Publié par Pierre Rehov le 1 septembre 2021

Alors que des milliers d'Israéliens se précipitent vers leur caisse d'assurance maladie à la recherche d'une troisième injection de vaccin COVID-19 et d'un laissez-passer vert pour sortir de l'isolement après un voyage à l'étranger, d'autres se demandent si une autre injection d'ARN messager est sans danger.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce bouton :



La semaine dernière, la Food and Drug Administration américaine a approuvé sans réserve le vaccin Pfizer contre le coronavirus, mais a noté dans son communiqué de presse que "l'on ne dispose pas encore d'informations sur les effets potentiels à long terme sur la santé".


Toutefois, Tal Brosh, chef de l'unité des maladies infectieuses à l'hôpital universitaire Samson Assuta Ashdod, a déclaré au Jerusalem Post que, bien qu'il ne puisse prétendre savoir ce qui se passera dans 10 ans, "il n'y a pas de véritable raison de penser qu'il existe des effets secondaires à long terme" du vaccin.

Il a expliqué qu'aucun autre vaccin n'a été évalué pendant une décennie avant d'être approuvé et il n'y a pas d'exemple d'un autre vaccin - bien qu'aucun autre vaccin ne soit un vaccin à ARNm - qui ait été lié à des effets secondaires à long terme.

Nous ne connaissons pas d'exemples dans lesquels le système immunitaire a décidé de réagir soudainement à un vaccin administré 15 ans auparavant

"Il n'y a aucune preuve que quelque chose se passe, à moins que cela ne se soit produit dans les deux premières heures, deux semaines ou deux mois", a déclaré Michal Linial, professeur de chimie biologique à l'Université hébraïque de Jérusalem.

"Nous ne connaissons pas d'exemples dans lesquels le système immunitaire a décidé de réagir soudainement à un vaccin administré 15 ans auparavant."

Il y a également peu d'exemples de personnes nerveuses à l'idée de recevoir une injection de rappel d'un vaccin déjà approuvé.

Si une personne se fait couper par du métal rouillé et se rend chez un médecin, celui-ci lui dira probablement de se faire vacciner contre le tétanos. Il est peu probable que cette personne demande au médecin si le rappel est sûr ou s'il peut l'empêcher de tomber enceinte ou lui de faire des bébés.


"C'est la même chose", a déclaré Linial. "Je peux comprendre, au début, que ce soit une avancée et que les gens soient hésitants, comme si c'était une sorte de satellite vers la Lune et qu'ils ne voulaient pas être les premiers sur le satellite. Mais maintenant nous savons : Ce n'est pas du tout ça."

Au contraire, plus de deux milliards de personnes dans le monde ont été inoculées contre le COVID-19 avec plus de cinq milliards de doses. Environ 210 millions de doses d'ARNm Pfizer ont été distribuées en Amérique, par exemple. En Israël, plus de 8,5 millions de doses ont été administrées.

Alors que les vaccins traditionnels introduisent généralement un germe affaibli ou inactivé dans notre organisme, selon les Centers for Disease Control and Prevention, les vaccins à ARNm "enseignent à nos cellules comment fabriquer une protéine - ou même simplement un morceau de protéine - qui déclenche une réponse immunitaire dans notre corps. Cette réponse immunitaire, qui produit des anticorps, est ce qui nous protège de l'infection si le vrai virus pénètre dans notre corps."

Brosh précise que cela ne signifie pas que le vaccin modifie le code génétique des personnes. Selon lui, l'ARNm ressemble plutôt à un périphérique USB que l'on insère dans un ordinateur : Il n'a pas d'impact sur le disque dur de l'ordinateur mais exécute un certain programme. [NDLR très mauvais exemple ! On peut injecter n'importe quoi, y compris un virus, avec un clé USB et endommager le disque dur !]

"L'ARNm est une molécule très fragile, ce qui signifie qu'elle peut être détruite très facilement", a expliqué Linial.

"Si vous mettez de l'ARNm sur la table, par exemple, en une minute il n'y aura plus d'ARNm. Cela s'oppose à l'ADN, qui est aussi stable que possible."

Elle précise que cette fragilité est vraie pour l'ARNm de tout être vivant, qu'il appartienne à une plante, une bactérie, un virus ou un humain.

Bien que les vaccins Moderna et Pfizer soient basés sur de nouvelles technologies, ils demandent à notre corps de faire quelque chose qu'il fait tous les jours : les cellules synthétisent des protéines.

Moderna et Pfizer délivrent simplement une séquence d'ARNm spécifique à nos cellules. Une fois l'ARNm dans la cellule, la biologie humaine prend le relais. Les ribosomes lisent le code et construisent la protéine, et les cellules expriment la protéine dans l'organisme.

"C'est l'une des principales raisons de penser que le vaccin n'aura pas de conséquences à long terme", a déclaré le professeur Eyal Leshem, directeur du centre de médecine des voyages et des maladies tropicales du Sheba Medical Center.

Si les vaccins Pfizer et Moderna sont les premiers vaccins à ARNm à être commercialisés pour les patients humains, Mme Linial pense que la raison pour laquelle aucun vaccin à ARNm n'a été développé jusqu'à présent est qu'il n'était pas nécessaire d'aller aussi vite sur un vaccin avant l'arrivée du COVID-19.

En fait, les scientifiques ont expérimenté l'ARNm pendant la majeure partie des trois dernières décennies. Selon M. Leshem, des vaccins à ARNm destinés à d'autres maladies, y compris le cancer, sont testés chez l'homme depuis une dizaine d'années et "aucun effet à long terme n'a été enregistré" lors de ces essais - même s'il a admis que ces essais portaient généralement sur un petit nombre de participants.

Les personnes ont commencé à recevoir des vaccins ARNm contre le COVID-19 dès le mois de juillet de l'année dernière, et les effets indésirables ont été suivis de près dans le monde entier depuis lors.

En Israël, les premiers vaccins ont été administrés le 20 décembre 2020.

"Il y a plus de données sur les effets indésirables de ces vaccins que nous n'en avons jamais eu sur aucun autre vaccin", a déclaré Brosh, ajoutant qu'aucun vaccin n'a jamais été administré à autant de personnes aussi rapidement.

La plupart des effets indésirables étaient de simples "réactogénies", c'est-à-dire des réactions qui surviennent peu après la vaccination et qui sont une manifestation physique de la réponse inflammatoire. Il peut s'agir de fièvre, de douleurs musculaires, de gonflement au point d'injection ou de gonflement des ganglions lymphatiques, par exemple - autant de symptômes qui peuvent généralement être traités avec du paracétamol ou autre.

Le vaccin a été lié à un "phénomène à médiation immunitaire", a déclaré Brosh, à savoir la myocardite - inflammation du muscle cardiaque - qui était l'effet secondaire grave prédominant chez les jeunes adultes masculins âgés de 16 à 25 ans. Mais même dans ce cas, la myocardite était rare, généralement bénigne, et les personnes qui en souffraient se rétablissaient complètement, a-t-il ajouté. En outre, les personnes non vaccinées ayant contracté le COVID-19 étaient quatre fois plus susceptibles de développer une myocardite que les personnes vaccinées, selon une nouvelle étude réalisée par Clalit Health Services en collaboration avec l'Université de Harvard, et publiée la semaine dernière dans le New England Journal of Medicine.

  • L'étude a révélé qu'il y avait environ 2,7 cas de myocardite pour 100 000 personnes vaccinées infectées par le virus, contre 11 cas pour 100 000 personnes non vaccinées qui étaient infectées.
  • L'étude a montré que les personnes qui prennent le vaccin Pfizer contre le coronavirus peuvent souffrir de quatre des 25 effets secondaires cliniquement pertinents : myocardite, gonflement des ganglions lymphatiques, appendicite et herpès zoster.
  • En revanche, des taux élevés de multiples effets indésirables graves ont été associés à l'infection par le coronavirus chez les patients non vaccinés, notamment un risque fortement accru de développer une myocardite, une péricardite, des arythmies, des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, une embolie pulmonaire, une thrombose veineuse profonde ou des lésions rénales aiguës.

"Donc, dans l'ensemble, nous savons que les vaccins sont sûrs et efficaces. Cela est vrai pour les doses initiales et probablement aussi pour les doses de rappel", a déclaré M. Leshem.

Mme Linial pense que la plupart des futurs vaccins seront fabriqués à partir d'ARNm, car "il s'agit d'une technologie simple et efficace, cela ne fait aucun doute". Elle a également déclaré que la vaccination est le seul moyen de vaincre cette pandémie.

"Si les gens veulent retourner à leur vie", a déclaré Mme Linial, "la population doit être vaccinée."

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Source: https://www.jpost.com/health-and-wellness/israeli-experts-analyze-if-mrna-covid-vaccines-be-dangerous-in-long-term-678171

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz