Publié par Jean-Patrick Grumberg le 5 septembre 2021

Un médecin légiste a conclu qu’une présentatrice de radio est décédée à la suite de complications liées au vaccin AstraZeneca Covid-19.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Lisa Shaw, qui travaillait pour BBC Radio Newcastle, est décédée à l’âge de 44 ans en mai dernier, après avoir développé des maux de tête une semaine après avoir reçu sa première dose du vaccin.

Karen Dilks, médecin légiste de Newcastle, a appris que Mme Shaw souffrait de caillots sanguins dans le cerveau, ce qui a conduit à sa mort. L’enquête a révélé que la maladie était liée au vaccin d’Oxford-AstraZeneca, et qu’il s’agissait d’un cas très rare.

Le médecin légiste a déclaré :

“Lisa est décédée suite à des complications d’un vaccin AstraZeneca Covid” a déclaré Mme Dilks, ajoutant que Mme Shaw était auparavant en bonne santé, en concluant qu’il était “clairement établi” que son décès était dû à une très rare “thrombocytopénie thrombotique induite par le vaccin”, une maladie qui entraîne un gonflement et une hémorragie du cerveau.

Maux de tête sévères

  • Mme Shaw, qui était mère d’un enfant, a reçu sa première dose de vaccin le 29 avril.
  • Le 13 mai, elle a été emmenée en ambulance à l’hôpital universitaire de North Durham après avoir eu un mal de tête pendant plusieurs jours.
  • Dans une déclaration, le Dr John Holmes qui l’a soignée a dit qu’elle se plaignait d’un “mal de tête sévère et lancinant” au front et derrière les yeux.

Des tests ont été effectués et des caillots sanguins ont été découverts dans son cerveau, ce qui a conduit à son transfert dans l’unité spécialisée en neurologie du Royal Victoria Infirmary (RVI) de Newcastle.

Les caillots sont considérés comme extrêmement rares – 417 cas ont été signalés et 72 décès contre 133 161 morts du virus – après 24,8 millions de premières doses et 23,9 millions de secondes doses du vaccin AstraZeneca au Royaume-Uni.

Le Dr Christopher Johnson, consultant en anesthésie et en soins intensifs au RVI, a déclaré que Mme Shaw avait été consciente pendant plusieurs jours et que les caillots avaient été traités avec des médicaments qui semblaient être efficaces.

Mais le soir du 16 mai, Mme Shaw a déclaré que ses maux de tête avaient empiré et qu’elle avait des difficultés à parler.
Les scanners ont montré qu’elle avait souffert d’une hémorragie cérébrale et, après que son état se soit détérioré, une partie de son crâne a été enlevée pour essayer de soulager la pression à l’intérieur de sa tête.

Son état a continué à s’aggraver et malgré d’autres opérations et traitements, elle est décédée le 21 mai.

Le Dr Johnson a déclaré que les médecins participaient à une conférence quotidienne avec un groupe national sur la thrombocytopénie thrombotique induite par le vaccin, la maladie dont souffrirait Mme Shaw.

Le Dr Johnson a déclaré que l’Institut national pour la Santé et l’excellence des soins (Nice) a publié en juillet des directives sur la manière de traiter cette maladie, qui correspondent au traitement que Mme Shaw a reçu.

“Lisa a reçu tous les traitements qui étaient recommandés dans l’ordre où ils étaient recommandés”, a-t-il dit.
“Si nous avions la même présentation demain, nous ferions la même chose”.

Cas très rare

Le Dr Tuomo Polvikoski, consultant en neuropathologie qui a examiné Mme Shaw après sa mort, a déclaré qu’étant donné son passé de femme en pleine forme et en bonne santé, sans problèmes médicaux, il était “surprenant” qu’elle soit morte de caillots sanguins et d’une hémorragie cérébrale.

Il a déclaré que “chronologiquement, il semble plus probable que sa mort ait été effectivement induite par le vaccin”, ajoutant que les preuves cliniques “soutiennent fortement l’idée qu’il s’agit, en effet, du vaccin”.

Mme Dilks a déclaré que la maladie était “très rare” mais a approuvé les conclusions du Dr Polvikoski.

Une famille dévastée

Lisa était mariée à Gareth Eve, qui travaille également dans le domaine de la radio, avec 18 ans d’expérience.

Le couple a un (ou deux) fils, dont l’un est Zach, âgé de cinq ans. Le nom et l’âge de l’autre enfant ne sont pas clairs.

“Nous avons tous le cœur brisé, nous sommes incrédules, engourdis et attristés par le fait qu’il y a un trou en forme de Lisa dans nos vies qui ne sera jamais, jamais rempli”, peut-on lire dans un communiqué publié par la famille.

Nous sommes tellement reconnaissants pour le temps que nous avons passé avec elle, et il y a tellement de souvenirs heureux que nous garderons pour le reste de notre vie.

Elle était la meilleure épouse et mère, sœur, fille, tante, amie et collègue que l’on puisse espérer.

Elle aimait se connecter chaque jour avec les gens merveilleux du nord-est, et cela nous réconforte beaucoup de savoir combien de vies elle faisait partie intégrante de chaque jour.”

La famille de Mme Shaw a encore ajouté :

“C’est un autre jour difficile dans ce qui a été une période dévastatrice pour nous.

La mort de notre chère Lisa a laissé un vide terrible dans notre famille et dans nos vies. Elle était vraiment la femme, la mère, la fille, la sœur et l’amie la plus merveilleuse qui soit.”

La responsable de la sécurité de l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé, le Dr Alison Cave, a déclaré qu’elle allait “examiner” le verdict du médecin légiste.

“Les avantages du vaccin Covid-19 d’AstraZeneca continuent de l’emporter sur les risques pour la plupart des gens”, a-t-elle déclaré.

“Il est donc toujours d’une importance vitale que les gens se présentent pour leur vaccination et pour leur deuxième dose lorsqu’ils sont invités à le faire”.

Le comité consultatif britannique sur les vaccins a restreint les conditions de délivrance du vaccin Oxford/AstraZeneca aux personnes de plus de 40 ans, après que de rares cas de caillots sanguins aient été signalés. Un certain nombre d’autres pays ont imposé des restrictions similaires ou suspendu complètement l’utilisation de ce vaccin.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Quitter la version mobile