Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 septembre 2021
Linda Many Guns, PHD, est la vice-présidente associée de l’indigénisation et de la décolonisation à l’UMA.

La capitalisation des mots est une oppression. Le département de l’université Mount Royal utilisera désormais uniquement les lettres minuscules.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Le département d’études indigènes d’une université canadienne n’utilisera plus de majuscules, sauf pour reconnaître la lutte des indigènes pour la reconnaissance. L’université a déclaré qu’elle « soutient pleinement » la nouvelle politique du département.

La vice-présidente associée de l’indigénisation et de la décolonisation, Linda Many Guns, a écrit dans un communiqué :

« Nous nous joignons à des leaders comme e. e. cummings, bell hooks et peter kulchyski, qui rejettent les symboles de la hiérarchie où qu’ils se trouvent et n’utilisent pas de majuscules, sauf pour reconnaître la lutte des indigènes pour leur reconnaissance. »

La déclaration poursuit :

« nous résistons à la reconnaissance des structures de pouvoir qui oppriment, et nous rejoignons le mouvement qui n’utilise pas de majuscules. le bureau de l’indigénisation et de la décolonisation soutient les actes qui mettent l’accent sur l’inclusion et qui soutiennent le droit de tous à l’inclusion positive et au changement. »

Linda Many Guns explique ainsi son raisonnement de folle :

« quand nous mettons la majuscule à l’Angleterre, au Canada, aux gouvernements provinciaux, ce sont les entités qui ont essayé de nous effacer, c’est la pensée et la pratique coloniales. En supprimant la majuscule, nous supprimons notre reconnaissance de leur pouvoir, pour arriver à un état d’égalité, afin de faire prendre conscience et reconnaître la force coloniale qui a animé et façonné les esprits de la société canadienne », a déclaré Many Guns.

« il s’agit de faire sursauter, pour faire prendre conscience des choses que nous tenons pour acquises sans réfléchir », a-t-elle poursuivi.

« nous devons être plus conscients de la façon dont nous suivons inconsciemment les normes sociales et les remettons en question. »

Wyatt Claypool, président du club des conservateurs du campus de l’UFM, a déclaré que cette démarche était « délibérément source de division. »

« Many Guns joue une politique identitaire et implique que l’institution pour laquelle elle travaille est raciste », a déclaré Claypool.

« Je peux garantir qu’adopter les pratiques d’une féministe radicale comme Bell Hooks n’est pas la solution au problème perçu. »

« L’Université Mount Royal est engagée dans l’indigénisation et la décolonisation, et dans les appels à l’action contenus dans le rapport final de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada », a déclaré un porte-parole de l’université.

« Nous soutenons pleinement le Dr Linda Many guns et le bureau de l’indigénisation et de la décolonisation alors qu’ils s’engagent dans cet important travail sur notre campus et au-delà. »

Débiles gauchistes. « Les cons de l’année prochaine sont déjà » là disait Coluche – qui serait contraint au silence, s’il était encore en vie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez vous à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

  • https://www.mtroyal.ca/AboutMountRoyal/MediaRoom/Perspectives/2021/08/lower-case-as-indigenous-eventing-support-resistance.htm
25
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz