui avait travaillé auparavant pour la police, était enceinte de deux mois.

Le propre père de Khatera, un ancien taliban, est soupçonné d’avoir comploté cet attaque après avoir appris que sa fille travaillait.

Après avoir pris Kaboul dimanche, les talibans ont promis de nommer des femmes à des postes gouvernementaux, mais ils veulent interdire aux femmes de recevoir une éducation après l’âge de 12 ans et de travailler.

Sous l’ancien régime taliban (1996-2001), les femmes devaient porter la (voile intégral) burqa pour se couvrir le visage, être accompagnées d’un homme de leur famille pour sortir de la maisons et n’avaient pas le droit de recevoir une éducation. Il leur était interdit de regarder la télévision ou d’écouter de la musique, selon l’Associated Press.

Des proches de Khatera l’ont informée que de nombreuses familles avaient brûlé les certificats d’études des femmes « pour les protéger des talibans ».

Depuis l’attaque, Khatera vit avec son mari et son enfant à Delhi, où elle continue de suivre un traitement.
Elle déclare que des femmes meurent à cause des talibans pour avoir désobéi à leurs règles ou aussi faute d’avoir reçu des soins médicaux de base.

« Les talibans interdisent aux femmes de consulter des médecins hommes et, en même temps, ne les laissent ni étudier ni travailler. Alors, que reste-t-il à une femme ? La mort ? Même s’ils ne voient en nous que des machines à reproduire, il n’y a pas de bon sens, mais de la pure haine. Comment une femme peut-elle accoucher conformément aux diktats des talibans ? »

« Pas une seule personne ayant survécu aux talibans ne croirait cela une seconde. Et l’Afghanistan, ce n’est pas seulement Kaboul. Les zones rurales seront détruites. L’ampleur du zulm (oppression) et de la cruauté qui s’abattra sur les femmes, vous ne pouvez pas l’imaginer. »

Zarifa Ghafari, la première femme maire d’Afghanistan, a déclaré dimanche qu’elle attendait que les talibans viennent la tuer.

« Je suis assise ici à les attendre qu’ils viennent », a-t-elle dit. « Il n’y a personne pour m’aider ni aider mes proches. Je suis juste assise ici avec ma famille et mon mari. Et ils viendront pour les gens comme moi et me tueront. »

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

39
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz