Publié par Gilles William Goldnadel le 21 septembre 2021

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, l’humoriste Charline Vanhoenacker a grimé Éric Zemmour en Hitler. Pour Gilles-William Goldnadel, cette manie de comparer son adversaire idéologique aux nazis a provoqué, depuis mai 68, un appauvrissement de la pensée.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Je ne m’étendrai pas sur la dernière lubie de Charline Vanhoenacker, humoriste à géométrie idéologique invariable sur la radio de service public, qui a cru cocasse et efficace de dessiner les moustaches d’Adolf sous le nez d’un Eric Zemmour dont on connaît les origines. Mais de cette dernière lubie amplement brocardée, je souhaiterais tirer prétexte pour réfléchir sur cette manie que je considère depuis toujours, dans tous mes écrits, comme l’origine matricielle de toutes nos folies.

Je soutiens depuis longtemps que l’hitlérisation hystérique autant que systématique de la vie politique et sociétale a entraîné non seulement un appauvrissement de la pensée mais encore et surtout une véritable décérébration des esprits.

Gilles-William Goldnadel

En France, le «CRS-SS» de mai 68 aura symbolisé emblématiquement l’instrumentalisation par le gauchisme montant de l’hitlérisme fantasmé pour disqualifier l’adversaire de droite. La disqualification totale se passe de toute discussion. D’une certaine manière, l’hitlérisation passe par l’hystérisation. J’ajouterai qu’on trouve sous les pavés idéologiques de 68 une autre clé de compréhension d’un fantasme explicatif de la folie actuelle : «Nous sommes tous des juifs allemands» criaient sans risques les prétendus rebelles à l’ordre conservateur ancien. Derrière le soutien à Cohn-Bendit expulsé, se dissimulait un nouvel impensé : devenir victime du système détesté était une enviable qualité dont il était noble et courageux de se vanter. La victimisation-qualité était née.

Bien entendu ces écervelés n’avaient nullement conscience de leur indécence. Ils ne mesuraient pas combien la comparaison du régime gaulliste avec le régime nazi, la comparaison du policier français (0 mort parmi les manifestants en 68) avec les SS, étaient obscènes et pour le gaullisme français et pour le malheur juif et fleurait le révisionnisme. Dupont Lajoie, le beauf raciste anti-immigré et SOS Racisme étaient annoncés. Ils ne pouvaient non plus prévoir que des écervelés allaient créer avec le temps et avec l’usage incessant et obsessionnel de cette comparaison obscène une perte complète des repères intellectuels et moraux.

Je soutiens en effet depuis longtemps que l’hitlérisation hystérique autant que systématique de la vie politique et sociétale a entraîné non seulement un appauvrissement de la pensée mais encore et surtout une véritable décérébration des esprits. Ce qu’on a appelé doctement reductio ad Hitlerum a fait que le nazisme est devenu l’horizon indépassable du détestable. Toute autre comparaison est fade. Hitler ou rien. Toute demi-mesure critique devient presque un compliment pour votre adversaire selon vous critiquable.

On pourra remarquer que l’on ne compare à Adolf Hitler que des mâles blancs et non des bourreaux exotiques.

Gilles-William Goldnadel

Mais l’autre conséquence de l’obsession de la Seconde Guerre mondiale et du génocide juif est d’une conséquence incalculable pour l’Occident malade et explique principalement sa maladie : il en a résulté une honte indicible et inconsciente de l’homme blanc d’avoir en commun la même couleur de peau que l’Antéchrist moderne du monde occidental postchrétien, j’ai nommé Adolf Hitler. Et l’on pourra remarquer que l’on ne compare à lui que des mâles blancs et non des bourreaux exotiques. Tout l’actuel racisme anti-blanc décliné et sa difficulté de le nommer habitent dans ce fantasme insensé à l’origine du déclin occidental. Insensé et pervers : raison pourquoi, le système obsessionnel et cruel devenu fou s’est employé à nazifier l’État-nation à l’Occidental des Juifs. Tragique anachronisme : le juif sans défense en pyjama rayé est vécu dans l’inconscient collectif comme un métèque adoré, l’Israélien armé comme un blanc au carré. Par conséquent doublement abhorré.

Mais il semblerait qu’on sorte peu à peu, mais combien mal en point, de ce fantasme systémique dont on ne perçoit la cause mais dont on constate les mortels effets. Raison pourquoi, ceux – et celle – qui perdurent à user à tort et à travers du système imbécile décrit par Godwin sont désormais pointés du doigt.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel pour Dreuz.info

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz serait censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz